1

Na de huiszoeking in februari 2012, valt de naam van Mohammed Asmaoui. Hier enkele zaken die ik gevonden heb:

Hij is een jeugdvriend van Christian Amory en die voor Amory werkte als informant. Hij stond in contact met de Algerijnse oppositie geleid door Ben Bella die in 1984 de Mouvement pour la Democratie en Algérie oprichtte, de MDA.

Het was Asmaoui die op Amory een beroep deed om de Algerijnse vice-president neer te knallen voor twee miljoen frank (50.000 euro). De moord moest plaatsvinden in de Fouquet’s in Parijs. Amory heeft het contract niet uitgevoerd maar de info doorgegeven aan de Franse geheime diensten.

Asmaoui diende, volgens Amory, eigenlijk twee heren. Enerzijds de MDA en anderzijds de Franse geheime diensten en de SAC. Vandaar zijn bijnaam "monsieur Deux Rois". Nog volgens Amory leverde Beijer Asmaoui valse identiteitspapieren

En nogmaals Amory aan het woord: "Na de moord op Mendez vroeg Bob mij of ik wapens en dynamiet kon verpatsen aan Asmaoui. Hij vroeg 200.000 frank (5000 euro) voor de wapens en 1500 frank (37 euro) per dynamietstaaf en zei toen letterlijk: "Je voudrais faire sortir des armes chaudes du Brabant wallon." Wie weet waren het de wapens van de Bende? Maar mijn Algerijnse vriend bleek niet geïnteresseerd."

Bron: De Bende van Nijvel | Guy Bouten

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Asmaoui is dood.

3

In januari 1988 wordt Asmaoui ondervraagd en daaruit blijkt dat hij een aantal interessante contacten in het Borinage-milieu heeft:

"Je connais également Adriano Vittorio. Je l'ai connu par l'intermédiaire de Bouaroudj Kaçi qui fréquentât mon café Le Domino. Cela se passe aux environs de 81-82. En ce qui concerne Bouaroudj, je l'ai connu lorsequ'il exploitait le café Le Monopole à Jemappes. Bouaroudj m'a contacté à une reprise pour commettre un hold-up à Drogenbos sur un fourgon Securitas et ce au GB."

"(...) Je suis allé en reconnaissance au GB de Drogenbos avec Bouaroudj et ma maîtresse Laurence Colmant. Mon intention était d'informer monsieur Coulon de la BSR de Mons de ce projet de hold up, ce que j'ai fait. En 84 ou 85 Bouaroudj m'a sollicité pour lui trouver des armes. Il m'a dit qu'il voulail faire un coup sans plus de précisions. A ce moment Vittorio était toujours en prison."

"(...) Pour ce qui est de Jean-Claude Estiévenart, je le connaissais par le jeu mais sans plus. Je ne connaissais pas sa femme Josiane De Bruyn. En ce qui concerne Michel Baudet, je le connaissais  de vue et je l'ai recentré à la prison de Nivelles."

"Je connais également Robert Becker car j'ai joué avec lui et de plus, je lui ai un jour vendu une voiture. Pour ce qui est de Francesco Nardella, il s'agit d'un copain que je recentrais dans les cafés et les bars. Il n'est pas joueur. Il s'intéresse plutôt aux femmes. A votre question, je ne connais ni Michel Cocu, ni Jean-Claude François, ni Jean-Louis Dramaix.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

4

Tijdens verschillende verhoren zal Asmaoui toegeven dat hij in 1982 - 1983 contacten heeft gehad met verschillende leden van de Borinage-bende. Dit werd toegegeven door Vittorio, maar Bouaroudj en Estiévenart hebben deze contacten ontkend.

Bron: FA IV, pièce 181, CBW, PV 21393/88 van 1 maart 1988

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

5

Asmaoui beweert Vittorio, Bouaroudj en Estievenart - die alle drie tot de Bende van de Borinage behoren - te kennen, alsook rijkswachter Amory, van wie hij beweert in 1985 een wapen GP 9mm te hebben gekregen. Hij beweert ook een informant van Amory te zijn, meer in het bijzonder met betrekking tot bepaalde feiten die Vittorio zou hebben gepleegd, maar die geen verband houden met de slachtpartijen van de Bende van Nijvel.

Bron: Verslag Tweede Bendecommissie (bijlage 1 en 2)

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

6

Hieronder een gedeelte uit het verhoor van Asmaoui van 27 januari 1988:

(...) A votre question, je vous répète que j’ai reçu un fois la visite d'Estiévenart au 'Domino'. Je suis allé une fois chez lui avec Bouaroudj. Je vous ai expliqué que Bouaroudj au GB de Drogenbos. Cette proposition s’adressait à moi-même et Estiévenart qui était déjà au courant. Vittorio n’était pas au courant de cette affaire car Bouaroudj considérait ce dernier inapte physiquement.

Lorsque je voyais Vittorio au 'Domino' ou ailleurs, c'est parce qu’il véhiculait Bouaroudj. J'ai effectué une reconnaissance à ce GB avec Bouaroudj et Colmant Laurence. Laurence ne savait pas de quoi il s’agissait. Nous parlions en arabe. J’ai fait cette reconnaissance dans le but d’informer la BSR de Mons, en l’occurence Mrs. Coulon et Amory. Mr. Coulon m’a recommandé de ne pas me "mouiller" dans cette affaire.

Je n’ai jamais eu mission de qui que ce soit de contacter les Borains. Je sais également que Bouaroudj a fait une reconnaissance avec Rezzoual Mustafa d’un magasin 'Continent' à Maubeuge (*). C’est Rezzoual qui m’a confié cela et il a ajouté que ce coup ne l’intéressait pas. Je n’ai jamais mis Christian Amory en contact avec Bouaroudj et Vittorio. Amory n’est d’ailleurs jamais venu au 'Domino'.

Bron: Verhoor Asmaoui Mohamed (dossier 42/87) | 27 januari 1988

(*) Dit verhaal speelt zich ergens begin jaren '80 af (1981-1982). Dit kan een interessant detail zijn in het onderzoek naar de feiten in Maubeuge. Meer informatie over Rezzoual Mustafa heb ik niet.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube