291

Interessante theorie maar als het belangrijkste doel de overval op geldkoerier is, waarom neem je dan op voorhand zo'n groot risico door op klaarlichte dag een wapenwinkel te overvallen? Kijken we bv. naar de overval op de geldkoerier in Waver. De moordenaar van Willy Pans gebruikte een Heckler und Koch P7, een duur en zeldzaam wapen. Dit wapen was gekocht door ene Van Vliet bij Lorang in Luxemburg op 3 maart 1983. Van Vliet was waarschijnlijk een schuilnaam van Bouhouche. Dit toont dat Bouhouche veel gemakkelijker aan de wapens die hij nodig had kon geraken. 

Volgens mij gingen Bouhouche en Beijer er ook van uit dat hun plan waterdicht was: ze waren vermomd als politieagenten, dus Francis Zwarts zou sowieso stoppen. Dit maakte het gemakkelijk om de man te overmeesteren. Wapens met geluidsdemper waren in dit plan dus niet nodig/overbodig.

Merovinger wrote:

Is die Ton Quang Loc de fameuze mijnheer X?

De "Mijnheer X"-nota werd besproken en gelezen op het hoogste niveau en zette topambtenaren en topministers aan het werk. Is Ton Quang Loc daar belangrijk genoeg voor? Daarnaast lijkt het profiel van Loc - voor zover we hier voldoende info over hebben - niet overeen te komen met het profiel van de persoon in de nota.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Share

292

the end wrote:

De procureur des Konings heeft de bewijsstukken die in beslag genomen waren in het kader van de drughandel in Colombia opnieuw aan Dekaise laten bezorgen en heeft hem niet vervolgd. We hebben dat onderzoek niet kunnen voortzetten en niemand lijkt dat te hebben gedaan. Ter informatie nog even dit: de heer Dekaise heeft kort daarna aan een Arabisch land sniper-geweren geleverd voor een totaal bedrag van 60 miljoen (volgens de tekst).

Als spoor of motief is dit een belangrijke piste die nooit onderzocht is en is in relatie met de aanslagen op Franse doelen heel belangrijk. Escobar en Barbie waren bontgenoten voor de staatsgreep in Bolivia en kenden elkaar. Na de staatsgreep heeft de CIA Escobar en zijn mannen ingezet om Barbie en zijn huurlingen uit te schakelen. Dus de Barbie-huurlingen waarvan vele naar Europa gevlucht zijn, werden langs alle kanten opgejaagd. In Latijns-Amerika vooral door Colombiaanse drugkartels en de geluiddempers waren bestemd voor Colombia.

Het is ook met die in beslag genomen stukken dat Beijer een rol speelt.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

Share

Ben wrote:

Interessante theorie maar als het belangrijkste doel de overval op geldkoerier is, waarom neem je dan op voorhand zo'n groot risico door op klaarlichte dag een wapenwinkel te overvallen? Kijken we bv. naar de overval op de geldkoerier in Waver. De moordenaar van Willy Pans gebruikte een Heckler und Koch P7, een duur en zeldzaam wapen. Dit wapen was gekocht door ene Van Vliet bij Lorang in Luxemburg op 3 maart 1983. Van Vliet was waarschijnlijk een schuilnaam van Bouhouche. Dit toont dat Bouhouche veel gemakkelijker aan de wapens die hij nodig had kon geraken. 

Volgens mij gingen Bouhouche en Beijer er ook van uit dat hun plan waterdicht was: ze waren vermomd als politieagenten, dus Francis Zwarts zou sowieso stoppen. Dit maakte het gemakkelijk om de man te overmeesteren. Wapens met geluidsdemper waren in dit plan dus niet nodig/overbodig.

Akkoord Ben, maar ik kan daar toch nog de volgende tegenargumenten en nuances tegen inbrengen:

  • In september 1982 beschikten Bouhouche en Beijer misschien nog niet over voldoende financiële middelen om wapens aan te kopen. Die financiële middelen hadden ze wel na de overval in Zaventem.

  • Zowel Bouhouche als Beijer kenden Dekaise. Ze konden daar dan ook niet zomaar komen aankloppen om met een valse naam een machinegeweer met geluidsdemper te komen kopen (is dat ook de reden waarom een dader in de Santana bleef zitten?).  Bouhouche kon dit wel doen bij die wapenhandelaar in Luxemburg.

  • De overval op Dekaise is onverwachts uit de hand gelopen met één dode politieman en twee gewonde rijkswachters tot gevolg. Mogelijks hebben Bouhouche en Beijer dan ook uit deze overval geleerd en hebben ze dan ook daarna een andere modus operandi gebruikt, nl. het aankopen van wapens onder een valse naam (met behulp van gestolen blanco identiteitspapieren uit het gemeentehuis van Chaumont-Gistoux), wat een minder heet spoor naar hen toe is dan het afmaken van een politieman.

Voor de overval op geldkoerier Swarts ga ik ervan uit dat ze op voorhand besloten hadden dat ze de geldkoerier in de tunnel gingen neerschieten. Beijer heeft op het Franstalige forum geschreven dat ze uit observaties opgemerkt hadden dat de geldkoerier, tegen de veiligheidsregels van de luchthaven in, meestal alleen opereerde. Dan is zulke persoon inderdaad makkelijk overmeesterbaar. Maar wat als ze die bewuste dag toch plots met twee in het geldkoeriersbusje zouden komen aangereden zijn. Dan kwam een machinegeweer met geluidsdemper goed van pas. Om die beide koeriers meteen af te maken in de tunnel.

De vermomming als rijkswachter had volgens mij drie redenen:

  • een middel om makkelijk op het tarmac te geraken;

  • een middel om de geldkoerier te dwingen om te stoppen;

  • en een afleidingsmiddel. Indien een getuige hen zou opmerken (wat het geval is geweest) bij het in- en/of uitrijden van de tunnel zou deze getuige nl. enkel maar kunnen beschrijven dat hij rijkswachters heeft gezien.

Maar ik geef toe dat het allemaal hypothetisch blijft maar dat het toch wel een aantal zaken zou kunnen verklaren.

Share

294

Een element dat je vergeet in je theorie, is het feit dat Bouhouche en Beijer op dat moment al wapens hadden met geluidsdempers. In de nacht van 31 december 1981 en 1 januari 1982 stelen ze een aantal wapens - waaronder 10 Mitrailleurs, Heckler und Koch met geluidsdemper - bij het Speciaal Interventie Esquadron van de Rijkswacht. (Meer info » Forum

Bouhouche en Beijer waren echter al vroeger begonnen met het uitbouwen van een criminele organisatie. De garagebox in Beau Site werd al sinds 7 oktober 1981 onder valse naam gehuurd door Bouhouche. Dit lijkt er op te wijzen dat ze op dat moment al voldoende financiële middelen hadden om hun organisatie uit te bouwen en het dus voor hen ook niet moeilijk geweest zal (op financieel vlak) om wapens onder valse naam te kopen.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Share

295

De kans is reëel dat ze al de middelen hadden om alles aan te kopen wat ze nodig hadden. Toch moet misschien het criminele brein in acht gehouden worden.

In het geval van Bouhouche en Beijer zien we vooral daden voor winstbejag (zoveel mogelijk binnenhalen, terwijl men zo weinig mogelijk investeert) en verder misschien ook daden ontstaan door wraakgevoelens. Door beide bovenstaande redenen zou het misschien toch mogelijk zijn dat ze de overval hebben gepleegd terwijl ze al wapens hadden gestolen.

Wie weet waren de wapens van bij de Dyane niet voor hun zelf bestemd? Misschien werden die gestolen om achter te houden voor een hoger doel, maar is het nooit zo ver gekomen? (Verbeter me als ik fout ben.)

Share

296

Volgens mij is er een verband tussen de denkpiste van Mero en de link met Colombia en die gaat via Buslik.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

Share

Fusillades, jeudi matin à Wavre et à Hoeilaart

Un policier tué et deux gendarmes blessés en service, trois autres personnes également hospitalisées, dont une sans doute victime d’une fracture de crâne: tel est le lourd bilan de l’attaque d’une armurie du centre de Wavre, perpétrée jeudi avant midi par trois (ou quatre) truands, dont toutes les forces de polices et de gendarmerie du Royaume disposent d’un signalement précis.

Il est 10h25. Une figure bien connue de Wavre, que tout le monde appelle familièrement ‘Arturo’ se rend compte que quelques chose d’anormal se passe à l’armurie située rue de Bruxelles, à l’angle de la rue de l’Hôtel, anciennement ruelle du Grand Tour. Elle est exploitée depuis quatre ans par M. Daniel Dekaise.

‘Arturo’ se précipite au garage Fiat, qu’exploite M. Edouard Nimegers, à une centaine de mètres de là. Le 901 est aussitôt alerté, tandis que trois employés du garage, MM. Jacques Liégois, Eric Van Pée et Jean-Marie Descampe se dirigent vers l’armurie.

Ils rencontrent par hasard, une camionnette de police au volant de laquelle se trouve M. Claude Haulotte, lequel distribue des convocations électorales. Agé de trente-trois ans, marié sans enfant, il est entré dans la police en mars 1971 et est domicilié 63, chemin de Vieusart, à Louvragnes, Wavre.

