Bomaanslag distributiecentrum aardgas in Luxemburg d.d. 24 juni 1985

Op 24 januari 1985 hebben onbekenden een bomaanslag gepleegd op een distributiecentrum voor aardgas in het zuiden van de stad Luxemburg. Er vielen geen gewonden. De aanslag werd vooralsnog niet geclaimd. De ontploffing had een enorme brand tot gevolg. De brandweer kon het vuur na het afsluiten van de gastoevoer snel bedwingen. In de smeulende resten werden delen van een ontstekingsmechanisme en een batterij aangetroffen.

De aanslag is de vijfde in twee maanden. Eerder waren de hoogspanningsmasten van de Luxemburgse elektriciteitsmaatschappij Cegedel het doelwit van aanslagen (JBT 85-6). Een maand geleden ontplofte een bom bij een gebouw van de gendarmerie (JET 85-7).

Twee keer eisten anoniemen dat Cegédel een grote som geld zou betalen. Aan de eis werd niet voldaan. Men vermoedt dat de laatste aanslag het werk was van de afpersers om hun eisen kracht bij te zetten.

Claims

De aanslag op het gebouw van de gendarmerie werd opgeëist door de onbekende groepering FLNS. Op 8 mei 1985 eiste de milieu-groep de "Strijdende Ecologische Beweging"(MEC-Mouvement Ecologique Combattante) de verantwoordelijkheid op voor een aanslag op twee hoogspanningsmasten in Luxemburg.

Doss.: 9.003.28ZC/0020B

Bron: Bulletin Bijzonder Zaken Centrale | Recherche Informatie | Centrale Recherche Informatiedienst | 15 augustus 1985

52

Terrorism comes to Luxemburg

Luxemburg is the most recent European victim of terrorism. Since april 1985, unknown persons have carried out 14 bombings against domestic targets. The attacks have caused only minor injuries and no fatalities, but in several cases substantial property damage resulted. So far, US or NATO interest have not been targeted, but future attacks cannot be ruled out. Government officials are increasingly under pressure to put a stop to the bombings, [gecensureerd].

Terrorism emerges

The first indication of nascent terrorism in Luxemburg was a series of thefts of explosives from quarries that took place in early February 1985. In several separate incidents, thieves stole almost 400 kilograms of explosives, detonators, detonator cord an related material. [gecensureerd] The string of bombings began two months after the thefts (see accompanying chronology). The stolen explosives apparently were not used in the initial attacks, but they have turned up in the most recent bombings. 

The first two bombings were against pylons supporting powerlines and were thought to be part of an extortion campaign directed against the state-owned electric company. An unknown group - the "Fighting Ecological Movement" - claimed responsibility for the attacks, but [gecensureerd] not consider the claims to be legitimate.

Since this modest beginning, however, the bombers have struck a variety of targets, including the telephone network, a newspaper, a gas generating plant, gendarmerie and police posts, a swimming pool complex, and the airport. Whereas the initial attacks generally were carried out during nights with full moons and against unprotected targets, the most recent bombings have been against occupied targets during daylight hours. The attack on 2 December near the European Common Market building - while a meeting of European chiefs of state was in progress - suggests that the bombers are growing bolder and are capable of striking even in the face of maximum security measures.

Who are these guys?

Luxemburg officials believe the perpetrators are indigenous terrorist, with no links to international movements or other European terrorist groups, but they are by no means certain that all the bombings were conducted by the same persons. One view is that the bombers are disgruntled civil servants who hold deep-seated grudges against the government.

Some have speculated that the culprits are rightists, whose purpose is to harass and embarrass the government. This view is based on the lack of claims in these bombings in these bombings, coupled with a theory that leftists typically issue political statements or communiques attempting to justify their use of violence, while rightist tend to remain silent. Also brought forward as circumstantial evidence for the rightists’ case is the choice of targets: it is argued that, if the terrorist were leftist, they would have attacked NATO targets or established contact with their ideological counterparts in Belgium, France or West Germany.

The terrorists - whoever they are or whatever political persuasion they represent - probably have extensive training in explosives gained from either service in the military or the police forces, because their devices have been constructed in a professional manner and most of them have gone off as planned. Moreover, the bombers show a high degree of sophistication in placing the devices in the precise positions where the maximum damage could be caused or the blast effects controlled.

In the attack on the swimming pool, for example, the bomb could have collapsed the entire prestressed roof had it not been purposely lowered by cable to reduce the blast effect. In placing this bomb, the perpetrator also demonstrated athletic skills and climbing ability. At the same time, the terrorists appear to have been consciously attempting to avoid serious injury to the public.

Counterterrorist response

The government’s previous complacent approach to terrorism has given way to serious efforts to improve its counterterrorist capabilities. [gecensureerd] recent steps include regrouping the Gendarmerie and the police under a new unified command, recruiting additional personnel, beefing up controls at the airports and access roads, and offering substantial monetary rewards for information.

[alinea gecensureerd]

Outlook

Luxemburg - until recently one of Europe’s most tranquil states - is now coming to grips with a persistent domestic terrorism. With little training or experience to start with, its security services have been unable to cope with the bombing epidemic. Unless the counterterrorist forces achieve some succes in their efforts, we would expect the bombings to continue. So far there are no indications that the terrorists are interested in attacking US or NATO interests, although there are many US businesses in the country and the upcoming Reforger military exercises could provide them with attractive targets. The government is coming under increasing internal political pressure to counter the threat [gecensureerd].

Chronology of Bombings in Luxemburg

  • 27 April - Electrical pylons

  • 7 May - Electrical pylons

  • 27 May - Gendarmerie building

  • 28 May - Electrical pylons

  • 23 June - Natural gas line

  • 5 July - Telephone cables

  • 27 July - Newspaper office

  • 28 August - Police post

  • 28 August - Department of Bridges and Highways garage

  • 30 September - Swimming pool complex

  • 19 October - Palace of Justice

  • 9 November - Ground control approach equipment, Findel airport

  • 30 November - High-voltage power line

  • 2 December - Roadway near EEC building

Bron: CIA | Terrorisme Review | 10 februari 1986

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

53

Les gendarmes avaient ordre de rester dans leur véhicule

Pendant les attentats des Bommeleeër en 1985, les gendarmes en patrouille avaient été précisément prévenus de rester dans leur véhicule.

Un avertissement qui jette un curieux éclairage, notamment sur le dispositif piégé d'Asselscheuer. Nos journalistes ont recueilli le témoignage d'un ancien gendarme.

Le gendarme se souvient encore précisément de ces claires nuits d'été au cours desquelles les patrouilles ont été si nombreuses, particulièrement pour surveiller les piliers. Un jour, un ordre bizarre est venu de la hiérarchie pour les gendarmes en patrouille: ne pas sortir du véhicule, ne pas rouler dans les champs.

Aujourd'hui, pour l'ancien gendarme, il ne reste qu'une explication possible à cet ordre: c'était un avertissement. Après cet avertissement, les Bommeleeër ont pu tranquillement mettre en place leur piège à Asselscheuer. Un piège sur lequel ne pouvait passer qu'un sanglier ou un chevreuil, ou alors un promeneur ...

L'ordre de rester impérativement dans les véhicules - donc de ne pas aller voir ce qui se passait dans les champs - a suivi la voie hiérarchique habituelle. Le chef des opérations était à l'époque Charel Bourg.

Pour Mémoire, Charel Bourg est l'un des gendarmes haut-gradés de l'époque, sur lesquels une enquête est aujourd'hui ouverte, car il s'était empêtré dans des contradictions lors du procès Bommeleeër.

Bron: RTL | 13 april 2017

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

54

10 ans après, des suites judiciaires dans le volet "Frisbee"

"Frisbee" était en fait le nom de code de 3 CDs, qui devaient déclencher le scandale du SREL en 2012 avec les conséquences politiques que l'on connaît.

Dix ans après les faits, cette affaire va avoir des suites judiciaires. La Chambre du Conseil du tribunal a décidé que les employés du SREL Marco Mille, Frank Schneider et André Kemmer allaient être poursuivis et qu'un procès allait avoir lieu.

Bref rappel des faits

Quand le témoin Eugène Beffort avait déclaré sur notre antenne qu'il avait vu un personnage suspect en 1985 lors de l'attentat au Findel, suspect qu'il avait identifié comme étant le Prince Jean, et qu'il avait communiqué ces informations au Premier ministre, l'émotion avait été grande. Le Premier ministre Juncker et le Grand-Duc Henri en avaient évidemment parlé. Et soudain, la rumeur s'était mise à circuler que la conversation avait été enregistrée. Et des CDs cryptés auraient été réalisés à partir de l'entretien enregistré au plus haut niveau, avait dit l'électronicien Loris Mariotto à son contact au SREL.

Les trois CDs avaient été dénommés plus tard "Frisbee" au SREL, le Service de renseignement de l'Etat luxembourgeois. Et son directeur, Marco Mille, le sous-directeur, Frank Schneider et l'agent André Kemmer avaient voulu faire savoir à Jean-Claude Juncker que cet enregistrement existait. Mais ce jour-là, le Premier ministre n'était pas en forme et la conversation avait sérieusement dérapé. Fin janvier, Marco Mille était retourné voir le Premier ministre, armé d'une montre espion et il avait enregistré son entretien, où il était question qu'il y avait des CDs cryptés et que le SREL avait réalisé des écoutes de Loris Mariotto sans les autorisations juridiques nécessaires. Le fait que Marco Mille avait de son côté, enregistré le Premier ministre, ne devait sortir que plus tard.

Trois anciens membres du SREL poursuivis

Il semble que l'enregistrement avec la montre espion, ne connaîtra pas de suites judiciaires : les faits seraient prescrits. Le Parquet souhaite cependant que les trois hommes du SREL passent devant la Chambre correctionnelle et cela, pour avoir mis illégalement sur écoute au SREL Loris Mariotto et l'avoir enregistré, une fois pendant 40 minutes, quand ils voulaient découvrir ce qui se trouvait sur ces fameux CDs cryptés et ce que l'électronicien savait de cela. Et les données de contact de 20 conversations téléphoniques privées de Loris Mariotto avec son épouse, auraient aussi été enregistrées illégalement.

Le Parquet demande également que Marco Mille soit poursuivi pour avoir sorti les trois CDs du SREL.

Selon nos informations, la Chambre du conseil a suivi le réquisitoire du Parquet, qui veut un procès en correctionnelle. Les points retenus précisément par la Chambre ne sont pas connus. Cela serait toujours couvert par le secret de l'instruction. Nous avons cependant appris qu'il y avait déjà appel contre la décision de la Chambre du conseil et ce sera la Cour d'appel de la Chambre du conseil, qui devra trancher.

Cela peut prendre du temps. Le volet initial de l'affaire dite du SREL est entré dans une phase décisive sur le plan judiciaire. Il faut encore préciser qu'on ignore toujours ce qui figurait sur les CDs cryptés.

Bron: RTL | 16 mei 2017 | 5minutes.rtl.lu

Affaire "Frisbee": RTL dispose de la conversation téléphonique Kemmer-Mariotto

S'il devait y avoir un premier procès dans l'affaire SREL, l'un des principaux accusés serait celui qui avait enregistré illégalement Loris Mariotto. Nous disposons de la transcription de cet entretien téléphonique.

Frisbee est le nom donné au CD sur lequel figure la conversation. La police l'a confisqué et l'a retranscrit mot à mot, pour autant que cela soit compréhensible. Le 26 janvier 2007, l'ancien employé du SREL, André Kemmer, avait enfin obtenu de Loris Mariotto le fameux CD crypté, où devait figurer un entretien entre le Grand-Duc et le Premier ministre Juncker sur l'affaire "Bommeleeër".

Quand André Kemmer est arrivé au SREL avec le CD, ils ont remarqué qu'ils ne pouvaient ni le lire ni l'écouter par les procédés habituels et André Kemmer a reçu l'ordre de téléphoner à Mariotto. Une conversation qui a débuté à 19h40, qui a duré 40 minutes et qui a été enregistrée via un téléphone-test du SREL. La transcription de la discussion fait 17 pages.

Il s'agit d'une conversation très bizarre. L'un, André Kemmer, veut absolument savoir et entendre si le Grand-Duc et le Premier ministre figurent bien sur le CD et l'autre, Loris Mariotto, parle et parle, sans vraiment le reconnaître de manière décisive. Autrement dit : André Kemmer n'obtient rien à entendre.

En-dehors de cela, on remarque que les deux se connaissent depuis un bout de temps. Mariotto se montre familier avec Kemmer, il est nerveux, il tente de détourner la conversation, il mélange tout et André Kemmer essaye de mettre la pression et d'obtenir plus de précisions.

Ce qu'il apprend, selon les mots de Loris Mariotto, c'est où l'entretien crypté a été enregistré:

"soit au ministère soit au Palais, je pense, je suppose que c'était au Palais plutôt qu'au ministère."

Loris Mariotto dit, à propos des deux personnes qui lui ont apporté le CD pour le déchiffrer, que l'un s'appellerait Feltes ou Fettes et qu'il travaillerait au Service des Grand-Ducs. Et vu que le SREL n'a pas pu ouvrir le CD ou a pensé qu'il n'y avait rien dessus, il y a ces informations:

"ce CD est décrit, jusqu'au dernier bit, ainsi tu ne vois pas qu'il est décrit. (…) C'est du travail, je te le dis ! De toute façon, je n'ai plus le programme ici, et, je ne peux plus le ...,hmhm, je ne peux plus le décoder, ha (…) si vous le donniez à un spécialiste, si vous le donniez à quelqu'un qui s'y connaît vraiment en cryptage, eh ben,"

... André Kemmer reçoit donc des tuyaux techniques sur la manière dont on peut, peut-être, éventuellement, ouvrir le CD:

"un cryptage ne passe jamais en Windows, oublie Windows, ok? (…) un cryptage est toujours créé à partir d'un code machine, toujours"

Et ce cryptage serait très ancien sur le plan de la technique informatique, il vient de l'ex-Yougoslavie, c'est un vieux programmateur courageux, qui connaît encore les anciens procédés de cryptage, qui s'en serait occupé. Bien entendu : Loris Mariotto est d'accord sur un point : il sait ce qui est dessus.

"je t'ai dit ce qui était là-dessus, ce que j'avais entendu"

Et ça s'envenime quand il met en garde son vieil ami Kemmer:

"C'est très dangereux, crois-moi (…)"

"le contenu est dangereux (…)"

Loris Mariotto affirme encore qu'il aurait 6 copies du CD, qu'il aurait lui-même cryptées et qu'il pourrait décrypter facilement.

"C'est ma garantie ! Tu ne croyais quand même pas que j'allais rester là comme ça, sans protection?"

André Kemmer en apprend donc beaucoup, mais il n'avance pas sur le point essentiel. Il n'apprend rien sur ce qui figure sur le CD et même quand il supplie ou fait pression pour en entendre 10, 30 ou 60 secondes, afin d'être certain que le Grand-Duc et le Premier ministre figurent sur le CD, il se fait éconduire et il reçoit le conseil de transmettre le CD crypté à quelqu'un qui s'y connaît. Et sur ce:

"Bon week-end"

Bron: RTL | 5 juli 2017 | 5minutes.rtl

Historique

Quand le témoin Eugène Beffort avait déclaré en novembre 2005 sur notre antenne qu'il avait vu un personnage suspect en 1985 lors de l'attentat au Findel, suspect qu'il avait identifié comme étant le Prince Jean, et qu'il avait communiqué ces informations au Premier ministre, l'émotion avait été grande. Le Premier ministre Juncker et le Grand-Duc Henri en avaient évidemment parlé.

Et soudain, la rumeur s'était mise à circuler que la conversation avait été enregistrée. Et des CDs cryptés auraient été réalisés à partir de l'entretien enregistré au plus haut niveau, avait dit l'électronicien Loris Mariotto à son contact au SREL. Les trois CDs avaient été dénommés plus tard "Frisbee" au SREL, le Service de renseignement de l'Etat luxembourgeois. Et son directeur, Marco Mille, le sous-directeur, Frank Schneider et l'agent André Kemmer avaient voulu faire savoir à Jean-Claude Juncker que cet enregistrement existait et ce qu'il contenait éventuellement.

Mais ce jour-là, le Premier ministre n'était pas en forme et la conversation avait sérieusement dérapé. A partir de là, Marco Mille avait perdu toute confiance en son chef. Mais le SREL voulait absolument avoir les CDs cryptés. L'opération avait été baptisée „Frisbee“ en interne. Ce n'est que fin janvier 2007 qu'il les avait finalement obtenus de Mariotto. Le Service tenait alors à savoir ce qu'ils contenaient. Mais sans succès. André Kemmer avait alors appelé Mariotto avec un téléphone particulier du SREL et cette conversation avait été enregistrée sans les autorisations nécessaires. Cinq jours plus tard, Marco Mille était retourné voir le Premier ministre, armé d'une montre espion et il avait enregistré son entretien, où il était question qu'il y avait des CDs cryptés et que le SREL avait réalisé des écoutes de Loris Mariotto sans les autorisations juridiques nécessaires. Le fait que Marco Mille avait de son côté, enregistré le Premier ministre, n'était sorti que plus tard, et ce dernier l'avait confirmé sur RTL en novembre 2012. A l'époque, Marco Mille travaillait déjà depuis près de deux ans chez SIEMENS.

L'enregistrement avec la montre espion, ne connaîtra pas de suites judiciaires. Le Parquet souhaite cependant que les trois hommes du SREL passent devant la Chambre correctionnelle et cela, pour avoir mis illégalement sur écoute au SREL, Loris Mariotto et l'avoir enregistré, une fois pendant 40 minutes, quand ils voulaient découvrir ce qui se trouvait sur ces fameux CDs cryptés et ce que l'électronicien savait de cela. Et 20 conversations téléphoniques privées de Loris Mariotto avec son épouse, auraient aussi été enregistrées illégalement. Les trois enregistrements "Frisbee" auraient en outre été sortis du SREL, cela aussi, de manière illégale, selon le Parquet.

Bron » 5minutes.rtl

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

55

Perquisitiounen och bei fréiere Gendaarmen

Et gi Perquisitioune gemaach an dat och bei fréiere Gendaarmen, déi net beschëllegt sinn oder als renomméiert Enquêteure géint d'Bommeleeër gëllen.

Datt Verhéier a Perquisitiounen organiséiert gi géint déi 6 Gendaarmen, déi aus dem Bommeleeër-Prozess als verdächteg ervirgaang sinn, dat huet seng Logik. Esou ass gewosst, datt beim Guy Stebens perquisitionnéiert ginn ass an datt säin Telefon ofgelauschtert ginn ass. Och beim Marcel Weydert gouf et eng Perquisitioun an och bei deenen anere Verdächtegen.

Méi verwonnerlech ass eben, datt och de Paul Haan an déi Millen erageroden ass. Méi genee: Am Mäerz 2017 sinn d'Bommeleeër-Enquêteure bei de Paul Haan heemkomm an e puer Deeg laang gouf hien zimlech serréiert verhéiert an dunn, Mëtt Mäerz, stounge se op eemol virun der Dier, haten e puer eidel Këschte bei sech an eng Ordonnance comme quoi si eng Perquisitioun beim renomméierte pensionéierten Enquêteur maache géifen.

Gesagt, getan. A si hunn an hire Këschte Saache matgeholl, Schrëftstécker, Computeren an USB-Sticken. An – wat de Paul Haan besonnesch rose gemaach huet – och säin Handy hunn se matgeholl. Well hien hefteg protestéiert huet, krut en deen Telefon ëmmerhin deen aneren Dag erëm zeréck. Eng Computer-Festplack krut en nëmme futti erëm.

Ënner dem Stréch: De Paul Haan, deen heiansdo an net wierklech an der Bommeleeër-Affär enquêtéiert huet oder och net huet dierfen enquêtéieren, an deen de fréiere Gendarmerie-Chef Aloyse Harpes onbedéngt ofschéisse wollt, dee Paul Haan ass behandelt gi wéi e Verdächtegen an der Affär.

Net genuch domat: Op d'mannst 2 fréier enk Kollege vum Paul Haan haten och Perquisitiounen. An och bei hinne si Computere matgeholl ginn a si si stonnelaang verhéiert ginn. D'Pointe dobäi ass: Déi dräi – de Paul Haan a seng Kollegen – dat waren déi dräi, déi am Oktober 1985 mat op Bréissel gefuer waren, fir do eng Observatioun op den deemools verdächtege Ben Geiben ze organiséieren, also op de fréiere Chef vun der Brigade mobile, aus deenen hire Reie jo d'Bommeleeër ze komme schéngen. Seet de Parquet a soen d'Enquêteuren.

Den haut verdächtegen Armand Schockweiler vun der Sûreté war deemools och mat op Bréissel an hie war deen Eenzegen, deen iwwerhaapt mat belsche Beamten ze schwätze kritt hat.

Pour Rappel: E puer Deeg no där sënnloser Missioun op Bréissel war d'Attentat op d'Geriicht. De Ben Geiben sollt jo an d'Land kommen, dunn erëm net, du war en awer do, d'Bomm war explodéiert, säi Frënd a fréiere Kolleg Jos Steil hat sech ganz komesch a verdächteg beholl, op de Ben Geiben war mat SREL-Beamten eng Observatioun lancéiert ginn. Mä dee Geiben konnt d'Land verloossen, ouni interpelléiert ze ginn. An een Dag drop war d'Spur Geiben dout.

Alles dat hat am Prozess jo eng grouss Roll gespillt an interesséiert elo d'Enquêteuren nach ëmmer. An dat heescht am Kloertext: Et huet sech näischt geännert - de Ben Geiben ass nach ëmmer am Dossier dran, wéi déif an a wéi enger Roll, dat muss gekläert ginn. Anscheinend och mat Perquisitioune bei fréiere Gendaarmen, déi als integer gëllen.

Méi iwwer deen neie Volet vun der Bommeleeër-Affär haut den Owend och op RTL Télé Lëtzebuerg.

Bron » www.rtl.lu

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube