1

Onderofficier bij de rijkswacht, brengt het corruptieschandaal bij het Nationaal Drugsbureau uit, wordt daarop door de rijkswachttop gedesavoueerd en neemt ontgoocheld ontslag na allerlei pesterijen. Hij heeft over zijn ervaringen een boek geschreven » Rijkswachter als Don Quichot: Een BOB-er op speurtocht bij het Nationaal Bureau voor Drugs

Hij overleed in mei 2005 aan de gevolgen van een beroerte. In oktober 2004 had journalist Guy Bouten nog een gesprek met Raes. Dit gesprek is vanaf pagina 110 te lezen in het boek De Bende van Nijvel. Een tweede gesprek begint vanaf pagina 152.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Hier extra info uit een verslag van de Bendecommissie:

De heer Raes trad in 1954 in dienst bij de rijkswacht en heeft er gewerkt bij de cavalerie en het militaire parket. Na cursussen in criminologie en specialisatiecursussen in verdovende middelen te hebben gevolgd werd hij in 1971 toegewezen aan de afdeling verdovende middelen van de BOB. Eind 1977 werd de heer Raes overgeplaatst naar het Nationaal Drugbureau NDB. Eind 1979 heeft gevraagd deze dienst te mogen verlaten omwille van de onregelmatigheden die er gebeurden. Aangezien er geen vacante betrekkingen waren bij de BOB werd hij naar het Militaire Parket overgeplaatst (Vos ook). Vanaf dan kan hij niets goed meer doen en heeft men alles gedaan om hem het leven moeilijk te maken.

Volgens de heer Raes werd hij niet alleen omwille van de Zaak François bij de rijkswacht weggepest maar ook omdat hij over andere zaken teveel wist. Zo was hij onder meer bij de behandeling van sommige dossiers op de naam van gewezen eerste minister Vanden Boeynants gestoten.

Het Nationaal Drugbureau NDB en de zaak François

De zaak Davila: Een cocaïnezaak waarin Carlos Davila word genoemd de voorganger van Mendez bij FN, en Bouhouche en de heer Raes hebben samen sommige onderzoeksdaden gedaan.

Transport van drugs in bevroren vlees: Deze zaak kan in verband gebracht worden met de bomaanslag op Goffinon op 11 oktober 1979, rond 14 oktober 1979 kreeg substituut Marchal een anoniem telefoontje waarin vier personen met de dood werden bedreigd: rechter Bisau d'Hautville, kolonel Vernaillen, adjudant Goffinon en de man van het controlecomité die enkel door zijn ondervragers gekend kon zijn. Dat telefoontje moest dus wel van de rijkswacht afkomstig zijn. Op 24 oktober werd een aanslag gepleegd op kolonel Vernaillen. Toen werd er beslist dat die bedreigde persoon rijkswacht bescherming moesten krijgen. Op 10 november werd aan die bescherming plots een einde gesteld en werd het gerechtelijk onderzoek stopgezet. Later heeft de getuige vernomen dat Bouhouche met adjudant Goffinon samenwerkte. Hij kon dus de naam van de man van het controlecomité gekend hebben.

Service l'Action Civique SAC: Een oude zaak van 1971-1972 dat naar aanleiding van de slachtpartij in 1981 in Auriol Frankrijk weer actueel was. De heer Raes heeft 1 en een half jaar op deze zaak gewerkt. Hij had vastgesteld dat er in Brussel een firma Valicia gevestigd was die een geneesmiddel Seonase fabriceerde maar die regelmatig contact had met één van de grootste heroïnehandelaars ter wereld: André Condeminne. De firma beschikte zogezegd over filialen in Frankrijk, Spanje en in Zwitserland uit onderzoek bleek dat dit slechts op papier bestond. In het laboratorium in Brussel werd heroïne vermengd met zemelen. Dat product werd uitgevoerd naar Zwitserland en Zweden. De heroïne werd van de zemelen gescheiden en de opbrengst van de verkoop was bestemd voor de SAC. Een zekere Bougriart was de chef van de SAC. De penningmeester was Facenta, die later zelfmoord heeft gepleegd. Facenta onderhield contacten met graaf de Dandelot. Graaf de Dandelot bezeat twee grootwarenhuizen in Brussel. De zaak "SAC" is aan het licht gekomen naar aanleiding van Auriol 1981. De heer Raes werd verplicht het onderzoek naar die zaal stop te zetten.

De zaak Medico: Heroïnehandel door firma Medico.

De heer Raes was ook op de hoogte date reeds een jaar een infiltrant bij de CCC was, en kon het niet verstaan dat men de CCC liet doen. François Raes kende Bouhouche en de andere leden van de BOB drugsectie zeer goed. Bouhouche en F. Raes  hebben samen onderzoeksdaden uitgevoerd in bepaalde zaken.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

3

Merovinger wrote:

Het staat vermeldt in de brief van François Raes van 25 januari 1999. Daar heeft hij het over de robotfoto van de reus met snor die gelijkenissen zou vertonen met Tavra (middels het dragen van hoge schoenen). Zie » tueriesdubrabant.winnerbb.com.