“Fais gaffe, ils sont armés, lui lâche Jacques Liégois, qui vient de l’avertir de l’agression en cours. M. Haulotte n’hésite pas. Il arrête son véhicule au milieu de la rue de Bruxelles, dégaine son arme (un GP 9mm dont le chargeur contient neuf cartouche), longe les habitations et arrive devant l’armurie.

Que se passe-t-il alors? Les agresseurs – deux ou trois ? – ont-ils été alertés par un comparse resté au volant d’une voiture? On l’ignore. Toujours est-il qu’ils sortent après avoir blessé à coups de crosse l’exploitant, ainsi que deux clients, MM. Gérard Gradaki et Cyrille Seykens.

Les coups de feu claquent. Le tir est nourri, même si on ne retrouve surplace que trois douilles et une cartouche. M. Haulotte, vide son chargeur mais il tombe, grièvement blessé.

Avant de prendre place dans leur voiture, les gangsters tirent encore sauvagement deux balles. Le véhicule prend la direction de Bruxelles en emprentant la RN 4. A peine a-t-il parcouru cinquante mètres qu’il passe devant le district de gendarmerie, d’où sortent deux véhicules de la BSR: l’un prend la direction de Namur, l’autre celle de Bruxelles. Cette dernière piste est la bonne.

La voiture est occupée par l’adjudant-chef (depuis dimanche dernier …) Roland Campine, quarante-neuf ans, de Wavre, et le premier maréchal des logis, Bernard Sartillot, quarante-deux ans, de Dion.

Ils sont en relation téléphonique avec le dispatching de la gendarmerie. Après quelques centaines de mètres, ils sont dépassés par une voiture suspecte, une Audi 80 de couleur bleue, qui avale évidemment bien plus rapidement que leur petite voiture banalisée la longue côte menant aux antennes de la RTBF.

M. Campine a la présence d’esprit de relever le numéro de la plaque. Il la transmet au capitaine Kensier, commandant du district, qui coordonne les opeerations et qui se rend compte aussitôt que cette plaque ne correspond pas avec la voiture de son propriétaire.

Peu après les gendarmes repèrent les occupants de la voiture (onleesbaar) finisent  (onleesbaar)la plaque française de leur véhicule. La pousuite reprend en directioin de Hoeilaart et, à l’occassion d’un ralentissement de la circulation, les gendarmes se rapprochent et décident d’intervenir.

Les coups de feu claquent à nouveau, mais les forces de l’ordre doivent baisser pavillon. L’adjudant-chef Capine s’écroule, blessé par balles au ventre et à la jambe gauche; M. Sartillot est atteint d’une décharge de chevrotine dans le dos. Tous deux seront transportés à la clinique Sainte-Elisabeth, à Uccle, où leurs jours ne paraissent pas en dangers.

Les signalements

Les enquêteurs ont recueilli des témoignages intéressants qui devraient permettre, sans tarder, la confection de portrait-robots. Les bandits opéraient à trois ou quatre. L’incertitude provient du fait que certains sont tentés de croire qu’un acolyte se trouvait au volant de l’Audi bleue et que ce serait lui qui aurait lâchement abattu de dos le policier.

Ces signalements ne concernent donc que les truands qui sont sortis de l’armurie en emportant un lourd sac en plastique rempli d’armes de poing, dont M. Dekaise était spécialiste.

Le premier: corpulence moyenne, trente ans, 1m75. Type méditerranéen, grosse moustache noire, perruque noire coupée à la Jeanne d’Arc, sourcls noirs et épais. Il portait une veste trois quart bleu anthracite et un pantalon bleu foncé.

Le deuxième: corpulance mince, (onleesbaar) ans, 1m70, teinte plus claire, sans moustache, cheveux châtain clair, veston chiné de ton beige.

Le troisième serait de corpulence forte, pas très grand, visage rond, cheveux noirs, type méditerranéen.

Repérage la veille?

Un dernier témoignage, celui de M. Pierre Steinbach, un Français installé à Wavre depuis moult années: “Mercredi apres-midi, vers 15 heures, je me trouvais rue Lambert Fortune. Je me souviens très bien avoir noté la présence d’une voiture Audi bleue à plaque française. Je n’ai évidemment pas jugé opportun de relver le numéro minéralogique mais je suis formel: ce véhicule est le même que celui à bord duquel les gangsters ont opéré ce jeudi.”

De là à supposer qu’il s’agissait d’une manoeuvre de repérage, il n’y a qu’un pas, que certains enquêteurs paraissent disposés à franchir.

