Ben wrote:

Michel - beheerder van het Franstalig forum over de Bende van Nijvel - waarschuwt in het topic over André Moyen (dat op dit moment al 35 pagina's telt) verschillende keren voor Moyen:

"Mais saviez-vous que Monsieur Moyen s'est donné beaucoup de mal pour orienter l'enquête sur les tbw sur de fausses pistes?"

"Moyen a orienté sciemment les enquêteurs sur de fausses pistes. C'est écrit noir sur blanc dans les rapports parlementaires."

"André Moyen s'était donné beaucoup de mal pour lancer les enquêteurs sur de fausses pistes dans le dossier tbw."

Over welke pistes het gaat, wordt niet uitgelegd. Maar wat zou Moyen hierbij te winnen hebben?

In bijlage 3 van het verslag van de Tweede Bendecommissie staat de volgende voetnoot. Ik weet niet of Michel naar deze tekst verwijst » Forum

Ben wrote:

Volgens dit artikel werd André Moyen tijdens de jaren '90 verhoord (en afgeluisterd) door de onderzoekers van de Cel Waals Brabant » Nieuws

Volgens het verslag van de tweede bendecommissie werd André Moyen onder meer op 23 maart 1993 door de CWB ondervraagd:

André Moyen wordt verhoord in verband met mogelijke manipulatie van Bultot door O. ten voordele van de Franse geheime diensten. (Bron: K52, document 302, PV, CWB van 23 maart 1993).

Wie zou O. zijn?

43

Interessant, ik zal straks eens kijken of ik ontdekken wie O. is. Ook interessant dat de Franse geheime diensten genoemd worden.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Mogelijk is dit Lucien Ott, Fransman, ex-bodyguard, specialist close combat en expert terrorisme.

Bijkomende info ivm Lucien Victor Ott:

De extreem-rechtse militant, Jean Bultot

Jean Germain Jean-Marie Ghislain Bultot werd geboren op 3 mei 1951 in Montigny-sur-Sambre, een voorstad van Charleroi. In 1976 studeerde hij als criminoloog af aan de ULB. Zijn licentiaatsthesis werd bekroond, en later wordt de essentie ervan opgenomen in het voorwoord van het boek van Lucien Ott, 'La violence, mal du siècle'. Ott noemt zichzelf 'ex-gorilla van De Gaulle' en is instructeur in een agentschap voor allerhande zelfverdedigingstechnieken. Hij is voornamelijk gespecialiseerd in ongewapende close-combat-methoden.

Bron: De Bende, een documentaire, Paul Ponsaers en Gilbert Dupont (pag. 192)

46

Moyen heeft niet alleen een manipulatieve rol gespeeld in het Bende van Nijvel-onderzoek maar ook in het X-dossier:

(...) De volgende in de rij heet André Moyen. Hij woont, net als de Bonvoisin, in Andenne. De hoogbejaarde Moyen is ooit, heel even, een beroemde Belg geweest vanwege zijn uitlatingen over het zogenaamde stay behing-netwerk Gladio. Dat was een geheime ultra-rechtse groep van wapenfreaks die tot doel had de vorm aan te nemen van een verzetsgroep, eens de Russen West-Europa zouden binnenvallen. Het bekend raken van het bestaan van Gladio en aanverwante netwerken zorgt aan het einde van de jaren tachtig voor grote opschudding in beschaafd Europa. Moyen komt al jaren aan de kost als securityconsultant en werkt vaak voor rekening van zijn goede vriend Benoît de Bonvoisin. 

Halfweg oktober 1997 stuurt Moyen een 'geheim rapport' over adjudant De Baets naar Pignolet. Die voegt het meteen toe aan zijn dossier. Het is niet duidelijk of Moyen zelf als detective heeft zitten speuren in het privé-leven van De Baets of iemand anders. Zeker is wel dat dit de bron is waarop Demol, Mahieu, de Bonvoisin en Pirard hun hersenspinsels inspireren. Het is eveneens Moyen die er enkele jaren eerder van werd verdacht onderzoeksrechter Van Espen te hebben geschaduwd toen die met een rogatoire commissie in Frankrijk opzoekingen gingdoen in de Cidep-affaire... Exit Moyen. Exit Mahieu ook, inmiddels.

Bron: De X-dossiers, wat België niet mocht weten over de zaak Dutroux | Douglas De Coninck, Annemie Bulté, Marie-Jeanne Van Heeswyck

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

47

André Moyen, 93, alias "Captain Freddy", died in February 2008 in Brussels. He groomed hundreds of intelligence agents in Belgium and also in Africa and Asia where he served as intelligence advisor to several governments.

Born in the Ardennes in 1914 and a specialist in German language and culture, Moyen began his career at the age of 20 as a secret agent in Nazi Germany with Col. René Mampuys, head of the Belgian army’s intelligence service, as his mentor. A resistance fighter who took the name of "Freddy Bastogne", Moyen created Service Eight that liquidated Gestapo agents before moving on to serve as co-head of the Athos network linked to the Office of Strategic Services [OSS, de voorloper van de CIA]. His successive covers - as a journalist, professor, and doctor (*) - were professions he actually practiced along with his secret role.

After the war he was appointed deputy director of Belgium’s Service General de Renseignement/Service de Documentation, de Recherche et d’Action (SGR/SDRA). In that capacity he helped organize anticommunist stay-behind "Gladio" networks in conjunction with the CIA, France’s SDECE and German intelligence.

Moyen founded the Bureau Milpol which carried out financial intelligence missions with a network that functioned in the Congo during the final years of Belgian colonial rule. In the 1960s, Colonel Boyard, the new chief of SGR/SDRA, sent Moyen to Morocco where he helped King Hassan II set up a gendarmerie force, and then to Taiwan.

There, he found himself advising the chief of the Nationalist Chinese spy service, Pang Chih. Over the past 40 years, Moyen divided his time between official missions and business, creating the Belgian branch of the Securitas agency as well as a school for private detectives.

Bron: The OSS Society Journal | Fall 2008 (hier kan je het magazine lezen » www.ossreborn.com)

(*) Ik heb nooit geweten dat Moyen zich ook als dokter heeft voorgedaan.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

48

Ben wrote:

Ik heb nooit geweten dat Moyen zich ook als dokter heeft voorgedaan.

In 1939 heeft Moyen zich ingeschreven als geneeskundestudent in Bonn. Ik vermoed dat de oorlog deze studies vroegtijdig heeft afgebroken:

Un de ceux-ci est André Moyen, né à Resteigne en 1914. Moyen est, à notre connaissance, le seul collaborateur civil du SR/SCI dont nous disposions d'un témoignage contemporain sur sa qualité d'informateur. En effet, son dossier matricule contient une note de Mampuys, qui le recommande au colonel Daumerie, commandant du 2e Groupement des Chasseurs Ardennais, "pour toute action occulte de contre-espionnage qui pourrait vous être utile aux manoeuvres des Chasseurs Ardennais 1937". Mampuys considère Moyen comme "un indicateur de toute confiance et ayant de l'expérience en matière de renseignement. (...) Une affectation officielle de l'indicateur est impossible dans les conditions actuelles". En 1939, muni d'une carte de membre du mouvement Rexiste, Moyen se fait inscrire comme étudiant en médecine à Bonn.

Bron 1915-2015: het verhaal van de Belgische militaire inlichtingen- en veiligheidsdienst | hdl.handle.net

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

49

Un absent bien présent

De la résistance …

Avant guerre, André Moyen avait été envoyé en Allemagne pour y effectuer un travail de renseignement contre les nazis. Découvert en 1939, il rentre au pays où il s’occupe de la surveillance des milieux rexistes. Après l’invasion de notre pays par les allemands, il travaille contre l’occupant et met sur pied un groupe d’intervention spécial, le Service B, chargé entre autre de voler des cartes de rationnement.

Mais dès octobre 1945, dès la fin de la lutte antinazie, il s’attaque aux communistes et à la gauche. Il est en effet un des nombreux résistants de droite voire d’extrême droite qui sont convaincus de l’imminence d’une troisième guerre mondiale déclenchée par les Soviétiques et est persuadé que Moscou parachute régulièrement des armes destinées aux militants du Parti Communiste Belge, la nouvelle cinquième colonne.

Il fonde ainsi deux réseaux d’espionnage politique: l’un est basé en Belgique, "Milpol", et l’autre dans la colonie congolaise, le réseau "Crocodile". Milpol et Crocodile, sous sa direction, recrutent des militants anticommunistes et sont financés par la grande industrie. Les renseignements récoltés par ces réseaux étaient mis au service du Deuxième Bureau, mais aussi de l’industrie privée.

… aux revues anticommunistes

André Moyen travaillait également pour divers journaux de droite ou d’extrême droite sous divers pseudonymes. Le premier, "Vrai", était un journal léopoldiste dans lequel on allait retrouver Paul Vanden Boeynants et Jo Gérard. Le second, "Septembre", était dirigé par d’anciens militants de la Légion Nationale, un groupe qui avait guerre était marqué par un fort courant antiparlementaire et qui avait des sympathies plus ou moins affichées pour le régime fasciste de Mussolini. Pendant la guerre, ses sympathisants de l’Ordre Nouveau se retrouvèrent dans la résistance, plus contre les nazis que contre l’occupant.

Ce qui fut le cas d’un certain nombre de résistants. Ce qui explique le rapprochement, dès la fin des hostilités, entre eux et d’anciens collaborateurs, par exemple au sein de la "Jeunesse Fidèle au Roi".

Troisième revue dans laquelle Moyen publiait les renseignements recueillis par ses réseaux: "Europe-Amérique" qui allait se transformer quelques années plus tard en … "Europe Magazine". Dans ce journal, André Moyen allait par exemple utiliser des documents volés à une militante communiste, Frederika Stern. Il visait à déstabiliser le PCB. Pour ce vol, Moyen fit appel aux services "d’Adolphe", un militant anti-communiste de la région de Halle.

Ce n’était pas la première fois que Moyen faisait appel à celui-ci. Or il se fait que Moyen était au courant que quelques temps auparavant, "Adolphe" et son groupe avaient assassiné le député communiste Julien Lahaut, en utilisant la même voiture, une Vanguard, que celle qu’ils employèrent pour attaquer Frederika Stern. Malgré sa désapprobation du meurtre de Lahaut, Moyen n’hésita donc pas à utiliser ces nervis.

La Sûreté, déjà

Mais un autre article de Moyen, paru celui-ci dans "Septembre" nous laisse, dans le contexte actuel, assez perplexe. et nous citons ici in extenso le passage du livre dans lequel nous avons récolté ces informations sur André Moyen. Sous le titre "Pour ou contre la Sûreté de l’Etat", André Moyen répondait "à divers articles parus entre autres dans Le Drapeau Rouge dans lesquels in était affirmé que la Sûreté de l’Etat était "à droite" et devrait être l’objet d’une épuration.

Moyen estimait effectivement que la Sûreté de l’Etat devait être épurée mais parce qu’elle était trop "à gauche", le chef de la Sûreté de l’Etat étant " de gauche" si pas "d’extrême gauche" (il s’agissait du magistrat Pol Bihin qui avait la réputation d’être socialiste). Et, toujours selon Moyen, cela se remarquait: les journaux de gauche n’étaient jamais sérieusement inquiétés, alors que des perquisitions étaient régulièrement effectuées au domicile des rédacteurs de Septembre. Rien n’étaient entrepris contre les "conspirateurs du Congrès Wallon", qui injuriait la dynastie ni contre les communistes qui possédaient des armes.

Et Moyen de conclure: la Sûreté de l’Etat est une institution provisoire qui doit disparaître aussitôt que l’état de guerre sera suspendu. Il appartiendra alors aux officiers de la police judiciaire de combattre la subversion intérieure et à la Deuxième Direction de veiller à la sécurité éxtérieure de l’Etat. L’article de Moyen était donc un plaidoyer pour la suspension à court terme de la Sûreté de l’Etat".

Ce bon vieil Otto

Toujours dans le cadre de ses activités de renseignements politiques, André Moyen parcourait l’Europe dans la foulée de gens comme Marcel De Roover et du Colonel Keyaerts. Ces derniers travaillaient dans le réseaux qui allaient donner naissance à la World Anti-Communist League (WACL), ou au CEDI, des organisations liées à Otte de Habsbourg et où l’on retrouvera bon nombre de membre influents du CEPIC, dont le baron Benoît de Bonvoisin.

