41

Juist, Guy Bouten zijn theorie is, zet ze een maand op secreet en confronteer hun dan met elkaar. Wat ik persoonlijk een heel goed idee vindt.

42

» anneesdeplomb.topdiscussion.com

43

Voor de geïnteresseerden: het proces-Bommeleeër is in Luxemburg na 195 procesdagen nog steeds bezig.

Rechter Sylvie Conter probeert nog altijd de waarheid te achterhalen achter het mysterie van de Bommeleeër, waarbij bommenleggers tussen mei 1984 en maart 1986 in het Groothertogdom Luxemburg pylonen van de elektriciteitsmaatschappij Segedel, de hoofdzetel van de rijkswacht, regeringsgebouwen, een krant en de radarinstallaties van de nationale luchthaven opbliezen. Eén keer eiste men zelfs losgeld, maar dat werd nooit opgehaald. Er vielen geen doden, wel enkele gewonden. De achttien aanslagen veroorzaakten in de kleine bankenstaat veel onrust, maar kregen in de buurlanden nauwelijks weerklank. Twee rijkswachters stonden terecht, zes anderen - van wie enkele topofficieren - werden verdacht van mededaderschap, maar de echte opdrachtgevers ontsprongen voorlopig de dans.

De doelstellingen van de Bommeleeër pasten in de Strategie van de Spanning. Een daarvan was de versterking van de rijkswacht en de politie. Het Luxemburgse budget voor de ordestrijdkrachten steeg eind 1986 met 64 procent. Iets vergelijkbaars gebeurde in België na de bommencampagne van de CCC en de overvallen van de Bende van Nijvel.

En net zoals in ons land verdwenen er in het Groothertogdom belangrijke documenten die naar de opdrachtgevers konden leiden. Een premier werd zelfs afgeluisterd, een prins kwam in opspraak, de Luxemburgse inlichtingendienst bleek een bergplaats te bezitten voor geheime archieven en het gerecht werd geconfronteerd met de leugenachtige verklaringen van de rijkswachttop, met op de achtergrond de schaduw van de CIA. Dat verklaarde de uitspraak van de eerste onderzoeksrechter Prosper Klein:

"La campagne d’attentats était une affaire de l'état qui ne pourrait jamais être résolue. Les bénéficiaires sont à chercher au niveau de la gendarmerie."

De aanslag op de krant Luxemburger Wort was bedoeld als waarschuwing voor een journalist die tijdens de aanslagen altijd ter plaatse ging en al snel de bedoelingen van de bommenleggers achterhaalde.

Een officier van de Brigade Mobile de la Gendarmerie (BMG), de elite-eenheid van de rijkswacht, nam ten tijde van de bomaanslagen bewijsstukken in beslag, die nadien spoorloos verdwenen. Zijn motto luidde: "La justice ne doit pas tout savoir." Hij werd later in beschuldiging gesteld. Zijn chef, Pierre Reuland, die het tot grote baas van de Luxemburgse politie had geschopt, ging nog een stap verder:

"Le Bommeleeër était quelqu'un de très haut placé et qu’il ne fallait pas croire que celui-ci avait agi seul et de toute façon l'enquête n’aboutirait pas."

Meteen kwam prins Jean, de broer van de Groothertog, in opspraak. Hij werd op 9 november 1985 in zijn blauwe BMW opgemerkt in de onmiddellijke omgeving van de luchthaven Findel, waar een bom die dag de radarinstallatie vernietigde en een arbeider zwaar verwondde. Een getuige werd later door leden van de mobiele rijkswacht en de inlichtingendienst zwaar onder druk gezet om zijn eerdere verklaring in te trekken op de Luxemburgse televisie.

