11 (edited by club_le-happy-few 11-12-2007 00:18)

Doen zijn broers nog steeds rommelmarkten? Wie van hen  zat er eigenlijk ook in de Bende De Staerke? Leon (banden met FN?), Robert & Julien. Nog anderen? Wat is hun aandeel? Waar hebben ze Sotirios en Apostolos leren kennen (kunnen zij de 2 zo gezegde "Grieken" van de bende van Nijvel zijn?). Of zat één van hen in de gevangenis op dat ogenblik?

Zat zijn eerste vrouw Anne Bogaert ook in "het milieu"? Deze keer zal Philippe De Staerke zich precies niet financieel in het zak laten zetten door de vrouwen, zou zich een 12 jaar oudere weduwe gekozen hebben. smile De charmeur van de Bende "Popolino" zou regelmatig jongere madammen van vreemde afkomst aan de haak slaan.

12

Ik weet eigenlijk niet of de Grieken van de bende De Staerke wel in aanmerking komen voor de bende van Nijvel, de bende De Staerke waren geen echte moordenaars zoals de bende van Nijvel, ze deden overvallen voor het geld. Ik weet wel dat één van de 2, ik denk de oudste (Apostolos) bij de overval in Aalst in de gevangenis zat. Of ze moeten er voor betaald geweest zijn? Maar dan zou je moeten weten wat voor mensen ze waren, ik denk dat Phillipe eigenlijk wel de gekste was.

Wie zat er allemaal in de bende van baasrode: Philippe De Staerke, Leopold Van Esbroeck, Dominique Salesse,Apostolos en Sotirios Papadopoulos, Alain Moussa, Robert De Staerke, Léon De Staerke, Julien De Staerke.

Op het proces stond ook Jean Bultot terecht met de bende, vanwege een diefstal van video's, hij was de opdrachtgever. Julien werd vrijgesproken op het proces. Sotirios stond niet terecht op de beklaagdenbank, hij is ook niet veroordeeld i.v.m. de bende van baasrode.

En Van Esbroeck zou terug 'tijdelijk' vastzitten na die diefstal? Is het laatste wat ik gehoord heb.

14 (edited by club_le-happy-few 09-01-2008 18:31)

Naar het schijnt zou Andy De Staerke momenteel vastzitten? Er is dus opvolging in de familie. Hebben Philippe en Robert eigenlijk kinderen?

15

club_le-happy-few wrote:

Naar het schijnt zou Andy De Staerke momenteel vastzitten?

Van wie is hij de zoon?

Zoon van Julien en Veronique geloof ik. Julien's ex zou naar 't schijnt ook geen gewone zijn. Zoon moet begin de 20 zijn. Ze zouden ook nog een jongere zoon hebben.

Ook Léon zou min. 2 kinderen hebben (uit een relatie in de jaren '90), of hij ook nog oudere kinderen heeft weet ik niet. Nog iemand meer info over Bertha De Staerke en Istvan Vargas?

De verklaringen van De Staerke

"Je ne suis pas un lâche qui tue des enfants ». Le gangster Philippe De Staerke veut commencer une nouvelle vie. Bruxelles Thierry Goeman. « Ce que je veux surtout maintenant c’est la tranquillité. J’ai commencé une nouvelle vie et j’ai un travail. Je comprends les parents des victimes mais je suis moi-même aussi un peu une victime. Pas de la bande mais de la justice. Je ne suis pas un lâche qui tue des enfants. Ils ont cherché et trouvé en moi un bouc émissaire. Mais de toutes les preuves qu’ils avaient contre moi pas une seule a tenu bon. La bande a été dirigé par un mouvement politique, je maintiens cela".

C’est ce que Philippe De Staerke a dit dans un intervieuw exclusif avec le Belang van Limburg. De Staerke aura 44 ans le 28 août. La plupart des hommes ont une famille, une maison et un job à cet âge. Sur ce plan, De Staerke a des années de retard. Il a passé plus de 10 ans en prison. "Du temps perdu que tu ne rattrapes plus jamais ", c’est ce qu’il dit lui-même. L’homme qui était un moment donné le gangster le plus vénéré du pays, habite avec son amie dans un minuscule appartement dans le centre de Bruxelles. Les centaines d’attaques et vols qu’il a commis autrefois ne l’ont apparemment pas enrichi. Au mieux, il ne lui reste pas grand chose des butins.

De Staerke et son amie sont les seuls blancs à habiter l’immeuble de dix étages. Mais cela ne les dérange pas. "Ici on ne me reconnaît pas au moins", dit-il. "J’ai pris la résolution de ne plus jamais avoir à faire avec la justice". Le non-lieu de mercredi dans le dossier de la bande des TBW, signifie pour moi un nouveau départ. Pour cette même raison je ne veux pas être photographié. Le 'nouveau' De Staerke ne ressemble pas physiquement au criminel qu’on pouvait voir dans les journaux et à la télévision dit-il lui même. Pas de soif de vengeance, avec un palmarès pareil on s’attendrait à voir un lourdaud dur mais c’est ce qu’il n’est pas (plus), l’ancien leader de la bande de Baasrode. Il parle avec une voix faible, tremblante et répète des dizaines de fois pendant la conversation combien qu’il trouve grave ce qui c’est passé pour les familles des victimes. Quand on l’écoute on a du mal à s’imaginer qu’il a osé brûler un feu rouge un jour.

Pourtant dans le top dix des personnes avec le plus long casier judiciaire il peut rivaliser la place supérieure. "J’ai un passé lourd, je ne peux pas le nier. J’ai fais des bêtises. Mais je me sens également comme une victime de la justice. Ils m’ont cherché et cassé. J’étais un bandit, un gangster mais pas un lâche. Quelqu’un qui tue des gens innocents et surtout des femmes et des enfants est un lâche. Je ne saurais pas vivre avec l’idée d’avoir tué un enfant sur un vélo ou qu’un de mes membres de la bande l’aurait fait". De Staerke dit qu’il n’est pas rancunier. Même pas vis-à-vis de son ancienne compagne qui a parlé. Ce qui a fait qu’il s’est retrouvé en prison.

"Je sais maintenant comment tout c’est déroulé. J’ai lu les pv’s et je connais sa version. Suivant la justice Yvette V. a déclaré qu’elle était avec moi quelques heures avant le hold-up dans le Delhaize d’Alost. On n’est même pas allé à Alost ce jour-là ! Mais bien le vendredi qu’on est allé chercher sa fille au pensionnat. C’est ce qu’elle a aussi déclaré. Après on est allé soit disant en reconnaissance avant le 'gros coup'. Quand l’enquêteur lui a dit que le hold-up n’a pas eu lieu le vendredi mais le samedi elle a changé sa version et elle a déclaré qu’elle est allée effectivement avec sa fille et moi en reconnaissance le samedi. Elle a voulu me piéger. Je te le jure : je n’ai jamais été en reconnaissance et je n’ai pas participé au hold-up ». Des morceaux du puzzle, la valise samsonite, les armes et les masques de carnaval qu’on a trouvé chez lui ont été utilisé pour des attaques de banques et des agences de la poste. Pas pour des attaques des TBW. La justice possède un tas d’éléments, des morceaux du puzzle que les enquêteurs ont déplacé et mis ensemble d’une telle manière que le puzzle allait."

"Mais en regardant de plus près le dessin ne collait pas. Ils le savent depuis longtemps. Seulement ils m’ont gardé aussi longtemps pour donner l’impression qu’ils étaient toujours sur la bonne piste. Si j’étais le géant de la bande on en aurait au moins démasqué un de plus de la bande. Depuis que le dossier se trouve à Charleroi on ne m’a plus interrogé. Avant ils ont tout fait pour me faire avouer, mais sans résultat. Ils n’ont aucun aveu mais surtout aucune preuve. Interrogatoire avec détecteur de mensonges, recherche ADN - que j’ai demandé moi-même entre parenthèses-, le tout n’a rien donné."

Encore cette semaine j’ai lu que la justice dit ne pas posséder de matériel de comparaison pour des tests DNA. C’est du baratin. Elle l’avait bien. Les tests ont démontré que tous les suspects qu’on a mentionné à ce jour dans le dossier et qui ont été interrogé et qui ont fait les tests, n’avaient rien à voir dans l’histoire. On a trouvé dans une des voitures de la bande des mégots. Ils peuvent faire des analyses ADN là-dessus. Ils ont certaines personnes à l’œil, ils se sont focalisés sur certaines suspects. Malheureusement, ce ne sont pas les bonnes personnes. "C’est pour cette raison que l’enquête a échoué", suivant De Staerke.

En ’87 dans le dossier comme leader de la Bande de Baasrode, De Staerke a été condamné à 20 ans de prison par la Cour d’appel de Gand. Ceci pour une série d’attaques à mains armées. Peu de temps après il a été arrêté par le juge d’instruction ‘Freddy Troch’ de Dendermonde comme suspect dans le dossier des TBW.

Tout le dossier se trouvait encore à Dendermonde et comme tout le monde sait a été transféré à Charleroi. Une bêtise, disent les familles des victimes. De Staerke le pense aussi, même si le juge d’instruction Freddy Troch n’est pas son meilleur ami. « Le ministre de la justice a déclaré mercredi soir à la télévision que tout indique qu’il s’agit de terrorisme et que la cellule de Jumet ne suivra plus la piste du banditisme dorénavant. C’est ce que j’ai dit depuis le début et cela se trouve aussi dans mon journal intime que j’ai tenu en prison.

"Les attaques des TBW n’étaient pas des attaques ordinaires. Pour la bande le butin était un ‘pourboire’. Je suis convaincu que les meurtriers ont été payés pour commettre ces attentats. En semant la panique parmi la population en tuant sans pitié des familles et enfants. Je ne sais pas qui étaient les coupables. Si je le savais, il y a longtemps que je l’aurais dénoncé. Ce que je sais c’est qu’il faut chercher les responsables dans la haute société. Dans la politique ou dans le top de la gendarmerie. Je n’en dis pas plus".

Malgré son palmarès criminel lourd Philippe De Staerke a retrouvé du travail. "Cela semble peut-être étrange mais j’aurais préféré passer devant les assises pour les attaques des TBW. Parce que je suis sûr qu’on m’aurait libéré faute de preuves. Maintenant on m’a tenu en haleine. Il y avait des preuves mais j’ai pu consulter mon dossier et les preuves ont été infirmées une à une. Il ne s’agissait plus que de quelques indices pour ce qui restait".

Maintenant il en rit qu’il a avoué autrefois d’avoir commis les 28 meurtres. "Je n’ai jamais déclaré ça officiellement mais bien à un camarade de cellule. Sans doute pour faire le dur, je n’en sais trop rien. Je le répète : je n’étais pas quelqu’un de sage mais je n’ai jamais tué personne. Je le jure. J’ai raconté bien d’autres choses autrefois que je n’aurais pas dû raconter. Mais que veux-tu ? J’ai vraiment eu des moments difficile en prison. Au début quand on m’a soupçonné des meurtres, je ne pouvais avoir des contacts avec personne. Pour m’agacer et pour me protéger contre les autres prisonniers. Dans leurs yeux j’étais un gangster qui avait tué des enfants innocents. C’est ce qui est le plus honteux. J’ai été terriblement harcelé en prison. Heureusement que j’ai un caractère fort et que la vie m’a endurci. Sinon, je n’aurais pas tenu 12 ans".

Que les avocats des familles des victimes interjettent appel contre le non-lieu il comprend. "Ces gens ont perdu leur famille et après 17 ans ils ne savent toujours pas qui ont tués leurs être chers, ni pourquoi. Tant que j’étais soupçonné, ils avaient au moins le sentiment qu’on cherchait et que les enquêteurs avaient quelque chose. Ils s’aperçoivent maintenant aussi que l’enquête est terminée, et qu’on ne retrouvera sans doute jamais les vrais coupables".