Veel bewijs brengt Raes niet naar voor in zijn brief die bol staat van 'horen zeggen', 'vermoeden', 'mogelijke pistes', 'misschienen', ... Bovendien puilt de brief uit van de schrijf- of typfouten, wat toch niet echt professioneel overkomt. Ook heeft hij nog een paar dagen later een errata geschreven om een aantal beweringen in zijn brief te verbeteren.

louisfrancois wrote:

» tueriesdubrabant.winnerbb.com

Hieronder de brief van Raes van 25 januari 1999 en de errata van 31 januari 1999. Zoals Merovinger zegt, staat de brief vol schrijffouten (wat het lezen niet bevordert) en is het een aaneenschakeling van hypotheses die zelden worden gestaafd met bewijzen. Dit bevordert de waarde van zijn theorie niet. Ik stel mij dan ook ernstige vragen bij het niveau van zijn onderzoek.

Raes François - 25.01.99
Rapport sur mes "vues" sur les tueries du Brabant Wallon

Pour moi, il s’agit de gens entrainés militairement et se connaissant bien, du moi pour la plus part.

D’abord, il s’agit d’un tout: affaire du BND - affaire Zwarts à Zaventem - le vol d’armes chez les Dyanes - et les tueries. Tout cela est une déstabilisation de l’état (des bruits à ce sujet circulaient déjà en 73/75; voulu en "haut lieu" (je citerai entre autre Mrs. VDB et Gol, ce dernier parce qu’il ne voulait à aucun prix une commission parlementaire!). Faits exécutés, à mon avis, en grande partie par des gendarmes, protégés par des officiers supérieurs (Généraux Beaurir et Beernaert et le Colonel Lhost) et même des magistrats, par exemple le PR Deprêtre (sa déclaration "ce sont des prédateurs!" et le rapport Wiesbaden). En 1989 j’ai été longuement entendu par le commission parlementaire, malheureusement, cette commission n’a pas entendu le général Beaurir !?! et seulement en dernier lieu Mr. VDB? Sans verifier ses dires; ce fut du théâtre.

Pour faire commettre les faits il fallait de l’argent au départ pour payer certains achats - travaux et certaines "crapules". Donc éventuellement l’argent du BND et de l’affaire Zwarts. Ensuite, les armes donc le vol chez les "Dyanes" où le colonel Lhost joua un sale rôle! Soit le sabota de l’enquête!!!

Comme tout le monde j’avais mes suspects: Bouhouche - Beijer - Lekeu (ex-Dyane) - Amory (ex-Dyane) et quelques autres comme Bultot mais il devait en avoir d’autres … et il devait avoir une deuxième bande celle que j’appellerai la bande "De Staerke" composée de Johnny De Staerke - Becker - Van Esbroek - Papadopoulos et Bultot.

Jusqu’il y a environ 15 jours, j’en étais là. Mais une information me pervint et me fit sursauter. En effet, il me fut dit qu’un ex-genarme d’origine Yougoslave, nommé Mikro Tavra était très lié avec Johan Demol!!! aussi ex-membre de la "Dyane" qu’ils se connaissent depuis l’âge de 14 ans car ils allaient ensembles suivre des cours de sports de combat dans la même salle. Tous deux avaient reçu des cours par le fameux Calmette! C’est aussi à ce moment là que l’on montra la dernière série des portraits robot et pour moi, celui que l’on décrit comme le géant ressemble à Tavra du moins si l’on faire grandir Tavra, par des souliers hauts par exemple - la figure et moustaches correspondent.

Personnellement je connais Tavra de par la boxe et la, je fus surpris d’apprendre qu’il avait été à la Dyane; je savais qu’il était en service à la BSR DE BXL (CIS Dans le service de l’adjudant Besbrugge (ex-BND) mais je croyais qu’il venait de la brigade de Schaarbeek et non de la "Dyane".

Je fis connaissance de Tavra dans les années 80 car il vient un jour à mon domicile pour avoir un autographe sur mon livre "Un gendarme Don Quichote" et je croyais qu’il faisait partie de la brigade de Schaerbeek, je ne sais pas pourquoi!

En tout cas, il ne m’a jamais dit qu’il avait fait partie de la "Dyane". Je le reverrai plus tard dans des soirées de boxe comme je vais le décrire ci-après:

D’abord je reste sur mon point de vue que le portrait robot paru en son temps lors de l’attaque "Dekaise" à Wavre représente: Bouhouche. Je fus officiellement entendu à ce sujet par la BSR de Wavre et par Mr. le J.I. Schlicker. Je crois aussi que la portrait robot de l’homme qui montait la garde "à une station d’essence" lors de l’attaque d’Alose est probablement Beijer.

