11

Om de school in Weiden iets beter te begrijpen » www.ehow.com

Onder andere de cursus IM was niet van de poes. Tijdens examens werd er via dia's slechts een deel getoond. zoals een wiel van een artilleriestuk of de mond van een loop van een tank.

L'ex-chef d'état-major José Charlier et un ancien patron du SDRA refusent de donner des noms. À deux ans de la prescription, la juge d'instruction rencontre des obstacles et bute sur des refus et sur des silences. Des témoins refusent de répondre et de coopérer dans l'enquête sur les tueries du Brabant.

La justice a souhaité faire entendre des militaires à la retraite des services belges de renseignements de l'armée. Deux officiers supérieurs dont l'ancien chef d'état-major général José Charlier ont refusé de répondre aux questions. C'est ce qu'affirme l'avocat Michel Graindorge interviewé hier par nos confrères de La Dernière Heure, et qui cite d'autres noms. Michel Graindorge qui, en possession d'informations, révèle aussi: "La juge a des noms dans le collimateur."

Mais Me Graindorge dit clairement les choses: "Cessons de rêver. C'est perdu au niveau d'un éventuel procès et de condamnations […] À supposer même que la juge procède à des arrestations ce week-end, le délai de deux ans qui reste sera trop court pour les juger." Pour Me Graindorge, pourtant, "la piste suivie par la juge Martine Michel et ses enquêteurs va dans la bonne direction: c'est celle de l'extrême droite avec des implications dans l'appareil d'État et pour le compte peut-être des Américains".

À la veille des trente ans lundi de la tuerie du Colruyt de Nivelles le 17 septembre 1983, Me Graindorge lance enfin un appel aux politiques pour "une prolongation de 10 ans de la prescription (jusqu'en 2025 donc)". Michel Graindorge: "En enquêtant dans l'appareil d'État en lien avec les services de renseignements, la juge a fait interroger Charlier et Legrand qui ont en leur temps dirigé SDRA 8."

Le lieutenant-colonel Bernard Legrand a dirigé cette section du SDRA (Service de renseignements de l’armée) que composaient des militaires qui enduraient des entraînements spéciaux. Également en lien avec SDRA, le futur lieutenant général José Charlier qui est aujourd'hui âgé de 79 ans fut, de 1988 à 1995, le chef d'état-major général de l'armée belge. Selon Graindorge , les deux ont été entendus dans l'enquête sur les tueries. Et les deux ont refusé de parler.

L'enquête voulait des noms, ceux des membres de Gladio, le réseau stay behind (réseau dormant) créé après guerre en Belgique sous l'égide des Américains en prévision d'une éventuelle 3e Guerre mondiale."Legrand a répondu: No comment. Et Charlier a refusé de répondre." Refus de répondre dans un dossier de 28 assassinats. Refus de répondre à un juge d'instruction. Au nom du secret défense? Sans motif, répond l'avocat, "le mur de Berlin est tombé depuis un quart de siècle".

Meer  » Nieuws

De orders en bevelen staan duidelijk boven ethiek, burgerzin en burgerplicht. Een schande!

SDRA 10: is de sectie voor Zaïre.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

14

Is dat zo? Vanwaar komt deze info? Dan zou SDRA 10 wel eens belangrijker kunnen zijn voor ons dan SDRA 8.

Dim, dat staat volgens mij in een van de boeken van Bouten, zijn laatste denk ik. De volledige SDRA speelt een belangrijke rol in de gebeurtenissen begin jaren 80 volgens mij, zie WNP alsook in Temse kan het niet anders of de SDRA heeft er iets mee te maken, en de SDRA 10 kan voor 85 belangrijker zijn dan we vermoeden.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

16

Tueurs du Brabant: Un officier mort avant d’avoir parlé

Un enquêteur de Nivelles à la retraite confie à la DH un témoignage qui interpelle. À la retraite, il se définit comme un "ancien enquêteur de Nivelles". À sa demande, nous conserverons son anonymat. Il sort de sa retraite à la lecture d’un article de la DH publié le 14 septembre sur des indications de l’avocat Graindorge, selon lequel deux anciens officiers dirigeants du SDRA [een "lieutenant général" en een "lieutenant-colonel"] ont refusé de témoigner dans l’enquête sur les tueries du Brabant et répondre aux questions de la juge en charge, Martine Michel.

Cet article amène notre enquêteur à la retraite à réagir. "Dans les années 1990, j’ai été contacté par un membre du SDRA qui souhaitait me faire des révélations concernant les enquêtes Brabant wallon. J’ai attendu que ce monsieur reprenne contact, ce qu’il n’a pas fait. Quelque temps après, j’ai appris son décès. Sa mort était présentée comme un suicide. Je n’en ai jamais su plus. Il avait le grade de commandant et, dans la conversation, j’ai le souvenir qu’il m’a dit habiter en Brabant wallon, je pense du côté de Jodoigne. [..]  L’identité de l’officier du SDRA mort il y a vingt ans est connue de nous."

Bron » www.dhnet.be

17

Was Baugniet nu al dan niet SDRA en zit Martine Michel volop op dit spoor te werken (en dus ook op de piste De Pomp)? Gezien in bovenstaand artikel ook deze zin staat: "que le SDRA des années 1980 paraît intéresser la juge Mme Michel." Het gerucht gaat dat de onderzoekscel de daders kent maar op zoek is naar harde bewijzen...

Gaat het om Jacques Lefebvre die in 1995 zelfmoord pleegde?

Dan is deze topic misschien wel heel interessant voor enkele moorden van de Bende van Nijvel.

De waarheid schaadt nooit een zaak die rechtvaardig is.

Link SDRA - Kolonel Vl. Alain Blume (Vrijmetselaar) - Fraiture - Gerald Bull - project OTAG. Iemand info?