Bron: Belang van Limburg, 1 Juni 2006

Hij ontkent dus op zaterdag in Delhaize geweest zijn, hoe serieus moeten we die jeugdvriend dan nemen? Stel dat hij de waarheid spreekt. Ik geloof wel dat hij geen bloed aan zijn handen heeft. Van Léon ben ik niet overtuigd.

18

Maar zijn ex-vrouw heeft toch ook bekent dat ze naar daar moest rijden? En bij de reconstructie herkende hun dochtertje meteen de plaats van de strips, maar tijdens die reconstructie lagen die er niet meer. Maar toen De Staerke en vrouw en kind langs gekomen was dan zouden er wel strips gelegen hebben.

19 (edited by Renne 22-02-2008 19:09)

club_le-happy-few wrote:

Ik geloof wel dat hij geen bloed aan zijn handen heeft

Maar misschien wel een voorbereidende rol, zoals voor wapens zorgen en ze achteraf gaan wegsteken? Lijkt die ouwe (robotfoto) eigenlijk op vader De Staerke of een oudere broer, of zo? En waren die grieken Papadopoulos groot of klein? Wat ik toch ook raar blijf vinden is die brief die hij schreef? Als we Popolino mogen geloven was er toch iets mis met De Staerke in die tijd en ook hij reed toen met een Golf.

20 (edited by club_le-happy-few 22-02-2008 20:38)

Volgens mij geen gelijkenis met robotfoto 23, lijkt me eerder Zuiders persoon. De avond voordien in de taverne is er wel een kleine persoon gezien in de taverne te Aalst (Kuros) die naar beneden keek, en met ogen die leken alsof ze dood waren. Hij nam het woord, bij de bestelling. De ogen van Léon en Philippe zagen er toen zo uit. Léon zou ook altijd de neiging gehad hebbene naar beneden te kijken. Hij heeft ook altijd bewondering gehad voor alles wat met extreem-rechts te maken had en was één van de bekendste figuren van de Brusselse onderwereld.

Ook in de zaak van de diamanten heeft hij samen met Bultot, meegewerkt met Bouhouche en Beijer. Dit waarschijnlijk met het detectivebureau als dekmantel. Misshien even navragen aan Kuros of het mogelijk is dat hier om Léon ging (als dit online gepubliceerd kan worden). Hij zou allesinds goed zijn in "perfecte" planning van overvallen, een handje de voorste en blijkbaar ook later met politieke ambities (FN). Zeker één vd Papadopoulossen zou vrij tot zeer groot van gestalte zijn. Al heb ik horen zeggen, dat de jongste Sotirios waarschijnlijk de minst professionele van de bende ds was (zenuwachtig). Heb ik ergens gelezen of het klopt weet ik niet.

Moeten we de verklaringen van Popolino serieus nemen? Na het zien van de Wortels Van Het Kwaad heb ik er mijn twijfels over. Heb de indruk dat die vooral zichzelf wil goedpraten en interessant maken. Zit nog altijd in het milieu terwijl PDS echt op het goede pad zou zijn.

Die brief zou enkel geweest zijn om het proces te versnellen en waarschijnlijk om afzonderlijk te mogen zitten (bescherming tegenover andere gevangenen). In het milieu is vermoorden en misbruiken van kinderen het laagste wat je kan doen. Als je dan als verdachte hiervan opgepakt wordt en tussen andere gevangenen moet lopen, gebeuren er ongelukken. De reden waarom hij niets wilde zeggen of namen noemen, zou er wel mee te kunnen maken hebben dat er iemand van de familie bij betrokken was. Heeft toen een hele periode niet meer met z'n familie willen praten.

En Léon is de enige van de familie die ooit beschuldigt is geweest van meerdere moorden (maar altijd vrijgesproken). Maar Léon had natuurlijk wel goeie connecties in die tijd die zouden gaan tot de politieke wereld en magistratuur.