J’en viens maintenant à l’affaire du taximaat Angelou trouvé assassiné dans le coffre de son taxi une nuit à Mons alors qu’il avait chargé un client, place Flagey à Ixelles. Pour moi, deux possibilités: ou bien le meurtrier a un point de chute à Mons car, une fois son forfait commis il allait quand même pas revenir à pieds ! ou bien un ou des complices suivaient en voiture pour le ramener. Certains pensèrent à Amory "montois y marié y habitant …. d’autant plus qu’Amory était en contact avec Beijer et Bouhouche, les deux précités "occupés" avec un certain Laforie" … en contact avec Angelou … et avec l’adjudant Besbrugge de la BSR de BXL.

Mais le fait due l’arme qui a servi pour tuer Angelou a également servi dans d’autres attaques dont celle pour assassiner le concierge de l’auberge à Beersel je me tourne alors éventuellement vers Mirko Tarva pourquoi; d’abord parce que l’on ne parle nulle part de lui  bien qu’il n’est pas un ange ensuite ses rapports avec Johan Demol et Calmette comme déjà dit et protégé par l’ex-colonel Lhost et bien casé, peut-être pour qu’il se taise sur certaines choses ….

J’ai aussi pu constater que Tavra était très lié avec des gens de boxe traditionnelle à Bruxelles. Je citerai Ferro Mario délégué des boxeurs pros mais aussi exploitant d’un garage-carrosserie et peinture [onduidelijk] Chaussée de Forest, 65 - établissements "Friuli" aussi très en contact avec la footballeur Schiffo et du coup aussi Je Jurion l’exploitant de l’auberge à Beersel, il est également lié avec le chanteur Claude Barzotti. Ferro était le manager de deux boxeurs pros yougoslaves qui habitent en Belgique, les frères Memeti, Nedjad né le 10.02.58 et Esat né le 07.11.59 tous deus connus de la justice.

Ferro est aussi très lié avec un sujet tunisien (manager et professeur de boxe à Bruxelles) le nommé Ben-Said Othman, habitant 7 Rue Borgval à 1000 BXL - également conny de la justice Belge!!! Ce dernier il ya environ 2 ans à 3 ans, a introduit en Belgique un boxeur pro tunisien qui était établi en France, mais qui a dû quitter la France après un beau séjour en prison pour trafic de stupéfiants; il a pu s’établir en Belgique en un tour de main il s’agit de Lofti Bekhir né le 20.10.61 habitant à 1000 BXL 3 Place St Géry à 100 m de chez Ben-Said. Belkhir n’a plus boxer depuis plus d’un an et je ne sais pas de quoi il vit. Les précités sont également très liés avec un ex-boxeur marocain établi à Ixelles il s’agit de Qissi Abdel né à Oujda le 20.01.60, il boxait pour l’esquive Ixelloise, mais actuellement il serait "la doublure" pour les films de Jean-Claude Van Damme du coup il fait de fréquents voyages aux USA.

Ferro; Ben-Said et Tara se montraient de temps à autre à des meetings de boxe accompagnés de l’adjudant Besbrugge et Ferro se vantait de sortir avec les précités mais aussi d’aller au restaurant avec le chef de Besbrugge, le lieutenant Reviers qui est actuellement affecté à l’E.M. Gd. Ce lieutenant est le fils de l’ex-général Revier qui juste après sa pensioen entra en function chez Boas. Père et fils sont soupçonnés de faire partie de l’extrême-droite, le père est décédé.

Ferro et Ben-Said ont connus le concierge, qui fut assassiné de la fabrique des gilets-pare-balles de Temse, soit Joseph Broeders, boxeur très connu … Curieux un des enfants de Broeders a déclaré des attaquants parlaient une langue étrangère qui ne ressemblait ni au français, ni italien, ni espagnole … Peut-être était-ce du yougoslave, Tavra et les frères Memeti ???? Lekeu a aussi déclaré "je ne suis pas étranger à l’affaire de Temse? Mais je n’ai pas de sang sur les mains." Il ne faut pas oublier que les tueurs ont poursuive Broeders, jusqu’au moment ou ils ont pu l’achever et ont cru avoir aussi achevé sa femme qui fut gravement blessée … peut-être Broeders avait il reconnu l’un ou l’autre.

Parmis la "Dyane" (soit au POSA) il y avait un certain François Guterriez des parents basques (Bilbao) qui faisait; aussi partie comme bénévole de la section Croix-Rouge de Schaarbeek. Il habitait pas loin de chez Mirko Tavra. Ce Guterriez prit un congé sans solde d’un an pour aller soit disant avec son père dans le Pacific (Philippes ou Hawaî). Il est revenu un an après et a repris sa place au POSA. Curieux départ comme s’il voulait se faire oublier comme Lekeu et Bultot. Je viens d’apprendre que Guterriez a déclaré à des amis qu’il a dû quitter le POSA car un officier avait pris son dossier personnelle dans sa voiture qui fut volée à Anvers !!! du coup, d’après Guterriez, ses activités et faux noms sont connus par le milieu donc il ne pouvait pas rester au POSA! J’ignore dans quel service il est actuellement. Guterriez et Tavra pourraient se connaitre car si Guterriez est d’origine espagnole, l’ex épouse de Tavra est espagnole; Il faut tenir compte que les gens du POSA non seulement sont spécialisés pour les observations mais aussi pour les filatures donc bons chauffeurs.

J’en reviens à Ferro, un garage-carrosserie est intéressant pour les transformations de voitures etc… Il connait peut-être aussi la bande De Staerke, car tout près de chez lui, rue Crickx n° 45 habite un neveu de Johnny De Staerke, Olivier né le 15.07.75 qui a boxé deux ans au BC Anderlecht. Il n’y boxe plus il parait qu’il est devenu garce-corps d’un ambassadeur d’un pays Africain (je crois le Benin) qui fait beaucoup de sorties nocturnes et Olivier De Staerke devrait accompagné! Ferro habite également tout près de Nicole Cabarteux, qui exploiterait une salle de sports de combat ou Tavra, Demol et autre chef des Dyanes s’entrainaient! Ferro aurait deux fils qui s’occuperaient de courses automobiles.

Curieux également Besbrugge avec qui j’étais amis même après l’affaire du BND a prit à un certain moment ses distances avec moi et alors que depuis 1982 à avril 1998 j’était toujours présent au bureau de la fédération de boxe, il n’est jamais venu me voir et lors des soirées de boxe, il ne restait jamais près de moi. Il en est de même avec Tavra il était venu chez moi comme dit plus haut, mais alors qu’il habitait à Schaarbeek à environ 250 m du bureau de la fédération il n’est non plus jamais venu me rendre visite, en fait  l’av. Chaumontel, son domicile est le prolongement de l’av. Eeckhoud ou la fédération se trouve. Je l’ai rencontré comme Besbrugge 4 à 5 fois mais à la boxe avec les autres.

La dernière fois que je l’ai rencontré il y a environ un an, il venait de prendre du service au Marché Commun et il m’a dit je suis content, j’ai quitté cette foutue gendarmerie, maintenant je suis à la sécurité du M.C. Il m’a aussi dit qu’il faisait encore du karaté.

Un autre contact de Ferro et Ben-Said et peut-être aussi de Tavra est le nommé Meunier Fernand - ancien champion de Belgique de boxe à l’ADEPS il était aussi policier à la ville de Bruxelles où il donnait des cours de sports et de tir au pistolet - le fils de Meunier était ou est toujours gendarme à Charleroi. Meunier fut mis à la porte de la police de BXL car il extorquait des "Homos" sur des parkings … j’ignore ce qu’il fait actuellement.

Encore Ferro: le 26.08.84 mr. Faccenda (ex-SAC) était président de la fédération qui se trouvait alors près de la gare de Schaerbeek avec son secr. gén. le nomme Willy Siebens? (pas de plus honnête) ceci pour reprendre à eux deux un café à la court d’Angleterre (l’ancien local du Front de la Jeunesse) - le secrétaire y trouva Faccenda une balle dans la tête … il ne prévint pas la police mais Ferro, qui vint sur place de St Gilles finalement la police de Schaerbeek fut prévenu 2 heures après. La veille Faccenda avait touché 110.000 fr d’Italie on ne sait ce qu’est devenu cet argent … de plus son carnet d’adresses dont il ne se séparait jamais avait disparu … l’enquête fut bâclée et conclu au suicide …

Pourtant Faccenda devait quelques jours après, soit le 1 septembre prendre les fonctions de secrétaire général de l’EBU (European Boxing Union) et moi être son secrétaire … Donc il n’avait à mon avis aucun motif pour se suicidée d’autant plus que quelques instants avant sa mort, il avait rencontré en rue, une des filles et l’agent de quartier et ni l’un ni l’autre n’avait aperçu quoi que ce soit de bizarre dans le comportement de Faccenda. Moi j’étais en vacance tout ce mois d’août en Espagne.)

Après sa mort on s’aperçu que les finances de la fédération était mois que zéro bien qu’il devait u avoir 2.800.000 FR mais l’argent avait été placé dans des titres par le trésorier général Menin Daniel, à ce moment la directeur d’une agence banquier. Mais ces titres provenaient d’un vol … En fait Menin était le frère de Simonne Menin, épouse du gangster bruxellois Michel Dewit … Pourquoi Siebens avait il appelé Ferro au lieu de la police ou un administrateur? On ne le su jamais … quelques temps après (3 mois) il fut éjecté de la fédération pour malversations … C’est alors qu’ils firent appel à moi pour reprendre le secrétariat général, j’avais alors quitté la gendarmerie. Ferro a exploité un certain moment un restaurant à Waterloo, mais il n’a pas su tenir le coup; il invitait trop de gens dont l’adjudant Goffinon entre autre.

La bande De Staerke: des gitans: Becker (baloo) - Van Esbroeck, Papadopoulos et Bultot.

De Staerke à l’attaque d’Alost: ancien légionnaire connait le maniement des armes et habitué aux mauvais coups. - d’abord il est faire une reconnaissance des lieux la veille (déclaration de sa femme et de sa fille) - il n’était pas chez lors de l’attaque - il y aussi l’affaire de la valise … Il y a aussi la déclaration d’un témoin, gitan, qui déclare avoir été mis en joue par un des agresseurs mais ce témoin a crié en langue gitan: si tu me tues les démons … phrase très usitée chez les gitans, l’agresseur aurait alors détourné son arme!!!!!!

Il y a le témoin joueur qui aurait reconnu Bultot!

Chose curieuse? Les gendarmes en surveillance sur la parking du magasin ont quitté les lieux une demi-heure avant la fermeture et c’est précisément à ce moment là, après le départ des gendarmes que l’attaque a lieu, la bande était il au courant - qui a fait partir ces gendarmes avant l’heure?

Quant à Becker, il semble-t-il on n’a jamais interrogé le commandant Francois sur ses contacts, hors services avec Lekeu et Bernard Deville, ex-gradé de la BSR de BXL mais parti pour la PJ de BXL et qui est soupçonné de faire partie de l’extrême-droite. En 80 après le BND le Cet Francois fut mis en service au commandement logistique de la gendarmerie, peut-être était au courant des intentions d’achats des vestes pare-balles … et en aurait parler à Lekeu?

Raes François - 31.01.99
Suite à mon rapport (tueries)

  1. Rectificatif: en effet, le jaugeur qui aurait vu Bultot était à Nivelles et non à Alost.

  2. Concerne l’affaire ) Temse - gilets pare-balles

La victime boxeur Broeders: a commencé à boxer le 4 février 1978 et a boxé jusqu’à son assassinat soit le 10.09.83.
Curieux:  le boxeur Memeti Nedzat a commencé à boxer en Belgique le 25 mars 1978, soit un mois après Broeders et a continué à boxer jusqu’en 1984. Son frère Memeti Esat, champion de Yougoslavie, a commencé à boxer en Belgique le 23 septembre 1977 et ce juscu’en 1984 aussi. Mais, il y a une "coupure" entre 28.09.79 et le 18.02.84. Pourquoi? Parti ou en prison? Je vais essayer de savoir. Il est un fait que si Broeders n’a jamais boxé contre les Memeti’s (+- 20 kg de différence) ils se sont inmenquablement connu dans les soirées de boxe, salles et vestiaires. Broeders boxait à Anvers tandis que les Memeti’s boxaient à Bruxelles, salle Avia, installée d’abord l’Avenue de l’Abattoir, 15 à BXL, puis ce club s’est installé en 79 Rue Van Der Weyden, 9 à 1000 BXL (Palais du Midi).
Memeit Nedzat, était domicilié à Schaerbeek, rue Henri Berger, 61, puis parti pour la Rue des Palais, 139. Memeti Esat était domicilié à Schaerbeek, Rue Joseph Brant, 81, puis Rue Anglaise, 16 à Molenbeek-St-Jean. Tous deux sont passés boxeurs professionnels en 1980.

A ce temps là: Ferro Mario habitait dans un appartement face à l’hôpital de St-Gilles, soit au 43 Avenue Molière 1180 BXL et Ben-Said Othman, au n* 1031 B, Chaussée d’Alsemberg, 1180 BXL.

Il est très probable que les voleurs ne savaient pas que Broeders habitait là car c’était son épouse la concierge, lui travaillait ailleurs à Anvers. Donc dans le cas des Memeti’s ils auraient pu être surpris de voir Broeders et l’ont abattu et son épouse par peur d’être eux-mêmes reconnus … Ils auraient pu sinon seulement l’assommer, commettre le vol et ainsi laisser planer le doute sur les employés de l’usine …

Il me semble avoir lu quelque part, que l’on parlait des frères Memeti’s concernant le meurtre de Dodak (restaurant le Jambon, Chaussée de Charleroi)!!!

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Zijn de broers Memeti Albanezen?

Hierbij een interpellatie uit 1991 van een parlementslid aangaande de door de Regering beloofde rehabilitatie van weggepeste, gemuteerde speurders in het Bende-onderzoek. Onderstaand antwoord van de toenmalige Minister van Landsverdediging, Guy Coëme, dat ingefluisterd werd door de top van de Rijkswacht is eigenlijk een regelrechte publieke vernedering van de opzijgeschoven BOB’ers Bihay en Balfroid. Met dit antwoord werd eigenlijk op een verdoken en schijnbaar beleefde manier een dikke middelvinger naar deze twee rijkswachters gestoken. Er wordt nl. naast de vraag geantwoord waarom er pas na hun verwijdering uit de BOB van Waver tuchtverslagen werden opgesteld terwijl dit voorafgaandelijk aan de administratieve maatregel had moeten gebeuren. Bovendien wordt geantwoord dat Bihay en Balfroid niet geschikt bevonden werden om te werken binnen een BOB maar dat ze als ze lang genoeg aandringen ze mogelijks opnieuw zouden kunnen aangesteld worden doch echter alleen nadat ze nodige cursussen zouden volgen.

Interpellatie van de heer Van Dienderen tot de Minister van Landsverdediging over de ‘rehabilitatie van slachtoffers van het bendeonderzoek’

De heer Voorzitter: Dames en Heren, aan de orde is de interpellatie van de heer Van Dienderen.

De heer Van Dienderen: Mijnheer de Voorzitter, mijnheer de Minister, geachte collega’s, op 5 juni van vorig jaar [1990], tijdens de debatten over de conclusies van de Bendecommissie, deed Premier Martens een zeer belangrijke en duidelijke uitspraak namelijk: “Zij – dat slaat op de Regering – heeft besloten de situatie van diegenen tegen wie verdoken of onrechtmatige straffen zouden zijn uitgesproken opnieuw te onderzoeken”. Zulks werd gevraagd door de leden van de Bendecommissie in het officiële rapport. Verscheidene leden hebben dit achteraf tijdens het parlementair debat over de conclusies van de Bendecommissie, nog eens uitdrukkelijk in de verf gezet.

Ruim zes maanden na de verklaring van Premier Martens hebben diegenen die menen daarvan het slachtoffer te zijn geweest er nog steeds niets van gehoord. Het bleef bij een intentieverklaring.

Mijnheer de Minister, wanneer zal de Regering daar eindelijk werk van maken? In de eerste plaats gaat het om François Raes, een gewezen rijkswachter, die in 1982 de zogenaamde zaak ‘François’ aan het rollen bracht, wat door zijn onmiddellijke oversten allerminst werd geapprecieerd. Hij werd zodanig gepest dat hij op eigen initiatief de rijkswacht verliet. Dit had voor hem niet alleen weddeverlies maar ook, sinds 1988, pensioenverlies tot gevolg.

Mijnheer de Minister, wij weten nu dat François Raes het bij het rechte eind had met zijn verklaringen en dat hij dus ten onrechte niet werd geloofd door zijn oversten. Daardoor besliste hij uiteindelijk ontslag te nemen. Ik vraag mij af of de Regering ter zake niets moet ondernemen.

Het tweede geval betreft de twee Waverse BOB’ers Frans Balfroid en Gerard Bihay. Uit het rapport van de Bendecommissie blijkt dat ook deze twee personen gedaan hebben wat van hen mocht worden verwacht. Een groot aantal van hun bevindingen werd later trouwens door sommige van hun collega’s bevestigd. Zo hadden zij het bijvoorbeeld over extreem-rechtse rijkswachters. Dit werd later bevestigd door de onthullingen over de groep G. Tevens verzamelden zij heel wat gegevens over de Westland New Post, die achteraf ook juist bleken te zijn. Ongelukkig voor hen kwamen zij iin ‘aanvaring’ met de Nijvelse procureur Deprêtre tegen wie nu een tuchtprocedure hangende is en die de centrale figuur is in het onderzoek, gevoerd door de heer Lambeau van het Hof van Beroep te Brussel, betreffende de vervalsing van gerechtelijke documenten.

Mijnheer de Minister, u gaf aan de generale staf de opdracht het dossier van de zaak Balfroid en Bihay opnieuw te onderzoeken. Stelde u in dat verband een tijdslimiet voor.

Ikzelf en verscheidene collega’s, die momenteel niet aanwezig zijn, ontvingen hierover een rapport vanwege één van de drie rijkswachtvakbonden, met name de Syndicale Federatie van de Belgische Rijkswacht. Daarin wordt aangetoond dat de overplaatsing van deze personen – de administratieve maatregelen dus – in feite ten onrechte gebeurde en de motieven ter zake weinig relevant zijn. Het S.F.B.R.-dossier toont duidelijk de ongegrondheid aan van deze administratieve maatregelen. De overplaatsing wordt gemotiveerd aan de hand van drie tuchtverslagen. Die tuchtverslagen zijn telkens opgesteld nadat de administratieve maatregel, de verwijdering uit de BOB van Waver, al was geformuleerd. Dat gebeurde op 12 augustus 1987. Het eerste verslag nummer 213 dateert van 23 november 1987. Het verslag 211 is gebaseerd op feiten van de maand september 1987. Het derde verslag nummer 218, waarop deze administratieve maatregel is gebaseerd, handelt eveneens over feiten die slechts op 23 november zijn bekendgemaakt, dus ook weer een hele tijd na het uitvaardigen van de maatregel, met name op 12 augustus, die een voorstel tot mutatie inhoudt.

Bovendien werden die verslagen bijzonder vlug opgesteld. Dit doet niet alleen bij de vakbond, maar ook bij mij vragen rijzen over de motieven die aan de basis van die ‘snelheid’ hebben gelegen. Is het niet zo dat men nadien redenen is gaan zoeken om de maatregel te motiveren, terwijl in werkelijkheid de maatregel werd genomen omdat men het niet eens was inzake het spoor dat deze twee rijkswachters, met betrekking tot het onderzoek naar de Bende van Nijvel, volgden?

De vakbond zegt ook – dit is toch een vreemde zaak – dat de beslissing werd genomen door Generaal Beirnaert. Hij heeft tijdens een ondervraging voor de Bendecommissie verklaard dat de maatregel wordt gemotiveerd door de publicatie in de krant De Morgen van een verslag van de onderzoeksrechter. Dit staat op bladzijde 233, deel 4, van het verslag. Dit staat haaks op de drie tuchtverslagen die nadien als motief aangehaald zijn voor de administratieve maatregel. Dit is een zeer vreemde zaak.

Eén van de concrete tuchtverslagen handelt over de poging van twee rijkswachters om lopen die zij in beslag zouden genomen hebben in te ruilen tegen munitie bij de wapenhandelaar Dekaise. In een recent boek ‘De Bendetapes’ wordt hierop ook ingegaan. Beijer, ex-rijkswachter, wordt herhaaldelijk geciteerd in verband met de Bende van Nijvel. Hij zegt heel duidelijk dat hij het eigenlijk is die het tweetal van Waver heeft gediscrediteerd. Op bladzijde 52 van het boek ‘De bendetapes’ staat letterlijk: “Ik heb mijn ex-collega Fièvet naar Dekaise gestuurd en hij heeft een verslag gemaakt, het verslag op basis ondermeer waarvan deze maatregel genomen is”. Beijer heeft dus in het boek uitdrukkelijk toe dat hij achter deze discreditering staat.

Mijnheer de Minister, ik wil in verband met deze aangelegenheid ook een concrete vraag stellen omtrent het reglement A8bis betreffende het administratief statuut is ruimer dan het geval van deze twee rijkswachters. Het komt mij namelijk voor dat op grond van dit reglement personeelsleden van de rijkswacht onvoldoende middelen hebben om zich te verdedigen. Vandaar dat ik in mijn interpellatieverzoek de vraag heb gesteld of dit reglement ook niet dient herzien te worden in de zin dat de rijkswachters die betrokken worden bij een bepaalde zaak meer kansen op verdediging krijgen.

Mijnheer de Minister, dat zijn de concrete gevallen van slachtoffers van het bendeonderzoek. De Regering zou hun situatie opnieuw onderzoeken en eventuele onregelmatigheden rechtzetten. Ik meen aangetoond te hebben dat deze mensen echt slachtoffer zijn geweest en dat er gegronde reden tot rehabilitatie is. Ik ben zeer benieuwd te vernemen of dat ook het resultaat is van het onderzoek is dat u heeft laten uitvoeren. Ik hoop dat uw beslissingen ook in die richting gaan. (Applaus)

Monsieur le Président: La parole est à Monsieur le Ministre de la Défense nationale.

Monsieur Coëme, Ministre de la Défense nationale: Monsieur le Président, je prie Monsieur Van Dienderen de m’excuser de lui répondre en français, mais je n’ai moi-même reçu la réponse des services que ce matin. La traduction lui sera fournie le plus rapidement possible.

A la suite de la décision du Gouvernement de faire réexaminer le dossier administratif de certains gendarmes qui auraient pu avoir fait l’objet de sanctions déguisées ou abusives, les dossiers ont été réexaminés à ma demande.

Ils concernent respectivement le Premier Maréchal des Logis Raes d’une part, aujourd’hui à la retraite, et d’autre part, le Premier Maréchal des Logis chef Bihay et le Premier Maréchal des Logis Balfroid qui avaient dû quitter leur fonction à la BSR.

M. Raes avait obtenu, à sa demande, sa pension anticipée et demande par la suite la révision de sa situation administrative en matière de pension. Le dossier de révision est en cours depuis plusieurs mois à ma demande.

J’attends, dans les prochains jours, les conclusions de cette révision. Des contacts ont eu lieu entre le commandement, l’Etat-major et mon Cabinet. Une fois en possession des propositions du Gendarmerie, je prendrai les mesures indispensables pour faire aboutir ce dossier. J’attire votre attention sur le fait que la révision de la pension de l’intéressé, dans la mesure où elle serait possible, nécessiterait une procédure législative, c’est-à-dire tout à fait exceptionnelle pour un seul cas. Je prendrai contact, dès réception des conclusions de la gendarmerie, avec mon collègue des Pensions. Mais je puis d’ores et déjà, vous assurer que mon cabinet a eu des contacts avec celui des Pensions afin de prévenir de l’arrivée de ce dossier pour que, sans perdre de temps, on commence déjà à réfléchir à la meilleure voie pour tenter d’aboutir à la révision du cas de Monsieur Raes.

En ce qui concerne les messieurs Bihay et Balfroid, il ressort des dossiers que les intéressés n’avaient pas à l’époque toutes les aptitudes pour servir dans la BSR, spécialement dans une période particulièrement difficile.

J’ai toutefois demandé au Commandement de la Gendarmerie de prendre en compte l’intérêt de voir aplanir les difficultés psychologiques que ces dossiers ont générées dans une période particulièrement difficile pour le personnel de la Gendarmerie.

En conséquences, si les intéressés introduisent régulièrement de nouvelles demandes pour être affectés à une BSR, ces demandes seront examinées avec bienveillance et avec toute la sérénité voulue et, le cas échéant, une période probatoire leur sera accordée. Je veux dire par là qu’aujourd’hui, pour entrer au sein d’une BSR, on demande que l’on suive un cours. Vu l’expérience vécue avec ces deux gendarmes, il nous paraît utile qu’ils puissant aussi suivre ces cours tout comme ceux qui entrent à l’heure actuelle en service à la BSR. J’imagine que chacun comprendra notre souci en ce domaine.

En ce qui concerne les déclarations de l’ex-gendarme Robert Beijer, auquel l’honorable membre fait allusion, je peux confirmer qu’il n’en est nullement question dans les dossiers des intéressés.

Enfin, compte tenu de ce qui précède, je ne vois pas pourquoi il faudrait modifier les prescriptions du règlement A8bis. J’ajouterai que les mesures de contrôle décidées par le Gouvernement sur l’ensemble des polices de la gendarmerie et des services de sécurité renforceront évidemment les garanties de bon fonctionnement et la protection du citoyen contre tout risqué d’arbitraire.

J’ajoute, pour terminer, que l’inspection Générale de la gendarmerie est également réorganisée et sera sensiblement renforcée dans le même esprit.

De heer Voorzitter: De heer Van Dienderen heft het woord.

De heer Van Dienderen: Mijnheer de Voorzitter, eerst en vooral dank ik de Minister voor zijn antwoord. Zoals de regering heeft beloofd werd de zaak nogmaals doorgenomen, maar volgens mij sleept het toch lang aan. In verband met de heer Raes kan de Minister nog altijd geen definitieve beslissing aan het Parlement meedelen. Uit zijn antwoord meen ik nochtans te mogen afleiden dat er een positieve beslissing zal uit de bus komen. Ik dring erop aan dat dit zonder verder uitstel zou gebeuren. Indien daarvoor wettelijke initiatieven moeten worden genomen, dient ook dit zonder verwijl te gebeuren.

Voor de heren Bihay en Balfroid lijkt men een compromis te hebben aanvaard: zij zullen opnieuw bij de BOB worden opgenomen, tenminste als zij daarop meermaals aandringen.

Mijnheer de Minister, ik vind dat u hierdoor de vorige administratieve maatregelen afkeurt en daarmee impliciet stelt dat het reglement A8bis slecht heeft gefunctioneerd. Er werd immers voor deze zaak een parlementaire onderzoekscommissie opgericht; er was een regeringsverklaring voor nodig, opdat uiteindelijk in de toekomst recht zou geschieden. Ik blijf erbij dat het reglement A8bis dringend moet worden herzien , opdat in ons democratisch bestel ook rijkswachters recht op verdediging zouden hebben wanneer zij in een bepaalde procedurezaak worden verwikkeld.

Monsieur le Président: La parole est à Monsieur De Raet.

Monsieur De Raet: Monsieur le Président, cette affaire me préoccupe vivement. Lorsqu’il fut question, au niveau de la Commission de l’Intérieur, de l’évolution, de la démilitarisation de la gendarmerie, le cas de Monsieur Balfroid avait été évoqué. J’y ai évoqué son dossier. Je suis très heureux de la réponse que vous avez donnée aujourd’hui, Monsieur le Ministre, parce que j’espère que les choses vont s’arranger. Monsieur Balfroid a eu le mérite d’être d’une très grande honnêteté lorsqu’il a déposé devant la commission d’enquête et je crains qu’il n’ait été par la suite victime de mesures dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles ne sont pas très sympathiques. Je trouve personnellement le cas de Monsieur Balfroid comme celui de Monsieur Bihay d’une extrême importance. Ce sont des hommes qui, à la BSR, ont toujours fait preuve d’assiduité et d’honnêteté. On a retenu contre eux de véritables peccadilles pour les éloigner de la BSR. Il doit y avoir réparation. Ils méritent leur réintégration.

Monsieur le Président: La parole est à Monsieur le Ministre de la Défense nationale.

Monsieur Coëme, Ministre de la Défense nationale: Monsieur le Président, pour que les choses soient tout à fait claires, je tiens à dire que, comme je l’ai précisé, il s’agit d’une question de jours pour que nous obtenions le rapport du Commandant de la Gendarmerie pour le cas de Monsieur Raes avant que je ne transmette ce dossier à l’administration des Pensions.

Par ailleurs, avec beaucoup de diplomatie, j’ai tenté de faire comprendre que si je respectais les décisions qui avaient été prises par le Commandant de la Gendarmerie, je considérais aussi qu’il était utile de donner une nouvelle chance à ceux dont, se fondant sur les conclusions de la commission Bourgeois, on souhaitait que le dossier soit revu.

Monsieur le Président: L’incident est clos. Het incident is gesloten.

Bron: Kamer van Volksvertegenwoordigers van België | Parlementaire handelingen | verslag openbare commissievergaderingen | Commissie voor Landsverdediging | 30 januari 1991