André Moyen finit sa carrière dans la société Securitas. Il formait le personnel de la firme de sécurité. C’est au Caire qu’il avait été engagé par le patron suédois de la firme qui souhaitait sans doute pouvoir compter, dès le départ, sur un personnel hautement qualifié. Securitas était, au début des années 80, en relation avec une autre firme, Promotion et Distribution Générale, mieux connu sous le nom de PDG.

Dirigée par Jean-Marie Detournay, PDG a entre autres fourni ses services à Securitas pour des recherches de personnel de cadre. A l’heure actuelle, PDG est en faillite, et son directeur inculpé. L’affaire est toujours à l’instruction et devrait bientôt être inscrite au rôle, sans quoi la prescription devrai s’appliquer. Dans son numéro 12. Celsius révélait que des documents trouvés dans la comptabilité de PDG montraient la présence du baron de Bonvoisin dans la société.

PDG rendait des services à diverses associations dans lesquelles on retrouve ce même baron, comme le CEPIC, le CEDES ou le MAUE (la branche belge du mouvement européen d’Otto de Habsbourg). Il éditait un quotidien anticommuniste "Inforep" lié à un service privé de renseignements PIO, né au sein du Ministère de la Défense Nationale et qui s’en était détaché en emmenant les dossiers constitués dans ces cartons. L’histoire ne se répète jamais. Mais il est des coïncidences - les mauvaises langues diraient des bégaiements - qu’il vaut mieux connaître.

Bron: Combat | Philippe Brewaeys | 12 december 1988

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube
Ben wrote:

Volgend dit artikel werd André Moyen tijdens de jaren '90 verhoord (en afgeluisterd) door de onderzoekers van de Cel Waals Brabant » Nieuws

Hij werd niet beschouwd als "een gek" maar als een intelligente - en zelfs gevaarlijke (manipulator) - persoon.

Ben wrote:

Michel - beheerder van het Franstalig forum over de Bende van Nijvel - waarschuwt in het topic over André Moyen (dat op dit moment al 35 pagina's telt) verschillende keren voor Moyen:
"Mais saviez-vous que Monsieur Moyen s'est donné beaucoup de mal pour orienter l'enquête sur les tbw sur de fausses pistes?"
"Moyen a orienté sciemment les enquêteurs sur de fausses pistes. C'est écrit noir sur blanc dans les rapports parlementaires."
"André Moyen s'était donné beaucoup de mal pour lancer les enquêteurs sur de fausses pistes dans le dossier tbw."

Ben wrote:

Uit L'enquête criminelle sur les tueurs du Brabant van Adrien Masset:

CA56 - CBW - 10.09.1991 - PV 24681/91

André Moyen, cité dans la Commission d'enquête Gladio, qui est présenté comme ayant essayé d'égarer l'enquête depuis 1984, aurait mené des investigations privées à l'initiative du commissaire Z (*) de la PJ de Bruxelles, lui-même présenté comme proche de Dossogne, Bougerol et consorts. Le résultat de ces investigations a été transmis au procureur du Roi de Bruxelles Godbille.

Vertaling:

André Moyen, wiens naam wordt geciteerd in de Onderzoekscommissie Gladio, en van wie wordt gezegd dat hij sinds 1984 zou hebben geprobeerd om het onderzoek op een dwaalspoor te brengen, zou privé-onderzoek hebben verricht op initiatief van commissaris Z. (*) van de GP van Brussel, die op zijn beurt wordt voorgesteld als iemand die nauwe banden heeft met Dossogne, Bougerol en consorten. Het resultaat van die opsporingen werd overgezonden aan procureur des Konings Godbille van Brussel.

(*) Het gaat hier over commissaris Zimmer.

De advocaten Magnée en Graindorge stelden de volgende vraag aangaande de gevolgen die gegeven werden aan het bovenstaande geciteerde PV 24.6281 en de algemene beweegredenen van André Moyen in het onderzoek van de Bende van Nijvel:

78. Quelle suite peut-on réserver à la suggestion de la cellule Brabant wallon à propos du sieur Moyen quand elle propose de déterminer les intentions de Moyen qui voudrait disperser les enquêteurs en multipliant des dénonciations fantaisistes? (CH 51 280 C PV 24.681 10.9.91 CBW)