Bron: Le Soir | Jean Vandendries | 1 oktober 1982

Share

Des suspects à Bruxelles et à Namur

Les parquets de Nivelles, de Bruxelles et de Louvain ont déclenché l’état d’alerte dès qu’a été connue la fusillade de Wavre. Toutes les forces de police et de gendarmerie ont alors été mobilisées et ont occupé les routes, les carrefours. C’est ainsi qu’une patrouille de la brigade anti-agression d’Etterbeek, Woluwé-Saint-Pierre, Schaerbeek, s’est dirigée vers le carrefour Léonard, à la sortie de l’autoroute de Namur, où sont arrivaient aussi des unités de la police spéciale des routes (P.S.R.) et de la BSR de la gendarmerie.

Confrontations

Les policiers ont alors aperçu une Jaguar qui a freiné, virant à gauche alors que le feu clignotant fonctionnait à droite. Les policiers l’ont prise en chasse et ont réussi à bloquer le véhicule : à bord, trois Français qui ont aussitôt été appréhendés et amenés à la gendarmerie, rue de Louvain, pour y être interrogés et être ensuite confrontés avec les témoins de la fusillade de Wavre.

Il semblait cependant en fin de journée que ces trois suspects étaient étrangers au hold-up. La jaguar appartiendrait à une personne habitant la région de Waterloo.

Parallèlement, l’enquête s’est développée dans l’agglomération bruxelloise. En effet, la plaque d’immatriculation belge relevée par l’adjudant Campine, avant la fusillade de Hoeilaart, était bien attribuée à un automobiliste. Les gendarmes bruxellois se sont rendus chez lui et l’y ont trouvé. Sa voiture, une Volkswagen Santana bleue, était dans le garage munie de ses plaque réglementaires.

Il n’y avait aucun impact de balle dans la carrosserie. On suppose donc que les gangsters ont utilisé cette immatriculation et ont fabriqué d’autres plaques, sans doute pour donner le change, l’Audi et la VW Santana, bleues toutes deux, pouvaient en effet prêter à confusion.

Il n’est pas impossible qu’un des gangsters ait été blessé au cours des fusillades de Wavre ou de Hoeilaart. Le véhicule, l’Audi bleue, doit porter la trace d’impacts de balles.

On apprenait encore, jeudi soir, que quatre suspects appréhendés à Namur ont été interrogés et confrontés aux témoins du hold-up, dans les locaux de la gendarmerie de Wavre. Mais là aussi, le résultat paraissait négatif. Ces suspects seraient impliquées dans une autre attaque à main armée dans la région de Mettet.

Un tir de dos ?

Les premiers résultats de l’autopsie du corps du policier semblent indiquer qu’un quatrième homme a ouvert le feu et a probablement tué l’agent à Wavre. En effet, le policier est atteint d’une balle à l’avant-bras gauche, d’une autre qui a traversé la tête transversalement, d’une troisième qui a touché l’épaulette et s’est logée dans le carnet de service. Il semble dès lors que la balle mortelle ait été tirée par derrière (par le quatrième homme) alors que le policier se retournait, se sentant peut-être suivi.

Bron: Le Soir | René Haquin | 1 oktober 1982

Share

La voiture des tueurs de Wavre en forêt de Soignes: aucune autre piste que celle d’Anthemus et Royen

A la gendarmerie de Wavre, dans la nuit de vendredi à samedi, on n’a noté aucun événement manquant relatif à l’enquête sur la fameuse tuerie de jeudi matin. Samedi, des neuf heures, une réunion de travail réunissant les responsables de l’enquête devait permettre de faire le point. Par ailleurs, certains indices – peu précis il est vrai – incitent les enquêteurs à envisager l’hypothèse d’un coup monté par les deux évadés de Lantin non encore repris, Michel Anthemus et Francis Royen. Enfin, sur la base de plusieurs témoignages, la gendarmerie a fait un portrait-robot de l’homme qui, dans la voiture en fuite, occupait la place du convoyeur.

Les enquêteurs ont noté particulièrement le fait que les gangsters, comme on l’a écrit déjà dans les éditions précédentes, ont utilisé une véhicule ‘copie conforme’ d’un autre. C’était donc bien un coup de professionnels, puisque les bandits avaient copié une plaque régulièrement attribuée et avaient poussé la minutie jusqu’à voler un véhicule du même type et de même couleur que la voiture correspondant à cette plaque. Le propriétaire de la vraie plaque a été identifié et interrogé : sa VW Santana était dans son garage, intacte, avec ses plaques.

Dans la foret de Soignes, on a trouvé auprès du véhicule incendié, Drève des Tumulis, quelques débris calcinés. Rien apparemment ne pourrait orienter l’enquête à partir de cette carcasse tordue dont même les numéros de châssis avaient été limés !

Vendredi matin, les gendarmes de Wavre et ceux de Bruxelles ont rassemblé tous leurs indices, au cours d’une réunion rue de Louvain.

La manière d’agir, le remplacement des plaques françaises par des plaques belges ingénieusement imitées, d’autre détails encore font penser à Michel Anthemus, l’évadé de Lantin depuis août 1980 que certains témoins de Wavre auraient reconnu dans les albums de portraits de suspects qui leur ont été soumis. De même, des témoins ont désigné aussi Francis Royen, autre évadé de Lantin qui, comme Anthemus, est en cavale depuis plus de deux ans. Leurs signalements ont été diffusés à toutes les forces de police et de gendarmerie jeudi soir, tandis que certains quartiers bruxellois fréquentés autrefois par les deux hommes étaient surveillés.

L’état-major de la gendarmerie a fait diffuser par le commissariat général de la PJ, le portrait-robot de l’un des trois braqueurs de Wavre : celui qui occupait la place du convoyeur à bord de la voiture en fuite.

Tant à Wavre qu’à Hoeilaert, les gangsters ont tiré des balles de calibres 9 mm et 7,65 mm, ainsi que des cartouches de chasse.

La B.S.R. de Wavre a également terminé vendredi après–midi l’inventaire des armes manquantes chez l’armurier. Il manque une vingtaine d’armes de poing. Avec de l’argent, ce serait le butin emmené par les bandits, pour autant que les registres de l’armurerie aient été tenus à jour.

http://nsm07.casimages.com/img/2017/02/17//17021711521914738714852503.jpg
Voici (à gauche) le portrait-robot diffusé jeudi soir : l’homme a de 25 à 30 ans, est de corpulence moyenne à forte, a les cheveux noirs, mesure entre 1,70 et 1,75 mètre. Vaguement soupçonnés, Michel Anthemus, 28 ans (au centre) et Francis Royen, 27 ans (à droite).

Bron : Le Soir | René Haquin | 2 oktober 1982

Share

Les funérailles auront lieu mardi

Les funérailles de Claude Haulotte auront lieu mardi à l’hôtel de ville de Wavre. Sa mort a sidéré la population qui se demande comment il est encore possible d’assurer la sécurité publique face à des truands aussi déterminés.

L’agent Haulotte venait de reprendre [onleesbaar] repos : il avait déjà été victime de la vindicte d’un automobiliste qui, à Louvain-la Neuve, l’avait rouée de coups. L’affaire doit passer dans les prochaines semaines devant le tribunal correctionnel, ou l’automobiliste aura à répondre aussi de vol de voiture.

Claude Haulotte, nous l’avons dit, a été atteint de trois balles dont une mortelle, lui a traversé la tête, provoquant une hémorragie cérébrale instantanée.

Il avait la réputation d’être un bon tireur et avait suivi un entrainement spécial. Comme lui, les deux gendarmes de la B.S.R., blessés à Hoeilaert ont fait preuve eux aussi de courage. Ils n’avaient, eux, qu’un pistolet de calibre 7.65 mm plus léger certes mais aussi beaucoup moins puissant que le fusil à canon scié et les armes de poings des gangsters.

L’adjudant Campinne est atteint de deux balles dans la jambe, une dans le ventre et a été éraflé à l’épaule par un quatrième projectile.

Le 1ermaréchal des logis Bernard Sartillot reçut une décharge de chevrotine, 88 plombs ! Quant à l’armurier Dekaise, il souffre d’une fracture de crâne et ne se souvient de rien.

Les deux clients eux aussi rudoyés par les gangsters, ont pu rejoindre leur domicile.

M. Jean Deprêtre, Procureur du Roi de Nivelles, doit bien constater que les dernières vingt-quatre heures n’ont pas, à l’exception de la découverte de la voiture incendiée en forêt de Soignes, fait progresser l’enquête de manière spectaculaire. « De fait, le taux des hold-up se déplace de Bruxelles en Brabant Wallon [onleesbaar] la collaboration entre polices est bonne, que ce soit entre Waterloo et Braine-l’Alleud ou entre Ottignies et Rixensart. Dans cette lamentable affaire de Wavre, personne en tout cas ne pourra parler de guerre des polices : tous ont fait preuve de solidarité ».

Solidarité aussi des chômeurs de Wavre qui, vendredi, ont organisé une collecte en faveur de famille de la victime. Onze mille francs ont été récoltés.

Bron : Le Soir | Jean Vandendriessche | 2 oktober 1982

Share