1

In de nota's van Willy Acke is er sprake van een zekere Guy Jadot. Hij zou aan de inspectie van Delhaize info hebben gevraagd en gekregen over de Delhaize-warenhuizen:

Guy Jadot (firma IMPEX, Vorstlaan BXL)
Vraagt en krijgt van inspectie Delhaize info ivm opening-sluitingsuren Delhaizes, beveiliging, geldtransporten ...
Nam deel aan de roze balletten
heeft naast IMPEX gewoond
Jadot + (onleesbaar) recent aangehouden in XTC-dossier

Bron: Nota's Willy Acke

Zijn naam komt ook voor in de samenvatting van het dossier Dutroux en het rapport-Godbille. Hieronder de info uit het rapport-Godbille:

Jadot komt in restaurant Etang Du Tri te [onleesbaar adres] met Perin, Michel [waarschijnlijk Louis Michel], Gol PRL
PK De Preter, PK van Namen
Comm. Peiffer

Jadot heeft in september 1986 (onleesbaar)
zit in de Piccola Mondo met Reyniers.
Zegt voor Reyniers gewerkt te hebben.

Guy Jadot 14.6.35, Namen, Rue Asty Moulin
Geseind CSB 085.159
Pol. Rixensart winkeldiefstal

Basjrami: en contact avec Guy Jadot (cfr. infra)

Neisen André et Joseph: cfk à leur sujet, ce qui est dit à propos de Guy Jadot

Bron: Rapport Godbille

Deze Guy Jadot is dus een crimineel met banden in het "traditionele" criminele milieu en met bepaalde politiekers.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

2

Hieronder de info over Jadot uit de samenvatting van het dossier-Dutroux:

31/10/96 JC Thomas (Gd) est contacté par un anonyme
Le témoin est scandalisé par la manipulation de l’opinion publique par la Presse (DH) Il parle de l’article "Ras-le-bol".
Marnette a lui-même participé à des partouzes avec Nihoul au cours desquelles il y avait de la coke. Il s’agit d’une manipulation de Marnette Georges (PJ) avec la complicité de Dupont (DH).
Marnette est encore en contact avec Forgeot et Bara.
Marnette a des protections.
Il a entretenu une liaison avec Paulus de Chatelet.
Affirmations peuvent être confirmées par Guy Jadot (ex-informateur de Marnette et Reyniers) et par Barega Salvatore dit Ronny gérant d’un café place du Luxembourg (Le London).

Bron: PV 116.065 05/11/96

Samenvatting van een verhoor van Guy Jadot:

Il a été informateur de Marnette-Reyniers-De Vroom. Il a participé à des partouzes au Club D'O et aux Atrebates. Il a connu Forgeot via Vanderbeken Guy.
Marnette et Reyniers ont participé à certaines partouzes chez Bara et au Club D'O.
Il a appris la relation entre Marnette-Nihoul-Forgeot-Bara.
Marnette et Reyniers ont eu un accident avec un véhicule de service aprés une partouze.
Ils ont dit qu’ils étaient en poursuite et ont rédigé un faux PV justifiant leur intervention.
Via De Vroom il a connu diverse personnes du monde politique (Substitut Lemage - PG Gent Norbert Bauwens - Jean Gol - Perrin Bernard).
Club D'O à Meise.
Boussery Monique et Biarent Dominique étaitent aux partouzes avec Jadot. Club D’O exploité par Barega Salvatore.

Bron: PV 116.064 08/11/96

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

3

Of er verband is tussen Guy Jadot, Michel Jadot - eigenaar van Garage Jadot, waar de Bende van Nijvel de Saab gestolen heeft - en Bende-verdachte Christian Jadot weet ik niet. Jadot is namelijk een naam die vaak voorkomt in Wallonië.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

4

In deze context lees » tueriesdubrabant.winnerbb.com

Vol de bijoux à Bruxelles, arrestations hatives à Liège. Chasse aux primes? La Justice dans un sale linge.

Vol suspect, provocation policière pour faire tomber un receleur et faire payer la prime. La défense en appelle à la cour.

L'affaire plaidée hier devant M. Drion, de la 4e chambre d'appel de Liège, en rappelle de semblables, comme l'achat chez Ambach de diamants prétendument volés à Anvers en 1978. Celle-ci date de 1985 et sent aussi mauvais: le tribunal de Namur a récemment prononcé trois acquittements dans ce dossier de recel de bijoux qui transpire la provocation policière, même si ici le premier prévenu, Neisen, tient du gibier qu'un juge n'acquitte qu'à regret. D'où l'appel interjeté par le parquet après les acquittements de Namur.

D'abord, le recel n'existe que s'il y a eu vol, c'est connu. En est-ce un, ce vol-minute de la voiture d'un diamantaire, le 6 mai 1985, à 12 h 30, rue Borgval, près de la Bourse, à Bruxelles, et retrouvée dès 13 heures, alarme hurlante, à cinquante mètres de là, rue Saint-Géry? Le coffre est vide: une mallette pleine de bijoux (valeur: 20 millions) a disparu. Aucune trace d'effraction. L'enquête policière se borne à un simple constat.
Un bon mois plus tard, la PJ de Liège arrête trois receleurs (dont Neisen) venus vendre une partie du butin (pour 9 millions) à un bijoutier liégeois. Neisen donne d'abord une version fantaisiste, puis s'explique; les deux autres reconnaissent aussitôt les faits.

L'affaire serait limpide sans la contre-enquête de la défense, qui brandit un "procès-verbal initial" de la PJ de Liège, daté du jour des arrestations (le 17 juin 1985, à 17 heures), et crie à la provocation:Comment à cette heure-là la PJ de Liège pouvait-elle avoir appris par le commissaire Peyfer, de la PJ de Namur, que Neisen allait partir à 19 heures de Namur pour Liège avec les bijoux? Impossible, sauf si l'on apprend ensuite (par une correspondance photocopiée dans de curieuses conditions) qu'un indicateur du commissaire Peyfer, Guy Jadot, parent de l'amie de Leisen, avait passé l'après-midi chez sa cousine Antigone pour parler de bijoux avec Neisen, s'était absenté pendant une heure pour revenir, à 18 h 30, avec les bijoux.

Me Pierre Delieu relève aussi que Jadot a volé et photocopié la correspondance de Neisen à Antigone pour la remettre au commissaire Peyfer, que le commissaire a exercé des pressions sur des témoins et qu'une plainte à ce sujet est restée sans suite, que la PJ de Liège ne pouvait pas avoir eu d'autre indic que Jadot pour remonter à Neisen, que Jadot travaillait pour la PJ de Namur et pour le commissaire Dewachter du BIC (l'administration de l'information criminelle), commissaire qui rédigea sur l'affaire un "vrai faux rapport" transmis par l'administrateur du service à la PJ de Liège au lendemain des arrestations... alors qu'il était supposé en être à l'origine. Que la PJ de Liège a présenté ce rapport comme vrai. Que Dewachter était bien à Liège le jour des arrestations, même s'il est venu dire le contraire à la barre des témoins. Ça fait beaucoup...

Nous n'avons pas la preuve qu'à Bruxelles le vol des bijoux n'ait pas été simulé. Le vrai faux rapport de Dewachter n'a été établi que pour escroquer au BIC la prime que la PJ de Liège n'était pas en mesure de payer, affirme Me Delieu. Ce faux rapport ne prouve même pas l'absence de la provocation. Trop d'éléments désignent Jadot comme le provocateur. Le parquet commet une infraction en utilisant un faux, établi par des fonctionnaires, une faute passible d'une peine criminelle, plus grave que celle qui est reprochée aux prévenus.

Me Robert Collignon, autre défenseur de Neisen, Mes Carton et Corbusier, pour les deux autres prévenus, abondent dans le même sens. Ne subsistent guère, des arguments de l'accusation développés contre Neisen par l'avocat général Mme Tilly, que le fait que Neisen se soit approprié quelques bijoux. Volés le jour de la transaction pendant que l'autre était aux toilettes, a précisé le premier prévenu. Arrêt le 14 mai.

Bron: Le Soir (René Haquin) | 17 april 1991