Een speurder van de cel Brabant-Wallon, die het dossier van de Bende van Nijvel probeert op te lossen, wordt ervan verdacht minstens een wapen te hebben verborgen dat in beslag genomen werd tijdens het onderzoek. Dat schrijven Le Soir en La Dernière Heure dinsdag.

Nieuwsdossier» Onderzoek Lionel Ruth

2

Men spreekt van commissaris L. (=Lionel Ruth?). Er zou ook goud gevonden zijn bij L. thuis. Als dit waar blijkt lanceert dat mogelijk opnieuw de pistes Bultot en Cocu. Of legt men hier opnieuw bewust een dwaalspoor (maar waarom nog zo laat in de enquête, iedereen heeft de hoop al lang opgegeven)? De vraag is sinds hoelang werden deze wapens achtergehouden (sinds de inbeslagname of later?) en waarom werd dit niet opgemerkt?

Lionel Ruth (volgens het Franstalige forum: RTL Nieuws).

Werkelijk alle verbeelding tartend. 25 Jaar na de laatste (gekende) feiten van de Bende van Nijvel, blijft er gewoon smeerlapperij opduiken in het dossier. Vergeef me het taalgebruik, maar ik kan het simpelweg niet anders omschrijven.

5

Nu dit boven water komt zitten we wel met een nieuw spoor. Leg die Ruth eens op de rooster, en leg zijn relaties met de verdachten bloot. Dan staan we misschien een stap verder.

De getuigenis van X2 (X-dossiers) over Lionel Ruth:

Elle a fréquenté dans les années 80 une bande de jeunes de Nivelles dont Philippe Lauwaert (Le Snoous), Philippe Franck, Bernard Paulus, Jehanne Paulus, Françoise Paulus, Camille Paulus, Juliette Paulus, Laurent Ledec et son frère, Eric Bekaert, Philippe Mouton, François Mouton, Pascal Bekaert, Anne Huybrechts, Jesus, Jean-Paul Pilate, Etienne Bernard, Muriel Bernard, Damien Taverne, Eric Steenwerk, Kurt Vandera, Manuel Mauquois, Fils du Notaire Molle, Jijacli Nabil, Catherine et Françoise. Chef de bande = un des Paulus - Franck Philippe et Bekaert Pascal.

Liste des endroits fréquentés:

Un carrossier italien leur prêtait voitures et armes. La bande a fréquenté avant les tueries du Brabant Wallon la région de Wavre, un club de tir à Seneffe - tir sous les ponts d’autoroute et dans ancienne papeterie de Genval et à l’ancien circuit de Nivelles et au bois d'Hall. Une fille des 4 vents = Nadine Dubois qui sortait avec Daniel St-Jean qui est devenue prostituée à Bruxelles.

En 1983 : soirée au café Telephone à Lillois. On lui demande de ramener des gens qui n’ont pas de permis. Lauwaert lui demande de ne pas prendre la chaussée de Bxl mais elle le fait. Lors du deuxième trajet elle constate la présence d’une Mercedes blanche ou grise et d'une autre voiture à la pompe à essence du Colruyt. A son retour vers 01.30 heures la Mercedes est toujours là. Le lendemain elle apprends l’attaque du Colruyt. Elle pense que la Mercedes est utilisée par des gens qui fréquentent le PSC. Le dossier du Colruyt est traité par Bernard Glime, Patrick Denis, Luc Haulotte (PJ) et PR Deprêtre.

Le dossier de la champignonière a été transmis à Nivelles bien qu’il n’y ait apparement aucun lien avec les dossiers du Brabant Wallon. Le PR établi des similitudes entre la bande de jeune de Nivelles et la bande de jeunes de la champignonière. Lors de la transmission du dossier champignonière elle voit Marnette pour la première fois. Un des enquêteurs de ce dossier est Joël Stevens un ancien de la PJ Nivelles Glime et Marnette ne s’entendait pas. Dans un rapport sur la champignonière on parle de Jesus et d'’une voiture avec un aigle sur le capot - on parle aussi de lieux et cafés qu’elle a fréquenté. Elle connaît l’italien et le boiteux qui roule avec ce type de voiture. Le carrossier italien avait une Ford Transam avec un aigle sur le capot.

Castiaux faisait faire l’entretien de ses véhicule chez cet italien. Castiaux connaissait bien la patron de l'auberge des Trois Canards. Les docteurs Mailleux et Lombard fréquentent cette auberge. Le patron de l’auberge a été tué - on a parlé à l'époque d’un réglement de comptes. Castiaux faisait aussi entretenir sa voiture au garage de Wauthier Braines où un autre assassinat a été commis. Ce dossier a été traité par Patrick Bertrand et Denis et Schlicker. Deux attaques quasi simultanées de grandes surfaces : selon PJ il devait y avoir deux bandes.

Le Gd Costa a établi qu’un itinéraire plus rapide aurait permis à une seule bande de faire les deux attaques (en passant par des lieux fréquentés par la bande de Nivelles). En 85/86 tous les dossiers Brabant Wallon sont transférés à la cellule Jumet de même que la dossier champignonière. Contacts réguliers entre Marnette et Bertrand pour les dossiers. Jamais de liaison établie entre les auteurs du Brabant Wallon et la bande de Nivelles. Aucune analyse ballistique pour comparaison. Lors d’une soirée au Dolo elle surprend une conversation relative à un taximan qu’il faut éliminer. Quelques jours plus tard elle apprend dans la presse la découverte à Mons d'un taximan assassiné. Ce dossier a été joint au dossiers Brabant Wallon.

Suite a ses déclaration à la presse le PR Deprêtre a subi des pressions et s’est mit à rédiger lui-même ses rapports. On le menaçait de débrancher les appareils qui tenait sa fille en vie à Anne-Sophie Bordet. Deprêtre étudiait à LLN de même que Dassonville Carine une amie de X2.

Les deux familles pourraient se connaître Dassonville a dit à X2 que Deprêtre subissait des pression vis-à-vis de sa fille. Dassonville est à l'origine du journal Euro-Police. Patrick Denis (amant de X2) est aussi menacé de mort. Marc Simon aurait aussi subi de telles menaces de même que sa femme et sa fille. Deprêtre envoyait des lettres d’amour à X2 - elle a remis ces lettres à Castiaux. X2 allait régulièrement au Dolo où elle a rencontré Bouhouche. X2 rencontre aussi la femme de Bouhouche au Hilton lors d'une réunion entre. Gol, Philippe Moureaux, Wilfried Martens, VDB, Willy De Clerck, Jean-Michel Nihoul, Delvoye et Karel. X2 n’a pas participé à la réunion - elle attendait au bar. Bouhouche n'a jamais été entendu sur le Dolo, le Hilton et les personnes qu’il connaissait. Selon Jean-Pierre Dorane le nom de Schwart (trafiquant d'or) interviendrait dans le dossier Mendez.

Castiaux et la patron des Trois Canards connaissaient Schwart. Serge Dumont avait de bons contacts avec Dorane et le frère Mendez. Serge Sumont a été secrétaire au cabinet de Philippe Moureaux. Serge Dumont travaillait avec René Hacquin, Walter Debock et Paul Ponsaert sur les tueries. Serge Dumont fréquentait unntrafiuquant d’armes lié au Mossad ou à un groupe arabe.

Un GD: Lionel Ruth fréquentait Bill le chauffeur de Vanden Boeynants. Ils se voyaient sur la parking du motel de Drogenbos où X2 allait avec Patrick Denis. Bill avait aussi des contacts avec Zimmer. Au Dolo Bill parlait avec Bouhouche. Le Gd Amory a été exclut de la cellule Brabant Wallon suite à la découverte d’un pistolet dans de la sauce à spaghettis.

La mère de Philippe Lauwaert a été la sedcrétaire de Schlicker quand il était avocat. Lors du déménagement de la PJ Nivelles en 87 une parties des dossiers des ballets roses ont été détruits.

7

Commissaris Ruth van Cel Waals Brabant geschorst

Commissaris Lionel Ruth van de onderzoekscel Waals-Brabant, die het dossier van de bende van Nijvel probeert op te lossen, is geschorst. Dat verneemt Knack. De procureur-generaal van Bergen bevestigde dinsdag het bericht in Le Soir en La Dernière Heure dat het gerecht een onderzoek heeft geopend naar een lid van de cel die het dossier van de bende van Nijvel onderzoekt.

http://img.zita.be/tmp/410/290/r/2982/201002020922-1_lionel-ruth-verdacht-in-dossier-bende-van-nijvel.jpg

Nieuwsdossier» Onderzoek Lionel Ruth

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Tueries du Brabant: un enquêteur soupçonné

Le Procureur général près la cour d’appel de Mons confirme l’ouverture d’une instruction impliquant un policier membre de la Cellule Brabant Wallon en charge de l’enquête sur les tueries. Celle-ci comporte un premier volet financier et un second relatif à la conservation d’une arme "étrangère aux tueries".

Le Procureur général près la cour d’appel de Mons a confirmé mardi midi l’ouverture d’une instruction impliquant un policier membre de cette cellule. Il précise que le premier volet est d’ordre financier "et ne concerne en rien les activités professionnelles de l’intéressé" et que le second volet de l’instruction est relatif « à la conservation dans les locaux de la police d’une arme dont l’expertise balistique a établi qu’elle était étrangère aux tueries". Le Procureur général précise que le policier en question a été écarté de la cellule et que celle-ci poursuit donc son travail et ajoute que le parquet ne communiquera pas davantage sur cette affaire.

La juge d’instruction Francotte, du tribunal de première instance de Charleroi, entendait lundi soir, en son cabinet, un enquêteur de la cellule Brabant wallon. Il y a une dizaine de jours, cet enquêteur avait été soupçonné d’avoir dissimulé une arme saisie au cours de cette enquête sur ces tueries qui firent 28 morts entre 1982 et 1985.

Les explications fournies sur cette détention d’arme contraire aux règles qui prévalent en matière de conservation des scellés ou de preuves invoquaient une bévue commise par un enquêteur expérimenté qui ne pouvait s’expliquer ce manquement. L’intéressé, au moment de la découverte de l’arme, se trouvait aux Etats-Unis. Selon nos informations, on aurait en réalité trouvé au moins deux armes découvertes dans l’une des armoires à la cellule d’enquête basée à Jumet. Ces armes auraient appartenu à Michel Cocu, cet ancien policier membre de la filière boraine qui fut acquitté aux assises du Hainaut. Une autre arme appartiendrait à Jean Bultot, l’ex-directeur adjoint de la prison de Saint-Gilles, adepte du pratical shooting et proche des milieux d’extrême droite.

Des perquisitions opérées au domicile de l’enquêteur auraient permis de découvrir aussi des lingots d’or. Le procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer, a confirmé la matérialité de cette enquête, sans vouloir en commenter le contenu ni la genèse. "Il y avait des difficultés au sein de la cellule Brabant wallon", a-t-il laconiquement déclaré. Depuis 20 ans, la cellule Brabant wallon tente d’identifier les bandes (la bande) de tueurs qui s’attaquèrent à des supermarchés de la grande périphérie bruxelloise.

Après toutes ces années, aucune piste n’a émergé, que ce soit dans le grand banditisme, l’extrême droite ou les maffias américaines dont d’aucuns disaient qu’elles tentaient de racketter la chaîne Delhaize. Les collègues de l’enquêteur concerné ont refusé de commenter cette actualité.

Bron: Marc Metdepenningen | 2 février 2010

Wow. Dit is meer dan interessant. Lionel Ruth is geen kleine jongen. Hij is al lang bij dit onderzoek betrokken en is samen met Eddy Vos leider van het speurdersteam (12 man). Dat uitgerekend hij knoeit met bewijsmateriaal is choquerend en doet denken aan een slechte aflevering van Witse. Misschien is er dan wel meer dat hij op zijn kerfstok heeft. Er is nog bewijsmateriaal verdwenen. Als ze dit goed aanpakken, wie weet wat het oplevert. Wie weet er rond welk jaar Ruth juist bij de cel kwam? Was dat voor 1990?

10

Nog maar eens een bewijs hoe het er in de CWB aan toe gaat! Waarom doet die man dit, toch niet zomaar. Ze zeggen wel dat dit wapen niets met de Bende van Nijvel-feiten te maken heeft althans met de moorden, maar hij wordt dan ook nog verdacht van andere zaken. Weer een slag voor de onschuldige slachtoffers, maar kenmerkend voor het Bende van Nijvel-dossier: verduisteren en knoeien!