1

Een interessant spoor i.v.m. de pas vermoorde Denis Adrien Bouverie. Wat verzamelde info over de man:

Extreem rijk. Bezit drie vierden van de gebouwen in het Brusselse Ilôt sacré, bezit er verscheidene restaurants. Zijn rechterhand is Chekili (beschuldigd van fiscale fraude en witwasoperaties).

Zedenfeiten/Dutroux: Homosexueel maar sinds '64 getrouwd met advocate Michèle Hirsch. Heeft twee kinderen. Wegens pedofilie werd hem destijds de toegang tot Tunesië ontzegd. De boodschap "De Bouvry en sait q.q.ch/restaurateur ilôts sacré/pedofile et pederaste/résaux dangereux!!!" stond op een post-it achtergelaten in een telefooncabine door een anonieme getuige in de zaak Julie en Melissa in 1996, nog voor de arrestatie van Dutroux.

Verdachte dood: Op 74-jarige leeftijd vermoord met messteken in zijn appartement in de Beenhouwersstraat in Brussel. Bij het aankomen van de politie was een geëmotioneerde Tunesische vriend (Chekili) aanwezig. Was sinds 10 jaar politie-informant en had veel vijanden.

Bron » anneesdeplomb.topdiscussion.com

2

Meurtre de Debouverie: assises et réarrestation

Le seul suspect inculpé dans le cadre du meurtre de Denis-Adrien Debouverie, celui que l’on surnommait "le roi de l'îlot sacré" de Bruxelles, a été renvoyé hier devant la cour d'assises, comme le réclamaient le parquet et la partie civile. Devant la chambre du conseil de Bruxelles, la défense de Tarek Ladhari, qui était locataire d'un des restaurants propriété de la victime, plaidait au contraire le non-lieu. Mais le Tunisien de 55 ans a au contraire été réarrêté à l'audience, suite à l'ordonnance de prise de corps prononcée par le tribunal.

Le 10 septembre 2008, Denis-Adrien Debouverie (74 ans) était retrouvé mort égorgé dans le bureau de son appartement, au nº8 de la petite rue des Bouchers, à l'étage du restaurant "La Vieille Ville". Un des nombreux restaurants qu'il possédait dans le vieux centre de Bruxelles, ce qui lui valait d'être surnommé le "roi" ou le "parrain de l’îlot sacré".

Cinq mois plus tard, un suspect était arrêté: Tarek Ladhari, un Tunisien de 54 ans, patron du restaurant "la Vieille Fontaine", situé juste en face du domicile de Denis Debouverie, auquel il louait son établissement. Les deux hommes étaient en litige financier.

Tarek Ladhari s'était éclipsé en Tunisie après le meurtre et son ADN a été retrouvé sur le bas du pantalon de la victime. Cela étant, le suspect a toujours nié être l'assassin. Et, après environ un an de détention préventive, il avait été remis en liberté par la chambre des mises, le 28 janvier 2010.

Ses avocats, Mes Oliviers Martins et Suzanne Hage (*), contestaient la validité de ces indices devant la chambre du conseil, en plaidant le non-lieu. Mais ils n’ont pas obtenu gain de cause. Sauf décision inverse de la chambre des mises, Tarek Ladhiri comparaîtra détenu en cour d’assises.

Bron: La Capitale | 26 juni 2013

(*) Suzanne Hage is de dochter van de vermoorde Maroun Hage.

http://si.rosselcdn.net/sites/default/files/imagecache/pagallery_450x300/2013/06/26/555690401_B97657792Z.1_20130626111145_000_GPUUKVHI.3-0.jpg
Denis Adrien Bouverie

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube