1

Weer dode bij overval in België

In het Zuid-Belgische Jumet bij Charleroi is zaterdag opnieuw iemand bij een gewapende overval om het leven gekomen. Ditmaal was het een 64-jarige juwelier die bij een overval door drie mannen op zijn winkel door het hoofd geschoten werd. Twee mannen gristen vervolgens een deel van de in de etalage uitgestalde sieraden - overigens zonder veel waarde - mee. Een derde man wachtte buiten in een auto op hen. De vrouw van de juwelier werd wel bedreigd met een karabijn, maar overleefde de overval.

De overval in Jumet is de zoveelste in een reeks. Vorige week vrijdag vonden twee zeer gewelddadige overvallen plaats op supermarkten in twee voorsteden van Brussel. Bij deze roofovervallen op filialen van het Delhaize-concern in Eigenbrakel en Overijse werden in totaal negen mensen vermoord door de met carnavalsmaskers vermomde overvallers. Aangenomen wordt dat de overvallen van vorige week het werk zijn van de beruchte Bende van Nijvel, die enkele jaren geleden bij soortgelijke overvallen ook al twaalf mensen in koelen bloede vermoordde. Van de overvallers op de supermarkten is nog geen spoor. Alleen een vluchtauto werd teruggevonden. Ook de vluchtauto van de overvallers in Jumet werd korte tijd na de roofoverval op de juwelierszaak al teruggevonden op een braakliggend stuk terrein op nauwelijks een kilometer afstand.

Het is niet duidelijk of de overval van zaterdag in Jumet in verband staat met die van vorige week vrijdag. Voor die veronderstelling pleit dat zaterdag de juwelier ook zonder enige "noodzaak" gedood werd.

Bron: De waarheid | 8 Oktober 1985

Deze overval in Jumet vertoont grote gelijkenissen met de overval van de Bende van Nijvel in Anderlues.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

2

Weer Belg slachtoffer van brutale overval

Opnieuw is er in België iemand bij een gewapende overval om het leven gekomen. Ditmaal was het een 64-jarige juwelier die het slachtoffer werd. De man werd gedood met drie schoten in het hoofd. Er is waarschijnlijk gevuurd met een karabijn .22.

De man was zaterdagochtend in de werkplaats achter zijn winkel in Jumet (bij Charleroi). Hij werd overvallen door twee mannen die zijn winkel binnenkwamen en die hem in koelen bloede neerschoten. Een derde overvaller was buiten aan het stuur van een auto blijven wachten.

De vrouw van de juwelier die op het moment van de overval in de kelder van de woning was, werd door de overvallers wel met een karabijn bedreigd, maar zij werd niet doodgeschoten.

De vluchtwagen van de overvallers is teruggevonden op een braakliggend terrein op nauwelijks een kilometer afstand van de juwelierswinkel. Het bleek om een gestolen auto te gaan. De rovers hebben een deel van de juwelen uit de etalage, van de winkel meegenomen, maar de waarde daarvan is niet groot.

Eind vorige maand werd er een overval gepleegd op twee supermarkten van Delhaize in Eigenbrakel en Overijse. Daarbij kwamen acht mensen om het leven, die alle acht ook in koelen bloede werden doodgeschoten.

Het is niet zeker of er verband bestaat tussen de jongste gepleegde overval en de twee overvallen van eind september.

Bron: Nederlands dagblad : gereformeerd gezinsblad | 8 Oktober 1985

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

3

De daders van deze moord werden in 1988 veroordeeld:

Le meurtre du bijoutier courageux de Jumet

Ce matin, s'ouvre, devant la Cour d'assises de Mons, le procès de cinq jeunes habitants de Charleroi, accusés notamment d'un hold-up aux conséquences mortelles dans une bijouterie à Jumet.

Le samedi 5 octobre 1985, à Jumet, vers 8 h 50 du matin, deux jeunes gens d'une vingtaine d'année, Eric Tresinie et Ahmet Makhlout, font irruption dans la bijouterie de M. A. Deraedt, rue de Dampremy, 81, [Google Maps] pour y dérober des bijoux, tandis qu'un troisième homme, Giancarlo Garilli attend dans la rue, à bord d'un véhicule volé par Daniel Droumart, moteur en marche, prêt à fuir.

Menacé du canon de la carabine M16 pointé sur lui par Eric Tresinie, le commerçant, qui n'a pas "froid aux yeux", tente de s'emparer de l'arme et est violemment repoussé par son jeune agresseur. Profitant de l'intrusion de sa femme, ameuté par le bruit, le bijoutier saisit une statuette pour l'utiliser contre Tresinie, qui abat aussitôt le courageux bijoutier de cinq balles tirées en plein visage. Les voyous quittent alors précipitamment les lieux, s'engouffrent dans la voiture pour se rendre à un dépôt d'immondices où ils abandonnent celle-ci, après s'être débarrassés par la fenêtre des cagoules qu'ils portaient lors de l'agression.

Le butin est trié dans un appartement appartenant à une jeune mère de famille, chez qui Tresinie et "sa bande" avaient l'habitude de se rencontrer et à l'insu de laquelle les accusés prétendent avoir organisé les différents cambriolages dont ils sont les auteurs. L'arme est restituée à son propriétaire, Alain Vassamillet, qui la jettera dans la Sambre. Enfin, le sac de bijoux est caché par ses ravisseurs dans la "Cité parc de Marcinelles" où il sera ultérieurement découvert par des enfants.

D'autres délits, tel le hold-up des Mutualités Chrétiennes de Charleroi, le 26 septembre, avaient été, au cours de la même année, commis par ces jeunes gens, dans des conditions identiques, mais certes moins dramatiques car sans mort d'homme.

Bien que présentant certains traits psychopathiques comme le refus de l'autorité, aucun trouble mental ne semble exister dans le chef des accusés. La motivation fournie est simple: "besoin d'argent".

La police a retrouvé les coupables grâce aux similitudes qui ont été établies avec les autres vols dont ceux-ci étaient déjà soupçonnés, à un coup de téléphone dénonçant les trois noms de Tresinie, Makhlout et Garilli et aux cheveux trouvés dans les cagoules jetées hors de la voiture... pour qu'elles ne trahissent pas, précisément.

C'est M. le conseiller Verrecke qui présidera la Cour, l'accusation étant soutenue par Mme l'avocat général Monique Delos. A la défense, on trouve Me Michel Bouchat pour Trésinie, Mes Philippe et Jean-Philippe Mayence pour Makhlout et Garilli, Me Jean-Luc Dessy pour Vassamillet et Me Jean-Marie Henrotin pour Droumart.

Bron: Le Soir | 10 Oktober 1988

Verdict nuancé pour les cinq inculpés

C'est avec un verdict nuancé que la cour d'assises du Hainaut, présidée par M. Vereecke, a provisoirement conclu le procès de Eric Tresinie, Ahmet Makhlout, Juancarlo Garilli, Alain Vassamillet et Daniel Droumart, tous de la région de Charleroi. On sait que ces jeunes gens, dont l'âge va de 23 à 28 ans, devaient répondre de plusieurs vols avec violences dont l'un s'est terminé par le meurtre en 1985 d'un bijoutier de Jumet, M. André Deraedt.

C'est le premier accusé, Tresinie, qui tira cinq coups de feu sur le malheureux artisan tandis que le deuxième, Makhlout, raflait les bijoux. Ils avaient été amenés sur place par une voiture volée par Droumart et conduit par Garilli, tandis que Vassamillet avait prêté l'arme du crime, une carabine 22 long volée quelque temps auparavant par Tresinie, lequel le lui avait confié.

Pour l'avocat général, Mme Monique Delos, un lien de corréité est établi entre les accusés et il suffit pour dire qu'ils sont tous les cinq coauteurs de l'homicide volontaire en même temps que du vol.

Mais y a-t-il eu homicide volontaire? Tresinie, au cours de son interrogatoire, a soutenu qu'il n'avait jamais voulu tuer. J'ai perdu le nord, j'étais pris de court, j'ai appuyé sur la gâchette sans le vouloir, c'est un accident, a-t-il clamé. Son avocat, Me Bouchat, a insisté sur le caractère fortuit du drame. Selon lui, son client voulait simplement intimider et il n'avait pas intérêt à tuer M. Deraedt, puisque celui-ci ne les connaissait pas. L'avocat général avait rétorqué qu'il n'était pas aussi désemparé qu'il voulait bien le dire, puisqu'il avait réarmé cinq fois son arme et avait encore eu assez de présence d'esprit pour la dissimuler sous une salopette.

Pour les autres vols dont un hold-up aux Mutualités chrétiennes de Charleroi, mis à charge de Tresinie et Droumart, il n'y avait eu guère de contestation. Pour Vassamillet, qui n'est poursuivi que pour le recel d'une carabine dérobée lors d'un précédent vol commis par Tresinie, son défenseur Me Dessy, déclara qu'il n'avait fait au fond que vouloir rendre service à ce dernier.

Quarante-deux questions furent posées au jury qui répondit oui à 32 d'entres elles. Il en résulte que Tresinie, Makhlout et Garilli sont déclarés coupables du vol avec homicide, Tresinie étant, en plus, déclaré coupable du vol avec violences aux Mutualités chrétiennes de Charleroi et de divers vols avec effraction, Droumart se voit reconnu coupable de vol aux mêmes Mutualités et de vol simple, tandis que Vassamillet n'est déclaré coupable que de recel de la carabine 22 long volée.

Ce matin, la cour se réunira à nouveau et ce n'est qu'alors que les cinq hommes connaîtront les peines qui sanctionneront leurs méfaits.

Bron: Le Soir | Maurice Willam | 14 Oktober 1988

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube