31

Ja, maar dat wil niet noodzakelijk zeggen dat ze er voor niets tussen zaten. Misschien net daarvoor. Over de sudisten heb ik Deprêtre al die tijd niet veel horen zeggen! Pas voor zijn dood kwam hij op de proppen met die vijf namen.

32

Ben wrote:

Dat staat toch in mijn derde alinea:

(...) zie ik deze bende eerder als manipuleerbaar of inzetbaar door buitenstaanders met een bepaalde opdracht: afrekeningen, schijnovervallen, logistieke steun, ...

Waarmee ik dus zeg dat bepaalde personen - die de macht hebben om een onderzoek te beïnvloeden - dezelfde zijn als degene die bendes als de sudisten gebruiken om bepaalde opdrachten uit te voeren.

In die tijd viel de politie onder het ministerie van binnenlandse zaken, de rijkswacht onder defensie en de gerechtelijke politie onder het ministerie van justitie. In het onderzoek wilden zij alle drie scoren.

Waarom zouden derden/opdrachtgevers de sudisten in hun eigen achtertuin inzetten en dan 3 verschillende ordediensten trachten te manipuleren? Is dat niet vergezocht? Lijkt mij moeilijk om zoiets stil te houden.

33

Doet me ook denken aan dat verhaal van "Popolino" Van Esbroeck, die beweerde dat hij samen met een agent iets op touw zette om een bende op te rollen, die de Bende van Nijvel had moeten zijn. De bende werd opgerold (ze hadden carnavalsmaskers, riotguns...)  tot Deprêtre het te weten kwam en ze omwille van procedurefouten stante pede terug op straat werd gezet. 

Kunnen jullie nog wat meer vertellen over die Wolf, m'n Frans is niet zo goed.

34

Merkwaardig is in dit opzicht de info in een artikel uit Le Soir van 29/08/1990 dat zich kritisch uitlaat over de tussenkomst van Jean Deprêtre in bepaalde dossiers:

En 1985, plusieurs prévenus bénéficièrent de cette mesure, particulièrement les seize personnes concernées par le dossier connu sous le nom des Sudistes, ces jeunes désoeuvrés de Braine-l'Alleud et de Waterloo qui s'étaient illustrés de mars à octobre 1981 par plusieurs agressions. L'enquête et l'instruction avaient été rondement menées mais le parquet mit du temps avant de lancer les citations.

Le tribunal ne put que constater les dégâts lorsque le dossier fut ouvert après quelques remises. L'affaire fit grand bruit (Le Soir du 20 avril 1985) mais elle ne fut pas la seule. Il ne se passait pas une semaine sans que des prévenus ne sortent blanchis du prétoire au grand dam des parties civiles qui ne comprenaient plus très bien le fonctionnement de la justice nivelloise.

35

Wolf: "De la première à la deuxième vague, les auteurs sont les mêmes, la seule différence est leur encadrement par des personnes provenant d'une autre organisation qui elle à l'habitude de se servir de la main d'oeuvre locale. Pour moi, toute l'équipe de base, qui à fournit la logistique (voiture, chalumeau, planque de véhicule dans des entrepôt de ferrailleurs, montrer la région et ces raccourcis à nos hôtes étranger à été éliminée vers 85, début 86). Quand au personnel d'encadrement, ou du moins une partie d'entre eux, ils travaillent pour un nouvelle employeur qui paraît il est le meilleur sur la planète."

op de vraag of hij de CIA bedoelt: "Pas spécialement la C.I.A. Entre l'employeur et "l'ouvrier" il y à une société intérimaire, qui est effectivement sponsorisé par deux sociétés mères, dont une détient l'objet social de la mission. Quand au intérimaires, il font le travail demandé sans savoir qui est la société mère. Les recruteurs de la boite d'intérim ont du moins pour trois d'entre eux changer de patron après le travail et ce pour service rendu... [...] le fait de la société "d'intérim" sont des infos qui me sont parvenues il y à peine quelques jours et ce depuis l'autre bout du monde. Et par des gens, avec qui on est amis, ou mort."

36

Ces personnes représentaient un potentielle pour qui savait les convaincre de passer à plus sérieux. [...] Leur faisant croire qu'il travaillait pour les couleurs de leur pays ou pour tout autre organisation ne voulant que bien au pays. Bien recrutés, bien encadrés, bien éliminés. Telle est la devise de tous les services de renseignements qui travaillent en térritoire étranger avec de la main d'oeuvre locale, qui ne permet jamais de remonter jusqu'à eux. En général, pour de genre de mission le service en question prend un contact avec des officielles du pays de manière en cas de problème à impliquer le gouvernement lui meme.