De prins deed in 1986 prompt afstand van zijn adellijke titel en van het recht op troonsopvolging. Prins Jean was lid van de anti-communistische WACL, de internationale anticommunistische liga die in België en Italië een hand had in het uitstippelen van de zogenaamde Strategie van de Spanning. Hij had een militaire opleiding gekregen in Sandhurst, werkte later als financieel analist voor het New Yorkse bedrijf W. R. Grace en ging in 1983 zes maanden aan de slag bij president Reagan. Daarna ging hij in dienst bij Booz Allen Hamilton, een gerenommeerde commerciële denktank die sterke banden heeft met de CIA en NSA.

Jean Disewiscourt, de toenmalige onderzoeksleider, identificeerde de Bommeleeër met de hulp van een belangrijke getuige, op voorwaarde dat hij de identiteit van de getuige nooit zou vrijgeven. Uiteindelijk werden de rijkswachters Marc Scheer en Jos Wilmes in beschuldiging gesteld. Advocaat Lorang wond er geen doekjes om:

"On arrête des lampistes. Chacun sait que la CIA devrait être sur le banc des prévenus."

Zijn collega Vogel preciseerde later dat het spoor leidde naar een Stay Behindnetwerk, maar hij verwachtte heel wat procedurekwesties, waardoor het proces een snelle dood zou sterven. Het onderzoek bracht onder andere ook aan het licht dat enkele Luxemburgse toppolitici zoals ex-premier Jacques Santer mogelijk op de hoogte waren van de terroristische plannen van de Bommeleeër. Ook de Luxemburgse Staatsveiligheid, de Service de Renseignement de l'Etat Luxembourgeois (SREL), ging niet vrijuit. Een gewezen lid van Stay Behind getuigde dat Patrick Heck, de vader van de Luxemburgse spionnenmeester, fungeerde als officier-coördinator van Stay Behind. Hij verbleef in Mons, vlak bij Casteau, waar de SHAPE - het Europese militaire hoofdkwartier van de NAVO - was gevestigd.

[Noot: Christian Hoffmann, de chef van de officiële Luxemburgse Stay Behind, ontkent dat hij ook maar iets met de Bommeleeër te maken heeft. Hij beschikte in totaal maar over tien agenten, onvoldoende voor de omvang van de aanslagen.]

Armand Schockweiler, de toenmalige chef van de Luxemburgse geheime dienst, kwam in het vizier nadat bleek dat twee van zijn geheim agenten sinds het begin van de aanslagen Ben Geiben, de chef van de BMG, schaduwden. De intelligente Geiben werd ervan verdacht de Bommeleeër te zijn, maar hij nam plots ontslag, onder het voorwendsel dat hij zich als homoseksueel niet langer geschikt achtte voor de job. Ook ex-minister Emile Krieps wees hem aan als het brein.

Op 20 oktober 1985, de dag van de aanslag op het Justitiepaleis, werd de schaduwoperatie op Geiben door de SREL afgeblazen. Geiben gaf voor die dag een vals alibi op. Een getuige zag hem in een café in Grund in het gezelschap van een andere man. Geiben stond plots op, vertrok en keerde niet meer terug. Na zijn ontslag richtte Geiben een privé-inlichtingendienst op die tot taak had politici en zakenlui te observeren. Guy Santer, de neef van de toenmalige premier, weigerde met Geiben samen te werken omdat die laatste terroristen de hand boven het hoofd hield. Geiben koos dan maar andere partners: een Fransman en een Belgische para, die hun opleiding hadden gekregen in de VS en Groot-Brittannië. Ze maakten deel uit van een Stay Behindnetwerk dat over een basis beschikte in Heidenscheid en trainde op afgelegen boerderijen in Ripping en Mersch. Leden van de SAC en de 11ième Choc, een Franse elite-para-eenheid, namen aan de oefeningen deel.

Volgens NAVO-document nr. 00176 bedankte de Amerikaan Bill de organisatoren van de oefening op 19 november 1985 voor de ontmoeting waarin de oefening Origan 4 werd voorbereid en sprak hij lovend over de cocktail en het diner. De Stay Behindoefening vond plaats onder het bevel van het Allied Clandestine Committee van de NAVO, dat om de zes maanden van voorzitter-coördinator wisselde. In België kwam Albert Raes voor die functie in aanmerking. Bill sprak echter met geen woord over de bomaanslag tien dagen eerder op de nationale luchthaven van Findel, nochtans van strategische betekenis door het grote aantal Amerikaanse legervliegtuigen dat er landde en opsteeg. (...)

De SREL schaduwde in dezelfde periode tal van linkse partijen en organisaties. Materiële bewijslast van de aanslagen verdween of keerde nooit terug na expertise door de FBI. Het parket ontdekte in 2004 na een huiszoeking in het kasteel van Senningen stukken uit het bommendossier die eigenlijk bij het gerecht thuishoorden. Het kasteel was eigendom van de SREL.

Oud-magistraat Gérard Reuter was tussen 1980 en 1990 voorzitter van het Luxemburgse Rekenhof, onder meer belast met de controle van de rekeningen van de SREL.

"Au SREL des agents ont dit que les attentats n'étaient pas une affaire luxembourgeoise. La CIA et les Américains étaient impliqués. Les attentats auraient été commis par des adeptes d’une fraction dure de la cellule Stay Behind qui auraient appliqué les plans pensés par l'agence de renseignement américaine. L'objectif devait être de créer un climat d’incertitude afin d'affaiblir l’extrême gauche."

Een Belgische privédetective kreeg de opdracht procureur Robert Biever tijdens zijn vakantie naar Thailand te volgen, in de hoop de man op pedofilie te betrappen en zo het proces te dwarsbomen. Het leek wel een karwei op het lijf geschreven van Robert Beijer, die al jaren in Pattaya woonde, met zijn bordelen en buitenlandse pedofielen. Beijer beschikte nog altijd over een appartement op de Scheutlaan in Anderlecht en was vertrouwd met het Luxemburgse reilen en zeilen. Zo kende hij het Luxemburgs WNP-lid Marcel Feiereisen, die in juli 1983 van Latinus de opdracht kreeg om munitie vanuit Keulen naar België te smokkelen. (...)

Bron: Guy Bouten | De Bende van Nijvel, Verraad. Manipulatie. Geheime diensten

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

44

Tijdens het proces van de Bommeleeër kwam ook de Bende van Nijvel ter sprake, waarbij ik mij afvroeg of de Staatsveiligheid niet in hetzelfde schimmenspel verzeild raakte als haar Luxemburgse zusterorganisatie. Neem nu Beijer. Hij heeft altijd beweerd dat hij in opdracht handelde van de Staatsveiligheid. Dat wordt door meerdere personen bevestigd, onder meer door de gewezen BOB'er en lid van de Brusselse GP Jean-Pierre Callens. Hij verklaarde dat Beijer informatie en steun kreeg van de Staatsveiligheid in ruil voor het verrichten van diverse opdrachten.

En dan waren er de contacten tussen leden van Amerikaanse inlichtingendiensten in Luxemburg met bepaalde criminele netwerken bij ons. Tussen 1983 en 1986 opereerde CIA-agent James Pavitt als chief station in Luxemburg. Eerder werkte hij drie jaar undercover in Wenen om het doen en laten van het Internationaal Atoom Agentschap te bestuderen. Pavitt bracht het tijdens het presidentschap van Bush Sr. uiteindelijk tot DDO of Deputy Director Operations, de persoon die de geheime operaties bij de CIA leidde.

In Wenen leerde hij de Belgische zakenman van Poolse afkomst Felix Przedborski kennen, die toen als IATA-ambassadeur fungeerde voor Costa Rica. De Jood Przedborski was van Poolse origine en overleefde als kind de nazigaskamers. (...) Het begeleiden en sturen van de bommencampagne in het Groothertogdom was Pavitt op het lijf geschreven. Vooral het inzetten van NOC's of Non Official Cover-agenten was zijn specialiteit. Deze lui, eigenlijk Barbouzes, bezaten geen diplomatiek statuut, in tegenstelling tot het personeel in ambassades, handelsdelegaties en internationale instellingen.

Bron: Guy Bouten | De Bende van Nijvel, Verraad. Manipulatie. Geheime diensten

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

45

Bommeleeër: Cela fait un an que le procès est suspendu

Comme le temps passe: Harpes, Bourg, Reuland, Stebens, Schockweiler et Weydert-6 anciens gendarmes sur lesquels on enquête à cause de l'affaire Bommeleeër. Et cela depuis 1 an.

Il y a précisément un an, la juge Sylvie Conter a, dans un jugement intermédiaire, arrêté le procès Bommeleeër après 177 séances. Quelques jours auparavant, le Procureur Georges Oswald avait cité les noms des 6 futurs inculpés. Ces 6 anciens gendarmes s'étaient faits remarquer au cours du procès par des déclarations incohérentes, contradictoires ou incroyables.

Lors d'une conférence de presse, le Procureur Oswald avait expliqué pourquoi on allait enquêter sur ces 6 hommes: ou bien ils avaient eux-mêmes participé, ou bien ils avaient organisé ou toléré ces faits. Aujourd'hui, on peut dire: on travaille beaucoup, quelque-chose a été découvert à la Villa Chomé et Ben Geiben a été une nouvelle fois interrogé. Et il  a un an, le procès a été interrompu. Nico Graf a joint par téléphone le Procureur Oswald qui se trouvait à l'étranger.

Le Procureur Oswald assure que l'on travaille intensivement sur l'affaire et que l'équipe d'enquêteurs est toujours au complet. En novembre, Ben Geiben avait donné une interview à RTL Radio an Télé Lëtzebuerg et avait involontairement placé la Villa Chomé au centre du dossier Bommeleeër. Quelque-chose a été découvert à Dommeldange, mais rien qui n'apporte une ouverture dans le dossier, selon le procureur, qui n'a pas voulu faire de commentaires sur d'éventuelles traces d'explosifs.

A la suite de l'interview et de la perquisition, l'ancien chef de la Brigade mobile a été une nouvelle fois interrogé. Si le juge d'instruction trouvait là que ce dernier doit aussi être inculpé, on en arriverait là.

Le Procureur Oswald souligne qu'il y a davantage que 6 personnes qui travaillent actuellement sur le dossier Bommeleeër. Elles évaluent principalement les actes du procès. Tout cela doit être analysé. Les rapports de synthèse prendraient beaucoup de temps. Il ne faut pas attendre une décision du juge d'instruction Ernest Nilles avant la fin de l'année quant à une inculpation.

Bron » 5minutes.rtl.lu | 1 juli 2015

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

46

Bommeleeër – le grand guignol
Au seuil du second anniversaire de la suspension décrétée par le tribunal criminel 02.07.2014

Cela fait trente ans que traîne l'enquête sur le Bommeleeër et toujours rien. Un scandale per se. Pour paraphraser Virginia Woolf, on pourrait parler d'un grattage laborieux de boîtes entières d'allumettes mouillées. En réalité, on ne voulait jamais connaître la vérité et cela à aucun échelon de l'Etat. Le Juge d'instruction Klein, qui a instruit ce dossier à partir du 01.11.1985 à 1991, a mis le paquet à la 88ème audience en déclarant sous la foi du serment

Et ass eng Statsaffaire die nët dërf apgeklärt gin!

Dans son réquisitoire, le Procureur d'Etat écrit à la page 73 ces phrases d'une gravité sans précédent et jetant un rayon oblique sur tout l'appareil de la justice.

"Il s'entend qu'au cours d'une enquête judiciaire (...) il est sinon normal tout au moins compréhensible que l'une ou l'autre erreur d'appréciation ou d'organisation se révélant défaillante se produit. Toutefois, ce qui s'est passé en l'occurrence du point de vue d'empiétement de compétences, d'inobservation des règles fondamentales en matière de procédure pénale, de fautes gravissimes, est plutôt sidérant."

Un exemple parmi une multitude d'autres. Disewiscourt, décrit par Kohnen comme alcoolique était le commissaire en charge de l'enquête dans les années 80.

On n'en croit pas ses yeux quand on lit qu'il voulait trouver le coupable moyennant un sourcier étendu sur une carte géographique. À cela s'ajoute que cet individu, chef de l'enquête déclarait connaître parfaitement le Bommeleeër, mais qu'il se serait engagé à ne jamais en révéler l'identité:

"Dat Geheimnis huelen ech mat and Graaf."

Les Juges d'instruction en fonction dans ce dossier depuis 1991 n'ont guère brillé par compétence, curiosité et dynamisme. Ainsi le dossier somnolait de 1991 à 1998. Rien de rien! Il ne fut procédé ni à l'écoute, ni à l'audition des principaux suspects. Dans un rapport d'entretien avec le commissaire Kohnen, nous lisons que le dossier était dans un état débraillé, imprégné d'un laisser-aller inqualifiable.

Ce n'est pas le moment de faire l'inventaire de toutes les conneries commises. Un jour je ne manquerai pas d'y aller dans le plus menu détail.

La Juge d'instruction Woltz, actuelle directrice du SREL, qui allait clôturer le dossier n'a guère apporté de nouveaux éléments. Piquant détail: Elle, qui devait s'interroger à maintes reprises sur le rôle su SREL, dirige désormais et ce depuis 3 mois, le service secret.

Comprenne qui pourra. Encore une de ces délicatesses qui renforcent la confiance dans les structures de l'Etat.

Un dossier précaire fut soumis à la Chambre du Conseil aux fins de renvoi. Sur appel la Chambre du Conseil de la Cour d'appel en date du 25.01.2012, estimant que la procédure était complète, et refusant toutes nouvelles mesures d'instruction bien que formellement sollicitées par la défense, confirme le renvoi.

Le résultat on le connaît : 176 audiences au bout desquelles le dossier fut reconfié à un Juge d'instruction pour enquêtes supplémentaires et le cas échéant nouvelles inculpations.

Ainsi le procès allait démarrer au fond le 23.02.2013 date à laquelle siègera pour la 1ère fois le tribunal criminel.

Première curiosité:

Ce n'est qu'au cours de la 40ème audience que le tribunal criminel commence à mettre en doute sa propre compétence ratione materiae: Ce procès ne devrait-il pas se dérouler devant le Conseil de guerre sur base d'une loi du 31.12.1982?

Tel fut le questionnement des Juges du fond. La défense déposa le 03.06.2013 des conclusions écrites allant dans le sens d'une incompétence. Le tribunal sans rejeter ces conclusions les a jointes au fond, ce qui veut dire en clair qu'il y sera statué tout à la fin d'une fin qui risque de ne jamais finir.

Illogisme? Incongruité?

Non, il faut comprendre les juges s'ils avaient statué dans le sens où allait leur pensée, on leur aurait reproché d'être complices de l'Omerta.

Cent soixante-seize audiences, du jamais vu de mémoire judicaire, allaient suivre et démontrer que le dossier renvoyé devant le Juge du fond était une calamité qui jette un rayon oblique sur le cours de la justice, une justice qui sort du Bommeleeër en état d'aigue faiblesse.

Au cours de toutes ces laborieuses audiences dont rien n'allait sortir si ce n'est la confirmation d'une enquête totalement bâclée, le SREL apparaissait sous ses plus belles couleurs, ce SREL que dirige la ci-devant Juge d'instruction depuis le 01.01.2016.

En date du 02.07.2014, le tribunal criminel suspendait l'instruction et renvoyait le dossier au cabinet d'instruction pour compléments d'information et le cas échéant nouvelles inculpations. Nous sommes à deux mois du second anniversaire de ce constat d'échec.

Depuis deux ans, strictement rien ne filtre du cabinet d'instruction. C'est la transparence du charbon.

La défense reste sur le gril et toute nouvelle instruction se passe pour elle par "contumace". Un seul détail, mais combien grave, a néanmoins réussi à "s'exfiltrer". Le juge d'instruction nouvellement en charge est allé interroger le Premier, Bettel, le 09.10.2015.

C'était bref mais chargé d'orages. Le premier tonnerre vient d'ébranler le pays.

On apprend que Bettel a reçu à titre privé, chez lui à la maison, l'ancien Sreliste André Kemmer, déjà interrogé par l'actuelle directrice du SREL à l'époque où elle était encore Juge d'instruction.

C'était fin décembre 2012, soit peu de temps après que Bettel fut nommé vice-président de la commission d'enquête sur le Srel. Il faut savoir que Kemmer joue un rôle important de témoin dans l'affaire Bommeleeër.

Que faut-il penser de ces rendez-vous clandestins. Les magistrats devraient avoir l'hermine toute hérissée! Le ci-devant Procureur Général qui s'occupait du dossier Bommeleeër, avait à son tour son petit rendez-vous privé. C'est là où il allait rencontrer le personnage passant pour le principal suspect. Geiben captivait notre illustre Procureur Général.

Le 16.04.2008, le chef du Parquet ne pouvait plus gérer son envie de le voir et il se mettait en route pour oberdonven, le chapeau enfoncé dans le front, sachant bien qu'il ne fallait pas se faire voir.

Il avait enfin satisfaction.

Il allait rencontrer un personnage indégivrable, inoxydable, qui traitait, semble-t-il, la question des attentats avec une glaciale indifférence. Notre Procureur rentra pourtant la paix dans l'âme et il ne changea pas un iota à son réquisitoire.

Il est très dérangeant de constater qu'à la tête de l'Etat on trouve des champions "de la clandestinité". Comment faire confiance à ceux qui vous dirigent s'ils essaient d'arranger les choses in catimini dans le dos de l'opinion publique.

Toutes ces personnes, si haut placées et si peu sensibles aux choses élémentaires ne sont pas malhonnêtes : mais ils construisent l'injustice, l'équivoque, la méfiance, la lassitude du citoyen, brique après brique avec la meilleure foi du monde et la conviction d'être juste et irréprochable.

C'est ce qui les rend si répugnants.

Bron » www.rtl.lu | 14 april 2016

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

47

Les six gendarmes toujours dans le collimateur

"Nous attendons, et nous ne savons rien", disent les potentiels futurs accusés dans l'affaire dite des "Bommeleeër". Il s'agit d'anciens gendarmes. L'enquête les vise désormais aussi parce qu'il y a eu des contradictions dans leurs témoignages. Le procès au tribunal est suspendu depuis maintenant deux ans.

Ce sont cinq anciens cadres de la gendarmerie: Aloyse Harpes, Charel Bourg, Pierre Reuland, Armand Schockweiler, et Guy Stebens. Un seul accusé potentiel a un grade inférieur: Marcel Weydert de la brigade mobile.

Le procureur Georges Oswald se garde de donner des informations précises sur l'état d'avancement de l'enquête, et se contente de noter que les enquêteurs envoient leurs rapports au juge d'instruction Ernest Nilles, qui décidera en automne ou en hiver comment avancer.

Pour sa part, le procureur s'en tient à ses conclusions de l'été 2014, quand il avait dit: "Qu'ils soient accusés comme monsieur Weydert, d'avoir participé, ou d'avoir eu connaissance de ces crimes et de les avoir ou bien organisés, ou bien tolérés en connaissance de cause ou bien dirigés pour qu'ils restent possibles."

Après deux ans de suspension du procès, Georges Oswald reste donc convaincu que ces six personnes sont ou bien coauteurs des faits ou qu'ils savaient ce qui se passait et n'ont pas dit la vérité. Ni Oswald, ni les cinq anciens gendarmes n'ont voulu donner des interviews. Seule l'avocate de Marcel Weydert, Claudia Monti, nous a répondu.

Weydert s'est contredit de manière très importante en janvier 2014 lors du procès. Il insistait sur ce qu'il se trouve sur une photographie faite après les attentats dans les Casemates. L'accusé Marc Scheer l'avait prié de le dire. Durant le procès, l'autre accusé, Jos Wilmes, a voulu être la personne sur la photo.

L'importance de cette photo et de l'identité de la personne photographiée n'est pas claire, sauf pour les trois anciens collègues de la brigade mobile. Mais cela a montré que Weydert, un potentiel coupable dans cette affaire, voulait absolument se trouver dans ou près des Casemates.

C'est pourquoi l'enquête l'a ciblé entretemps lui-même: "Nous en sommes toujours à l'enquête préliminaire, c'est-à-dire mon client a été entendu par la police, des perquisitions ont été faites, c'est l'état actuel de l'affaire. Il a été interrogé trois fois, il reste à voir s'il devra être interrogé encore. Jusqu'ici le juge d'instruction ne nous a pas entendus, il n'y a donc pas encore d'inculpation formelle de mon client", selon Me Monti.

Selon l'avocate, qui a assisté aux interrogatoires, ces derniers auraient été professionnels et calmes. Il n'y aurait eu ni d'aveux ni de révélations sensationnelles.

Affaire à suivre...

Bron » 5minutes.rtl.lu | RTL | 20 juni 2016

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

48

6 Enquêteuren, dovu 4 Full-time an 2 Hallefzäit

Den Untersuchungsriichter wëll bis Enn des Joers entscheeden, wéi eng Suite hien de Rapporte vun der Police judiciaire gëtt. Um Dënschdeg de Mëtteg mellt sech d'Justiz per Communiqué an der Bommeleeër-Affaire zu Wuert a confirméiert dora grosso modo dat, wat den Nico Graf ewell virun e puer Deeg an engem Reportage op Radio Lëtzebuerg sot.

Communiqué de presse (28.06.2016)

Par un réquisitoire du 25 juin 2014 le parquet de Luxembourg avait demandé au juge d'instruction directeur, Monsieur Ernest Nilles, de continuer l'instruction de l'affaire dite du "Bommeleeër" eu égard aux développements des débats à l'occasion des audiences publiques de la chambre criminelle du tribunal d'arrondissement de Luxembourg tenues depuis le 25 février 2013. Dans son transmis le parquet avait conclu formellement à l'inculpation de MM. Guy Stebens, Aloyse Harpes, Charles Bourg, Pierre Reuland, Armand Schockweiler et Marcel Weydert.

Depuis lors le juge d'instruction a confié à l'équipe d'enquête de la police grand-ducale en charge de ce dossier une multitude de devoirs supplémentaires. Les enquêteurs sont sur le point de finaliser leurs rapports. A l'heure actuelle et suite au départ à la retraite d'un enquêteur , à la réaffectation d'un autre enquêteur dans un autre service et le retour d'un troisième enquêteur au sein de son unité, six enquêteurs de la police judiciaire sont affectés à l'instruction du dossier, dont quatre à plein temps et deux à mi-temps.

A ce stade de la procédure il est cependant prématuré de se prononcer sur les futurs développements du dossier en question. Le juge d'instruction de son côté a néanmoins l'intention de prendre une décision jusqu'à la fin de l'année sur les suites à donner aux rapports de la police judiciaire.

Communiqué par le Parquet de Luxembourg

Bron » www.rtl.lu | 10 Juli 2016

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

49

Affaire Bommeleeër: une décision d’ici la fin de l’année

Le 2 juillet 2014, la chambre criminelle suspendait, après 177 audiences, le procès du Bommeleeër qui s’était ouvert le 25 février 2013 contre les prévenus Marc Scheer et Jos Wilmes.

Alors que la date anniversaire de cette suspension approche, le parquet de Luxembourg a annoncé, mardi, que "le juge d’instruction a l’intention de prendre une décision d’ici la fin de l’année sur les suites à donner aux rapports de la police judiciaire". Toujours selon le communiqué, "à ce stade de la procédure, il est cependant prématuré de se prononcer sur les futurs développements du dossier en question".

Le 25 juin 2014, le parquet avait demandé au juge d’instruction directeur, Ernest Nilles, de continuer l’instruction de l’affaire eu égard aux développements des débats à l’occasion des audiences. Le procureur d’État adjoint Georges Oswald avait dévoilé les noms des six personnes qu’il souhaitait voir inculpées: Pierre Reuland, Guy Stebens, Armand Schockweiler, Charles Bourg, Aloyse Harpes et Marcel Weydert.

Le parquet indique, par ailleurs, dans son communiqué que les enquêteurs sont sur le point de finaliser leurs rapports. "À l’heure actuelle et suite au départ à la retraite d’un enquêteur, à la réaffectation d’un autre enquêteur dans un autre service et au retour d’un troisième enquêteur au sein de son unité, six enquêteurs de la police judiciaire sont affectés à l’instruction du dossier, dont quatre à plein temps et deux à mi-temps", précise-t-il.

Bron » www.lequotidien.lu | 29 Juni 2016

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

50

Dès 1986, la CIA parle d'entraînement militaire ou policier

Dans le dossier Bommeleeër, un rapport de la CIA, le service du renseignement extérieur américain, jusqu'à présent inconnu, vient de surgir. RTL l'a lu. Dès début février 1986, la CIA décrit les Bommeleeër comme des gens de l'intérieur ("insider") des forces de l'ordre bien entraînés.

La CIA est le service du renseignement extérieur américain et c'est justement sur l'étranger que porte ce rapport de 30 pages. Il est intitulé Terrorism Review et daté du 10 février 1986 - cette date est importante. Il décrit le terrorisme à travers le monde, en Italie, en Belgique, en Allemagne, au Liban, au Pérou, etc. Au milieu de tout cela, trois pages sont titrées Terrorism comes to Luxembourg.

Le rapport a été nettoyé, c'est-à-dire que les noms des auteurs et des informateurs ont été gommés, et depuis peu, il peut être consulté sur internet. Le Procureur Georges Oswald ne connaissait pas encore ce rapport au moment du procès Bommeleeër. Depuis, les enquêteurs l'ont manifestement reçu. Les autorités disposent donc maintenant de ce rapport dans le cadre de l'instruction. Le Procureur a été mis au courant ces derniers jours seulement.

Dans ce rapport, la CIA donne une liste des attentats, du premier pylône fin avril 1985, jusqu'à la bombe au Sommet européen du 2 décembre. Vu que le rapport est daté du 10 février, il manque les deux dernières bombes, celle de la maison Hellinckx et celle chez le Colonel Wagner. Et la CIA pose évidemment la question cruciale: qui sont les poseurs de bombes - les Bommeleeër?

La CIA écrit dès début 1986, que les autorités luxembourgeoises croient que les auteurs sont d'ici, qu'ils sont plus nombreux et qu'ils opèrent peut-être en plusieurs groupes. La CIA tire une conclusion très concrète: que les auteurs ont appris à l'armée ou dans la police à bricoler des bombes, à bien les placer et à les faire exploser sans commettre d'erreur.

Les Bommeleeër seraient donc des hommes de l'intérieur des forces de l'ordre, pense-t-on à la CIA pendant la série d'attentats.

Ce rapport de la CIA amène beaucoup de travail aux enquêteurs et au juge d'instruction. Il faut vérifier comment ces données peuvent figurer dans ce rapport. Le procureur a demandé au juge d'instruction d'effectuer les vérifications.

Les questions à adresser à la CIA et aussi à ses contacts au Luxembourg, sont nombreuses.

Bron » 5minutes.rtl.lu | 25 januari 2017

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube