211

La champignonnière: "Et si c'était quand même Dutroux?"

Le dernier témoin: "Christine me disait: on ne sort pas de là vivante."

"L'été précédent, Christine (Van Hees) avait recontré un garçon dont elle était très amoureuse." Chantal V.I., rencontrée par La DH, n'ignore évidemment pas que la piste de cet amoureux a été suivie, et abandonnée.

Mais pour l'amie de la victime du crime de la Champignonnière, la dernière à l'avoir vue vivante, que nous retrouvons plus de trente ans après les faits, "les enquêteurs ne sont pas allés au fonds des choses. On leur mis, à certains, des bâtons dans les roues."

Chantal va plus beaucoup loin. "Dans mon souvenir, ce garçon dont elle était amoureuse depuis l'été se prénommait Marc, était plus âgé et venait de province. Dans mon for intérieur, ce Marc, c'est Dutroux. Ce n'est pas neuf. Des enquêteurs étaient arrivés à la même conclusion que d'autres rejetaient. Mon problème, c'est qu'on n'est pas plus avancés aujourd'hui mais qu'entre-temps, l'affaire est classée. Les assassins de Christine n'ont jamais été pris et je reste avec mes points d'interrogation."

A l'époque, la jeunesse bruxelloise fréquentait deux patinoires, celle de Forest ou celle du Poséidon à Woluwe. Christine et Chantal ont fréquenté les deux et c'est là que Chantal fait le lien.

Dutroux, qui adorait le patin à glace, fréquentait le patinoire de Forest. C'est même là qu'il rencontré Michelle Martin. Son truc était de faire tomber les filles sur la glace et de les toucher au moment de les aider à se relever. Bref, pour Chantal, "Christine et Dutroux ont fréquenté les mêmes endroits à la même époque."

Chantal ajoute qu'elle a reconnu Dutroux dans l'album de photos que les enquêteurs lui ont présenté à l'époque. "L'album faisait plusieurs centimètres. Le seul dont j'ai reconnu la photo, c'est Marc Dutroux."

Chantal V.I. ne relance pas la polémique. "Après tant d'années, ce lien reste dans mon esprit et n'en sort pas. Ce sont des faits, pas des hypothèses. Cinq mois et une semaine avant d'être assassinée, Christine me disait qu'elle était amoureuse d'un Marc qui l'avait entraînée dans une bande où des gens se livraient à des pratiques de sexe qui lui faisaient peur. Elle se sentait perdue. Elle ne savait pas comment s'en sortir. On pensera que Dutroux est un monstre dont aucune jeune fille ne serait tombée amoureuse. C'est oublier qu'avant qu'on le connaisse, Dutroux a été un jeune homme et un jeune homme mignon. Moi-même, je serais tombée dans le panneau."

Chantal V.I. ajoute des souvenirs. "C'était peu avant qu'elle soit tuée. J'insistais auprès de Christine pour lui dire de quitter ces gens. 'Quitte ce garçon avant qu'il soit trop tard. C'est pas compliqué: dis-lui que c'est fini, point.' Christine m'a répondu: 'Tun ne comprends pas qu'on ne sort pas de là vivante.'"

Chantal V. estime aussi qu'il y a eu des vides bizarres dans l'emploi du temprs de Christine, que l'enquête n'a pas suffisamment expliqués. "Elle a manqué l'ecole parfois plusieurs jours d'affilée. Personne ne savait où elle était ni avec qui. Ce n'est quand même pas normal, à seize ans. A-t-on seulement percé tous ces mystères?"

Enfin, Chantal atomise la piste punk longtemps suivie par les enquêteurs. "L'enquête s'est beaucoup braqueé sur les punks parce que, et c'est exact, Christine est passée quelques fois par la Galerie Agora, tout près de la Grand-Place, où les punks se réunissaient à l'époque. Moi aussi j'y suis allée. Je n'ai jamais eu aucun problème avec les punks, ni personne d'ailleurs à ma connaissance. Vous savez, ce n'est pas parce que les punks avaient leur style qu'ils avaient le fond mauvais."

"Si la peur laquelle vivait Christine venait des punks, je l'aurais su, elle me l'aurait dit. Ceux que Christine craignait, cette bande, que la terrifiait au point de dire qu'on n'en sort pas vivant, ce n'étaient pas les punks. C'étaient des gens plus effrayants."

Chantal V.I. conclut: "Et dans ce qu'on a fait à Christine, je vois comme un message. Quel message? Celui de dire qu'eux, on ne les quitte pas. Tu voilais nous quitter, eh bien, voilà ce qui t'arrive. Et ça, je l'exclus de la part des punks."

Bron: La Dernière Heure | Gilbert Dupont | 17 Augustus 2018

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

212

Crime de la champignonnière - Avez-vous un punk ressemblant à Dutroux?

Avez-vous vu un punk maigre d'environ un mètre quatre-vingt, chaussé de bottines et vêtu d'un imper en cuir noir portant des emblèmes SS, dont une croix de fer au bout d'un urban rouge?

La description est précise, et assez insolite retenir l'attention. Mais, problème. Car l'effort demandé requiert une mémoire d'ordinateur: ce punk, que la justice aimerait aujourd'hui identifier, a été aperçu vers 19 heures le 13 février 1984 à proximité du campus de la VUB, à Bruxelles.

Il y a près de quinze ans ... A une époque où subsistaient encore, en face du campus, les ruines et catacombes d'une ancienne champignonnière, lieu devenu tristement célèbre dans les annales.

C'est là que, ce même 13 février, les pompiers alertés d'un incendie à 20 heures 47, vont découvrir le corps torturé et largement calciné de Christine Van Hees, 16 ans: une nettoyeuse l'avait entendue crier moins de deux heures avant: "Non, non, non. Arrêtez! Maman!" Ce cri, puis un voile de mystère. Affaire non résolue, jusqu'à ce jour.

Le "punk SS"? Il figure en bonne place dans "l'Appel à témoins" de la RTBF diffusé le 23 septembre dernier et, via ses lignes téléphoniques gratuites, clôturé le 7 octobre. Selon André Nicolas, du Service général d'appui policier, plus d'une centaine de personnes se sont manifestées pour apporter des renseignements, sans pour autant pouvoir préciser, déjà, quel en est le taux d'indices ou pistes réellement exploitables. (Juge d'instruction et chef d'enquête étaient inaccessibles hier.)

Divers échos n'incitent cependant guère à l'optimisme. Le fait que cette instruction interminable semble s'accrocher comme à une bouée de sauvetage à l'appel RTBF, sorte de dernière cartouche tirée d'une impasse où l'espoir d'encore trouver les meurtriers de Christine Van Hees a fondu comme neige au soleil. Le type d'informations cherchées via la RTBF, ensuite: outre le punk, ce garçon inconnu que Christine fréquentait dans le parc du Busselenberg, par exemple. Qu'on ne sache même pas cela après quatorze années d'enquête ...

Le fait, enfin, qu'on en est revenu à la case de départ. La foireuse piste punk. Elle avait conduit à l'inculpation, en 1984, de Serge C., dit l'Iroquois. Il fera seize déclarations contradictoires et, malgré un alibi bétonné, trois années de préventive, qui seront couronnées par un non-lieu en 1990 et, en raison de leur abusive longueur, par une condamnation de l'Etat belge signée Cour européenne des droits de l'Homme. L'Iroquois et son entourage, passé au peigne fin. La piste principale du juge d'instruction Van Espen, remplacé depuis janvier par Vandermeersch: cul de sac.

Mais un cul de sac qui redevient donc piste prometteuse. Elle a été présentée ainsi en septembre. Mieux: présentée comme l'excellente riposte aux "divagations" de X1 en direction de Dutroux et Nihoul.

Là, les dates comptent. Car, "divagations" nonobstant, c'est grâce à leur divulgation que le dossier a enfin été réactivé, en janvier 1998. Et puis parce que, en septembre, on était encore au cliché facile des divagations pour discréditer le travail des enquêteurs de la cellule de Neufchâteau. On commence à le savoir: on a fait un faux procès à ces enquêteurs. Les spectateurs de la VRT ont pu s'en apercevoir mercredi soir. Leur travail a été saboté.

Cela jette une nouvelle lumière sur le dossier Van Hees. Les pistes de cette cellule? Des faits "durs", découlant des déclarations de X1 et vérifiés par la cellule. C'est le frère Van Hees auquel un péjiste dira, fin 1984, que l'enquête évoluait vers des gros poissons qu'il valait mieux laisser en paix. C'est la Pontiac Firebird Trans Am 1975 surmontée d'un aigle aperçue près des lieux, semblable à celle que Nihoul a utilisée. C'est ce Philippe M., dont le nom se retrouve dans l'agenda de Christine Van Hees, actif dans une radio libre fréquentée par Francis H., ami de Dutroux, avec lequel il allait patiner au Poséidon, où Christine Van Hees se rendait souvent. Par exemple. A quand un Appel à temoins dans cette direction?

Bron: onbekend | artikel uitgebracht tussen 1 oktober 1998 en 15 oktober 1998

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Zie ook » www.facebook.com/groups/

214

In La Dernière Heure van vandaag staat een interview met Michel Eloy, gewezen onderzoeksrechter:

Crime de la champignonnière: le juge relance la piste des punks

Le juge du Crime de la champignonnière brise 34 ans de silence. "Il n’y a pas une semaine où je ne pense à Christine Van Hees et me retienne de téléphoner à ses parents. J’étais le juge d’instruction. Je considère comme un échec personnel de n’avoir pas pu résoudre le Crime de la champignonnière."

Cela fait deux ans, en 1984, que Michel Eloy a prêté serment. Il a 38 ans. Qu’il ait hérité de l’affaire, le lundi 13 février 1984 vers 21 h, est dû au hasard des rôles de service des juges d’instruction.

À la retraite depuis 2005, Michel Eloy n’a jamais parlé. On verra que ce qu’il dit aujourd’hui, avec les trois noms qu’il cite, complète le témoignage de Chantal V. I., l’amie de Christine, que La DH publiait vendredi et samedi passés.

De rest van het artikel zit achter een betaalmuur » www.dhnet.be

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

https://i.servimg.com/u/f66/09/03/15/13/interv10.jpg

Alain Lenglet vandaag in La Dernière Heure. Lenglet beschuldigt openlijk Serge Braeckman (alias 'petit tondu') ervan de moordenaar van Van Hees te zijn. Lenglet zegt ook dat hij deze informatie al in het begin van het onderzoek aan de toenmalige speurders heeft doorgegeven. De (drie!) FB-pagina's van die Braeckman tonen alvast aan dat hij heel bizar is en de mystieke kant is opgegaan. Braeckman schreef op zijn FB dat hij spijt heeft van een bepaalde jeugdzonde.

https://nsm09.casimages.com/img/2018/08/28//18082810040514738715865964.jpg

Bron: La Dernière Heure | 28 augustus 2018

217

Omdat coconut die moord in een ander topic aanhaalt.

Biggus Dickus wrote:

Clooth, die uiteindelijk drie jaar in voorhechtenis zal zitten, verklaart op 28 september 1984 aan de speurders dat Van Hees op de hoogte zou zijn geweest van 'een aanval op een op een kazerne, in Oostende of in Vielsalm', en de aldaar buit gemaakte wapens zouden worden gebruikt voor hold-ups. Volgens Clooth zou dit de reden geweest zijn waarom Van Hees het eeuwige zwijgen werd opgelegd..

Wapens van die overval zijn in 1986 en 1990(?) effectief terug gevonden bij bendes die hold-ups en aanslagen pleegden. Dat dit in dit dossier in 1984 aan bod komt is iets om goed over na te denken. 

Biggus Dickus wrote:

Schrijnend is dat dat één van de twee onderzoeksonderleiders in onderhavig dossier, GP'er Guy Collignon, Michel Van Hees, vader van Christine, er op wijst dat het onderzoek evolueerde in de in de richting van belangrijke, hooggeplaatste personen, die beter met rust konden worden gelaten, en dat hij zijn nakende promotie wel op zijn buik zou kunnen schrijven indien hij zich nog al te grondig met het dossier zou bezighouden. Collignon zou inderdaad korte tijd later promotie maken, en de dader(s) zouden nooit worden gevat.

De persoon met de autotelefoon die rook zag, is niet zomaar een iemand.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

218

Kan je geen tipje van de sluier oplichten @the end? De zaak Van Hees is intussen verjaard dus geen geheim van onderzoek meer. :-)

219

Het gaat over namen die ook in het bende dossier voorkomen. Straf dat iemand in het dossier Van Hees voorspelt wat pas jaren later bovenkomt de wapens, in de periode dat Christien iets opvangen had waren de benden groepen bij wie ze gevonden zijn nog niet bestaand of toch niet actief.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

220

Dat is niet het enige straffe aan de zaak. Regina Louf, X1 , heeft bepaalde details gegeven die de speurders op dat moment zelfs niet wisten. Christine was zwanger en ook heeft ze iets gezegd over een elektriciteitsdraad . Beide zaken stonden niet in een PV . Na controle bleken die zaken te kloppen. En zoals je zegt, namen in dit dossier zijn ook namen uit het Bende dossier. ( dan heb ik het niet alleen over daders maar even goed over rijkswachters of magistraten , politici die later allemaal bij onfrisse zaken betrokken bleken)