Rijkswachtgeneraal en vriend van Vanden Boeynants. Vernoemd in het dossier van de Roze Balletten en in het dossier Pinon.

http://i39.servimg.com/u/f39/11/22/12/24/genera10.jpg

2

Hij was een klant van het restaurant Aux Trois Canards in Ohain. Hij werd door de advocaten Michel Graindorge en Xavier Mangée beschuldigd dat hij deel uitmaakte van een extreem-rechts netwerk. Het doel van het netwerk bestond erin om de Belgische staat te destabiliseren en om een staatsgreep te plegen.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

3

En in mijn optiek de loopjongen van enkele hogere personen. De tussenschakel van de bovenwereld naar de onderwereld die wegens zijn functie bepaalde ondergeschikten onder dwang aan het werk kon zetten met illegale opdrachten.

Uiteraard zijn er geen bewijzen voor mijn gedachtengang.

4

Coup de fil de VDB à Beaurir: il n'y a pas de quoi frémir!

La réaudition d'une ancienne interview donnée, à TF 1, par le général Fernand Beaurir, commandant de la gendarmerie à l'époque où Vanden Boeynants était ministre de la Défense, fait frémir quelques confrères. Le général déclarait avoir reçu un coup de téléphone de VDB au sujet d'une affaire de drogue dans de la viande congelée, alors que, mercredi dernier, VDB avait affirmé, sous serment, n'avoir jamais eu d'entretien, en tant que ministre de la Défense, avec le commandant de la gendarmerie au sujet de l'enquête en cours sur l'affaire du Bureau national des drogues du commandant François.

Nous aurions pu le relever dès la semaine dernière. Dans une interview publiée dans Le Soir du 16 mai 1989, (article dont VDB a remis copie, avec d'autres, à la commission parlementaire d'enquête, mercredi), il nous déclarait, en effet, textuellement:

"Quant aux informations dont a parlé le colonel Vernaillen sur un trafic de drogue auquel j'aurais été mêlé avec des gendarmes, je me souviens avoir entendu ou lu quelque chose à ce sujet il y a huit ans. J'avais téléphoné au général Beaurir pour savoir ce dont il s'agissait. On m'a cité le nom d'une firme. J'ai vérifié: jamais nous n'avions traité avec cette firme que je ne connaissais pas. Je me souviens aussi avoir demandé si de la drogue cachée dans de la viande congelée était encore utilisable après. Quand le colonel Vernaillen a quitté la gendarmerie, je l'ai reçu (...), lui-même m'a parlé de cette ridicule histoire de drogue dans la viande. Nous en avons ri ensemble."

Le coup de téléphone de VDB au général date de l'automne 1981, lorsque, effectivement, des rumeurs circulaient sur un trafic de drogue auquel il aurait été mêlé. Ces rumeurs se fondaient sur une information obtenue par un commissaire du Comité supérieur de contrôle et transmise au juge de Biseau d'Hauteville, qui, à l'époque, clôturait son instruction sur l'affaire François, en vue du renvoi en correctionnelle.

Ce que certains de nos confrères de la RTBF semblent avoir mal compris, c'est que, mercredi dernier, VDB a déclaré n'avoir pas parlé au général Beaurir de l'affaire François lorsqu'il était ministre de la Défense, jusqu'à ce qu'il en soit question dans les journaux, au début de 1980, alors qu'il n'était plus ministre. Il a ajouté à propos du général Beaurir: "Quant au commandant de la gendarmerie, le général Beaurir, il ne m'en a jamais parlé."

La phrase de VDB, nous semblait-il, se référait bien à l'époque où il était ministre et où pareille conversation aurait violé le principe de la séparation des pouvoirs. Mais VDB aurait pu ajouter, la semaine dernière, devant la commission, qu'il avait téléphoné au général Beaurir à la fin de 1981 pour l'affaire de drogue dans la viande congelée. Mensonge? Oubli volontaire? Difficile à le penser, puisqu'à l'issue de sa déposition, mercredi, VDB a remis au président Bourgeois copie de plusieurs articles parmi lesquels sa propre interview du 15 mai 1989 au Soir, avec tous les détails sur cette conversation téléphonique. Les mêmes que ceux dont parlait le général à TF 1...
Pas de quoi frémir, vraiment...

Bron: Le Soir | René Haquin | 26 februari 1990

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube
LEO wrote:

En in mijn optiek de loopjongen van enkele hogere personen. De tussenschakel van de bovenwereld naar de onderwereld die wegens zijn functie bepaalde ondergeschikten onder dwang aan het werk kon zetten met illegale opdrachten.

Uiteraard zijn er geen bewijzen voor mijn gedachtengang.

Een sluitende puzzel is voor mij voldoende bewijs. En die zit er aan te komen ... En gelukkig zijn er ook de honderden pagina’s gelekte onderzoeksdaden rond de zaak Pinon. Vernaillen heeft zijn nek uitgestoken, nu is het aan ons om de invalshoek Roze Balletten zo scherp mogelijk te krijgen. Om er dan Beaurir op vast te nagelen.

Général Beaurir fréquentait Circus-La Lorraine-Trois Canards.
Des jeunes-filles de l’Institut Dechamps entretenaient des relations sexuelles avec Beaurir.

Bron: syntheserapport Dutroux, getuigenis Pol Postal