1

Is er iets geweten over huidige situatie van de schoonbroer van Philippe De Staerke, een zekere Farkas?

2

Farkas is de Hongaarse echtgenoot van Bertha De Staerke. Nadat in de nacht van 7 op 8 juni 1983 de Bende van Nijvel een Saab Turbo stal in Eigenbrakel, legden de speurders foto's voor aan de garagehouder. Hij herkende op die foto's Istvan Farkas en Bertha De Staerke. Voor die diefstal hadden zij een bezoek gebracht aan garage Jadot, waar de Saab werd gestolen. De verklaringen van de garagehouder werd op 4 oktober 1983 genoteerd.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Haha, de kans dat dit toeval is, lijkt me gering.

4

Dat gegeven wordt in het topic over de diefstal van de Saab gerelativeerd » Eigenbrakel

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

5

Is er ergens een foto te vinden van deze mijnheer Istvan?

6

Farkas werd gearresteerd nadat hij in augustus 1988 in Bonlez, in Waals-Brabant, een 93-jarige man wurgde. Voor deze moord kreeg hij 20 jaar cel.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

En een der medeplichtigen was volgens dit artikel een onbekend gebleven "grote blonde".

Pinta (de la bande De Staerke) le Gitan et Bébel aux assises du Brabant

Qui a étouffé à mort M. Ruelle?

Août 1988: le bâillon mis par les voleurs serrait trop fort, et le nonagénaire est mort. Trois accusés dans le box. Ils nient être les meurtriers.

Le dimanche 7 août 1988, à 2 h 45 du matin, le girophare de la petite cylindrée des gendarmes de Chaumont-Gistoux jette une lumière crue sur la façade d'une toute vieille petite habitation de la rue du Bas-Bonlez, à Bonlez. Un appel de détresse avait été lancé dix minutes plus tôt par Roger Ruelle, qui habitait à l'étage. Ayant entendu du bruit au rez-de-chaussée, il avait trouvé son vieux père, Fernand Ruelle, 93 ans, bâillonné, ligoté, ficelé par des voleurs qui avaient déjà pris la fuite. Le vieux Fernand aura encore la force de dire: Y m'ont sauté a l'gorge et je n'ai su crier, mais il mourra peu de temps après, asphyxié, dès son arrivée aux urgences de la clinique Saint-Pierre à Ottignies.

L'enquête sera menée rondement. Il est vrai que, peu de temps avant la découverte de cette agression, ce même dimanche, vers 1 h 30, une patrouille de la même brigade de gendarmerie avaient repéré, à 150 mètres du lieu du drame, une voiture Fiat Ritmo rouge dont les occupants avaient pris la fuite. Plus tard, au cours de la matinée, la police judiciaire de Nivelles retrouve cette même voiture abandonnée sur un petit chemin, à moins de 2 kilomètres de la maison des Ruelle. Une voiture volée par les agresseurs du vieux Fernand? Fils déconnectés et clé de contact brisée... Nos limiers ne se laissent pas berner par cette mise en scène: c'est du bidon, on a simulé un vol. La police judiciaire va donc interpeller le vrai propriétaire du véhicule. Et de un, dans le box des accusés: Joseph Schneberger, alias «le Gitan», arrêté en Allemagne un peu plus tard. Les langues se délient dans le milieu, et on met aussi à l'ombre, le 26 septembre, un ancien amant de la soeur de Schneberger, Bébel, alias Marcel Cambier, ouvrier maçon.

Effet boule de neige: Bébel dira que les maîtres de cette expédition qui fut fatale au vieux Fernand étaient Pinta, alias Istvan Farkas (allié à la fameuse tribu de cambrioleurs De Staerke), et "un grand blond" qu'on n'arrivera pas à identifier. Farkas sera arrêté le lendemain, 27 septembre. Il nie, d'une manière d'abord absolue, prétendant même ne pas connaître les deux autres. Il finira par reconnaître que Schneberger est un copain d'enfance, réfugié ONU comme lui. Menteur? Oui, selon le dossier. Coupable? Aux jurés du Brabant de faire l'inventaire de cette instruction peu banale.

On verra des experts. Parce que dans la voiture qui servit aux agresseurs, on a retrouvé des mégots de cigarettes. Analyses de salive... On entendra les biologistes.

Quel est l'intérêt de ce procès, qui sera présidé par Mme Lilly Beaupain et au cours duquel M. Patrick de Le Court soutiendra l'accusation de «vol avec la circonstance que les violences exercées sur Fernand Ruelle, sans intention de donner la mort, l'ont pourtant causée»? De mettre en lumière qu'il existe de bien dangereux «accidents du travail» chez les cambrioleurs professionnels et qu'il finissent au terme de leurs nombreux passages en correctionnelle par se retrouver un jour aux assises. C'est peut-être vrai pour Farkas. Mais non pour les deux autres, qui paraissent bien avoir joué les utilités dans cette expédition, et n'ont d'ailleurs pas de casier judiciaire chargé comme le premier.

Rappelons qu'en compagnie de sa femme Bertha De Staerke, de Charles De Staerke et de l'épouse de ce dernier, Istvan Farkas a été impliqué dans une vingtaine d'agressions commises en France. Ses trophées judiciaires, toujours pour vols avec violences, et souvent contre des personnes âgées? Un an de prison en 1979 (cour d'appel de Mons), deux ans de prison en 1979 (cour d'appel de Gand), quatre ans de prison en 1983 (cour d'appel d'Anvers) plus quatre ans de prison à Bourges et deux ans à Rennes. Lourde carte de visite pour entrer dans le box des assises... et rude besogne pour ses défenseurs, Mes Michèle Loquifer et Bouchat.

D'autant plus qu'on risque d'assister à la même dérive qu'au procès Vlassenroot: un front commun du ministère public, de la partie civile et... des avocats des autres prévenus, qui sont Mes Emmanuel Leclercq et Didier de Quévy pour Joseph Schneberger, ainsi que Mes Martial Lancaster et Sorel pour Marcel Cambier. Cela ferait du «six contre deux» et une occupation du temps de parole absolument déséquilibrée.

C'est mal parti pour ce Farkas qui nie. Il l'a sans doute cherché, non?

» archives.lesoir.be

8

Farkas, die in tegenstelling tot de-erin-geluisde Johnny De Staerke wel actief met Baugniet zou kunnen hebben samengewerkt, althans volgens Baudry, wordt ook genoemd door Insider.

"Er is ook niet geschreven over het Belgische liquidatieteam dat Bouterse c.s. moest vermoorden met een techniek bekend uit het Practical Shooting, de 'Pirate, Mammoth, Sniper' techniek, die later ook werd gebruikt door de Bende van Nijvel. Waarschijnlijk betrof het hier dezelfde mensen; Madani Bouhouche, de zigeuner Farkas, die door iedereen ‘Pinta’ werd genoemd en Claude Delperdange, hoewel er meerdere mensen aan die trainingen meededen en er dan ook steeds sprake was van teams in verschillende samenstellingen."

9

Farkas werkte dus samen met een "grand blond" en een Marcel Cambier. Dit zal de Cambier uit hogergenoemd artikel wel zijn (komt uit Anderlues)? » www.sudinfo.be

10

Even terug naar de ineens vermiste Cambier, kompaan van Farkas, dit valt te herlezen » Forum

In de moordzaak van Bonlez waarvoor Farkas werd veroordeeld waren Lancaster en advocaat Jean-Louis Sorel advocaat van medebeschuldigde Marcel Cambier. Advocaat Sorel zou administrateur van de camping geweest zijn waar de moord op Vissers en Vanruykensvelde gebeurde (en een kaartje van Darville gevonden werd). En Farkas was een vriend van Bongiorno.