Vous tenez alors le pays dans lequel vous orchestrer des attentats par les couilles. Et ce propre victime est le premier à faire taire ses propres services. Vicieux, mais très éfficace. Ne vous etes vous jamais posé la question de savoir pourquoi jamais aucune enquete parlementaire n'a pu etre mise sur pied tant que Jean Gol était ministre de la justice? Et que le jour ou il a été dans l'obligation accepter la nomination d'un groupe d'enquete de par la pression de la chambre ou du parlement, les C.C.C. étaient tous arrètez le lendemain dans un fastfood de Namur et ce au grand complet... Le commanditaire des C.C.C. et des T.B est le mëme, et son but est unique.

Deze theorie lijkt trouwens perfect aan te sluiten bij de verklaing van Adriano Vittorio waarvan Magnée melding maakt in zijn vraag n°40:

"Quelle suite donner à la déclaration de Vittorio du 16 octobre 94 à la BSR de Nivelles selon laquelle "les gens qui ont achevé certaines victimes sont des tueurs qu'on pourrait qualifier de professionnels et qui auraient été commandités par certaines personnes haut placées pour créer "le brin". S'ils réagissent de la sorte, c'est parce que quelque chose ne tourne pas rond chez nous et ils espèrent faire sauter la charnière"? (PV BSR Nivelles n°1 098 du 16.10.1984).

Ik vraag me af of "Wolf" hier niet bedekt verwijst naar Gladio, of zelfs de Mossad? (zie ook Gol; zie ook de strategie tot het chanteren van een bepaalde staat)? Want het verhaal vertoont gelijkenissen met wat ex-Mossadagent Ostrovsky beweerde over WNP en de CCC.

37

Dit is de fameuse uitspraak van Cocu waar ik eerder naar verwees:

"Si je ne veux pas vous révéler malgré vos insistance les cinq auteurs que je vous ai cité, c'est parce qu'en ce qui concerne. le Brainois, je ne le connais pas. Pour les quatre autres, j’en ai une frousse terrible. Il s’agit de gens extrêmement dangereux."

38

Wat betreft de eigenlijke overval in Nijvel spreekt "Wolf" over een zestal daders verspreid over twee auto's, namelijk A.V. (zie namen Deprêtre), D.C. (een overleden sudist) en SS. (of D.K.) in de Saab en Michel Cocu, W.P. (zie namen Deprêtre) en N.R. (maar mogelijk bedoelt hij I.R., zie namen Deprêtre) in een olijfgroene BMW van W.P.

Volgens "Wolf" zoud de Saab, in tegenstelling tot wat in de officiële dossiers staat, links genomen hebben om zich te verschuilen in de velden achter boerderij Hougemont/Goumont (eigendom van de opusiaanse familie d'Oultremont) waar ze anderhalf uur de patrouillecommunicatie beluisterden. Ze rookten en dronken er bier en alcohol. Hoewel de boer dezelfde nacht de rijkswacht zou hebben geïnformeerd zou deze, na een "on va passer voir", niet langs geweest zijn. Ook twee dagen zou deze boer de rijkswacht hebben gecontacteerd, met opnieuw hetzelfde resultaat zodat hij uiteindelijk zijn land zou hebben omploegd en bewijsmateriaal verloren zou zijn gegaan.

Om die boerderij te bereiken moet men de streek goed kennen, wat het geval zou geweest zijn voor D.C., die er het jaar voordien zou gewerkt hebben en er 's nachts schapen zou hebben gestolen. Op deze plaats zouden ze de gestolen waren achtergelaten hebben. Na 2 uur geschuild te hebben zouden ze volgens "Wolf" tot aan huisnummer 421 op de Chaussée d'Alsemberg in Braine-l'Alleud gereden zijn om er het wiel met de lekke band te vervangen in een garagebox van P.F. (van pizzeria Da Pietro). Deze laatste zou in paniek geschoten zijn en geëist hebben dat ze vertrokken, waarop ze de wagen zouden geduwd hebben tot aan huisnummer 404, dichtbij de Delhaize en garage Jadot.

Ook daar probeerden ze zonder succes het wiel te vervangen. De daders zouden vervolgens mogelijk opgepikt geweest zijn aan het kruispunt van de Chaussée d'Alsemberg. Cocu verklaarde (op 24/11/1983) dat hij met de BMW de rest heeft opgepikt, waarop ze met acht naar het trefpunt aan het station van Braine-l'Alleud reden waar vier daders in de Fiat kropen. De BMW en Fiat zouden dan naar hun schuiloord gereden zijn, een garage in Drogenbos. De drie Borains zijn vervolgens huiswaarts gekeerd.

39

W.P. zou vanuit zijn verblijf in Zuid-Frankrijk willen praten hebben met de onderzoekers, maar trok zich terug toen Lionel Ruth op hem afgestuurd werd. hij zou hierbij verklaard hebben: "Je ne veux pas parler avec cet imbécile" (maar dan wat grover en in het Waals).

40

In een artikel door Jean Vandendries over de maandag na Nijvel:

"[...] c'est à Braine-l'Alleud encore que se produisait hier midi un événement qui allait tenir plusieurs heures durant en alerte neuf policiers, ainsi que de nombreuses brigades de gendarmerie placées sous le commandement du capitaine Mouthuy. Cet événement? Un vol de voiture. Le préjudidié "Titi" Delpierre, exploitant un café à Sart-Moulin, donne immédiatement l'alerte: "Il était 12h30 environ, quand je tondis démarrer ma BMW. Elle fait un bruit caractéristique. J'avais laissé le double de mes clefs dans la boite à gants. Des parents l'ont vue passer devant eux. Il y avait deux personnes à bord. En y pensant bien, ce vol n'était que le prolongement de deux faits inhabituels qui s'étaient déroulés dans la matinée et dont ma femme avait été temoin. Elle vit, à plusieurs reprises, une femme aux cheveux noirs, qu'elle n'avait jamais rencontrée dans le quartier; de plus, un homme assez grand et portant une barbe blonde, a fait une dizaine de fois, à moto, la navette entre le fond de la rue de la Gare, et la rue d'Alconval. Lui non plus, on ne l'avait pas encore vu chez nous".

Voilà en tout cas, un témoinage corroborant un signalement fourni par le gendarme de Wavre, blessé dans la fussilade et des témoins du cambriolage de Tamise. Revenons à cette voiture; la police de Braine-l'Alleud répercuta l'information, spécifiant notamment que le réservoir n'autorisait qu'une autonomie d'une cinquantaine de kilomètres. A deux heures, cette voitures fut retrouvée dans le bois de Mérode, à Limal, après une poursuite menée par le commissaire de police adjoint de Wavre, Gérard Denis. Il allait se poster à la sortie du village-expo, en direction de Rixensart, lorsqu'il croisa la voiture volée, dont il localisa ensuite la trace près du cimetière pour chiens de Rosières. Finalement c'est un combi de la gendarmerie de Wavre qui retrouva la BMW. Il était conduit par l'adjudant-chef. Campine, qui, rappelon-le, fut blessé il y a un an lorsqu'il poursuivit les gangsters venant d'abattre le policier wavrien Claude Haulotte. La BMW, qui avait parcouru une quarantaine de kilomètres depuis Braine-l'Alleud, et dans laquelle ne se trouvait plus qu'un homme lorsqu'elle fut prise en chasse par M. Denis, était vide.

A une centaine de mètres de là, un cyclomoteur et "un couple d'amoureux". Les guillemets s'expliquent ainsi: la jeune femme - très grande, blonde, queue de cheval - paraissait agée de 25 ans; sous son manteau de fourrure, comme s'il se cachait ou s'il la menaçait d'une arme, un homme un peu plus âgé, moins grand (1,75 m environ), corpulence moyenne, cheveux noirs mi-longs, les yeux fatigués, comme s'il avait passé une nuit blanche. La femme affirma n'avoir rien vu. Les gendarmes revinrent à la voiture, puis voulurent s'adresser à nouveau au couple, qui quittait à grande enjambée le bois, en direction de l'avenue de Mérode ou leur trace se perdit. Le branle-bas de combat commença alors. Deux chiens pisteurs firent le trajet entre la BMW et l'orée du bois. Des dizaines de gendarmes et de policiers encerclèrent celui-ci, tandis qu'un hélicoptère de  la gendarmerie survolait le champ des opérations. Les recherches s'étendirent au village-expo, où l'on supposait que le couple aurait pu trouver refuge. Elles furent vaines. Les craintes étaient grandes quant au sort réservé à la jeune femme, à supposer que son "compagnon" soit l'un des tueurs."

Volgens "Wolf" was de diefstal van de BMW opzettelijk om eventueel bewijsmateriaal onklaar te maken:

"On peu expliquer cette façon de faire, pour expliquer la présence d’indices dans le véhicule et en rejeté la cause sur le fait de vol et donc tenter de se disculper. Ce que les enquêteurs ne savent pas, c’est D. possède deux bmw identique, dont une a été repeinte par les frères B. appartenant à la bande des sudistes." en "Quelle est le meilleur moyen de se disculper si vous pensez que les flics pourrait imaginer votre compliciter dan les faits de Nivelles,que de crier au secours,on m'a piqué ma bmw..."