Klopt! Heeft hem ook zeer negatief uitgelaten over die persoon, in de trant van "amateurs", dus zo topgangsters zullen ht wel niet geweest zijn.

12

Jep: Szlanyinka Jean-Claude (de zoon van een Amerikaanse officier). En dan nog een resem andere verbanden met Zweden:

  • De zaak Olof Palme waar men het had over Jean-Claude Darville (familie van) (en waar men ook Haemers meent te hebben herkend - hier een korreltje zout)

  • Securitas

  • Carl Armfelt

  • In de Santana vond men verkoolde resten van onderhoudsticketten (n° B 29187), afkomstig van een Zweedse concessionaris van het VAG-net van VW.

Maar goed, veel is dit allemaal niet waard en we dwalen af...

Ben wrote:

Interessante info. Weet je toevallig welke kleur de Golf GTI had? 

Ik heb op Tongeren gezocht en kwam dit verhaal tegen:

(...) Leif Engström, Kjell Ingman, Dan Peter Svenson en Harry Sandberg zijn verdachten van de overval op het Delhaize-warenhuis van Tongeren in februari 1982. Daar hebben ze 958.000 frank gestolen. Het was Nederlandse politie die de politie van Hasselt de tip gaf dat er in Heerlen een groep Zweedse misdadigers verbleef. Zij hebben foto’s doorgestuurd van deze mannen en ze werden herkend door getuigen van de overval.

Ze worden er ook van verdacht om verschillende overvallen te hebben gepleegd in Waals Brabant en Wallonië. Ze verplaatsten zich in die periode in een gele VW Golf. 

Dan Peter Svenson wordt omschreven als de ster uit het Zweedse criminele milieu. Hij ontsnapte uit een Zweedse gevangenis in december 1986 waar hij een straf van 8 jaar moest uitzitten.  Twee mannen hebben de muur van de gevangenis opgeblazen met TNT.  Deze twee noemde Istvan Hegedus en Yussef Ondin.  Dit zijn weer de twee criminelen die de agent in Lanaken hebben neergeschoten. Zij werden op 16 januari 1986 opgepakt in Enschede.

Ben, wat is de bron van je bovenstaande tekst? Ik kwam nl. het volgende tegen waardoor de bovenstaande data niet blijken te kloppen. Ofwel klopt onderstaand artikel niet. Ook is er een verschil in schrijfwijze van de namen van de gangsters.

Zweedse gangsters beroven kassa’s in Delhaize – Ook al betrokken bij rijkswachtmoord te Lanaken

Een diefstal in het warenhuis Delhaize te Tongeren heeft het Belgische gerecht op het spoor gebracht van een bende beruchte Zweedse gangsters. Zij worden internationaal gezocht voor amfetaminesmokkel en wapenhandel. De bendeleden wisten uit Zweden te ontsnappen en zijn in Nederland en België ondergedoken.

De vier gezochte gangsters zijn Dan-Peter Svendon (39), Kjell Ingman (35), Lef Angström (45) en Harm Sandberg (41). Svendson werd op 12 december uit een Zweedse gevangenis bevrijd door Hegedus. Hij zat er een straf uit van 8 jaar, wegens moordpoging op een bewakingsagent.

De gangsters lieten hier voor het eerst van zich horen midden januari toen te Lanaken twee Limburgse rijkswachters werden beschoten.

Bron: Het Laatste Nieuws | 16 februari 1987

De moord op de rijkswachter in Lanaken gebeurde alvast op 16 januari 1987.

Herdenkingsplaat onthuld voor doodgeschoten rijkswachter Luc Verstappen

Aan het politiecommissariaat van de zone Lanaken-Maasmechelen is woensdagvoormiddag een herdenkingsplaat onthuld voor wachtmeester van de rijkswachter Luc Verstappen, die tijdens een interventie op 16 januari 1987 het leven liet. Hij en zijn collega Paul Aengeveld werden onder vuur genomen door de Zweedse gangster Jussi Ondin en zijn kompaan Istvan Hegedus. Verstappen bezweek op 18 januari 1987 op 30-jarige leeftijd aan zijn verwondingen. Meer dan honderd familieleden en oud-collega’s woonden woensdag de serene herdenking bij.

Verstappen en Aengeveld wilden het voertuig van het duo doorzoeken aan de Kiezelweg in Veldwezelt (Lanaken). Ondin was ontsnapt uit een Zweedse gevangenis en leefde in Limburg ondergedoken. De twee Zweedse gangsters trokken meteen hun wapen en schoten Verstappen en Aengeveld neer. Bij een latere confrontatie in Turnhout werd ook rijkswachter Luc Leemans neergeschoten, die een oog verloor.

Paul Aengeveld en Leemans waren woensdag in Lanaken aanwezig, net als weduwe Cathy Bemong en de twee dochters van Verstappen, die zeer geëmotioneerd waren. “We worden vandaag herinnerd aan de zwartste bladzijde uit de geschiedenis van de rijkswachtbrigade en de gemeente Lanaken”, zei Leo Joosten, de gewezen brigadecommandant van de rijkswacht in Lanaken en initiatiefnemer van de gedenkplaat.

“Onmiddellijk na dit drama barstte bij de rijkswacht en de bevolking een golf van solidariteit los. Er werden allerhande benefietacties georganiseerd, want in die tijd bestond nog geen sociale zekerheid voor politiemensen getroffen door gewelddaden”, aldus Joosten.

Een gedenkplaat stond eerst aan de Kiezelweg, maar moest wegens wegenwerken en niet-vergund wijken. Nu krijgt de plaat een plek aan de inkom van het politiecommissariaat. “De gedenkplaat staat centraal en altijd in het gezichtsveld van de mensen, die hier dagelijks aan het commissariaat komen. We zullen Luc Verstappen nooit vergeten”, voegde burgemeester Marino Keulen (Open Vld) eraan toe. “Dit doet ons denken aan de gevaren die tegenwoordig gepaard gaan met de taak van politiemensen”, vertelde Guy Denis, ondervoorzitter van de vzw Oud Rijkswachters, waarna de “Last Post” en het “Te Velde” weerklonken, gevolgd door de Brabançonne.

Bron: Het Nieuwsblad | 18 januari 2017

Un palais de Justice - forteresse pour juger un superbandit

Ce n'est pas sans bonnes raisons que les autorités judiciaires ont décidé de transformer ce lundi et tous les jours de cette semaine la grande salle d'audience des Assises du Palais de Justice de Tongres en une sorte de place forte, de quartier à haute sécurité. Jussi Ondin, 45 ans aujourd'hui, sujet suédois d'origine hongroise, doit répondre de l'assassinat du gendarme Paul Aengeveld, le vendredi 16 janvier à 2 heures du matin. D'avoir en outre tenté de tuer trois personnes à Turnhout le 4 avril de la même année, et de s'être rendu coupable de prise d'otage. Bref, un homme qui a prouvé qu'il est capable des pires excès pour tenter de retrouver sa liberté.

Jussi Ondin avait treize ans lors de l'insurrection hongroise. Il fuit avec les siens en Allemagne. Il y fera des études techniques et deviendra soudeur. A 22 ans, il passe des vacances en Suède, et y trouve l'amour. Il épousera une blonde viking, se fixera dans ce pays, aura trois enfants et prendra la nationalité suédoise. Le métier de soudeur lui pèse lourd. Il ouvre un petit commerce d'antiquités: ce sera le début de la délinquance, car il trouve plus simple d'aller chercher sa marchandise dans des musées. A partir de ce moment, il grimpera sans cesse dans la spirale de la délinquance et de la violence, dans son pays d'adoption, au Danemark, en Italie. On trouve même sa trace au Brésil...

Le drame de Lanaken

Le vendredi 16 janvier 1987, peu avant trois heures du matin, deux gendarmes de la brigade de Lanaken (Limbourg) sont en mission de patrouille. Ils sont intrigués par la présence d'une voiture avec plaque d'identification hollandaise, occupée par deux hommes, sur le parking attenant à une institution bancaire. Ils veulent procéder au contrôle.

- Veuillez éteindre le moteur! dit le gendarme Paul Aengeveld.

- Impossible, dit le chauffeur de la voiture, qui n'est autre que Jussi Ondin, le moteur est complètement échauffé...

- Alors, descendez du véhicule et placez-vous face au véhicule, les bras sur le capot!

En réalité, si Ondin ne peut arrêter le moteur, c'est qu'il s'agit d'une voiture qu'ils ont volée en Hollande, et que c'est par un raccordement de fils qu'ils ont pu démarrer. Pendant que le policier procède à la fouille, Ondin saisit un pistolet qu'il portait au côté, à la manière des truands de Chicago, et il loge une balle dans le ventre du gendarme. Puis il fait feu sur le deuxième gendarme, qui n'a pas le temps de dégainer. Le gendarme Luc Verstappen, 29 ans, est touché à la tête. Il mourra deux jours plus tard.

Ondin était venu à Lanaken en compagnie d'un autre suédois, Istvan Hegedus, avec l'intention d'y commetre un hold-up dans une banque. Immédiatement après le drame, ils repartent vers Geleen, en Hollande. Sur place, au moment de l'intervention des services de secours, on trouve la carte d'identité suédoise d'Istvan Hegedus. Celui-ci n'avait pas opposé de résistance, et n'avait pas fait usage d'une des nombreuses armes qui se trouvaient sur les sièges arrières du véhicule. Ces hommes sont connus et fichés en Suède. Interpol fera le reste... Il ne faudra que quatre jours à la maréchaussée hollandaise pour dénicher le repaire d'Ondin et de Hegedus. Ils sont arrêtés le mardi 20 janvier 1987 à Enschede.

Prise d'otage

Mais il faut plus de quatre jours pour régler tous les problèmes d'une extradition. Ce n'est que le 25 septembre que le compagnon d'Ondin, Istvan Hegedus, sera livré aux autorités belges. Comme son rôle dans cet affaire fut essentiellement passif, secondaire, on ne le nourrira pas aux frais de l'administration pénitentiaire belge. Les Suédois le réclamaient pour des faits criminels plus graves encore, et nos policiers vont le livrer à Stockholm le 16 février 1988.

Et Ondin? Il n'a pas attendu tout ce temps pour retrouver sa liberté. Dès le 3 avril, il réussit à quitter la prison d'Amsterdam en compagnie d'un jeune détenu de 24 ans, Johannes Heeren. Moyen? Fabrication d'un pistolet postiche et prise d'otage de plusieurs gardiens... Les deux hommes obligent un automibiliste à les conduire à Breda, et ayant débarqué le propriétaire du véhicule aux abords de la frontière belge, ils poursuivent leur fuite vers Loenhout, où ils attaqueront une armurerie au cours de la nuit. Question de remplacer leur révolver en mie de pain par un vrai riot-gun et quelques autres joujoux dangereux.

Leur intention est de retourner en Scandinavie, via l'Allemagne. Mais ils s'attardent à Maaseik, attaquent un vacancier dans sa caravane, volent son véhicule et filent vers Oirschot, où ils tombent sur une patrouille de gendarmes hollandais. Echange de coups de feu. Ils s'échappent à nouveau en prenant un certain Cornelis De Kroon en otage. A Boxtel, nouvelle patrouille de gendarmes. Qu'à cela ne tienne: ils menacent de tuer leur otage. On les laisse filer... emportant même le policier Jacobus Smits comme deuxième otage. Et pour parfaire leur équipement, ils partent à bord de la voiture de la police, équipée de liaisons radio. C'est par radio qu'ils donnent leurs ordres:

- Restez à plus grande distance!

Fort Chabrol à Turnhout

Au lendemain de cette évasion mouvementée, le samedi 4 avril, la voiture des deux bandits, toujours accompagnés de leurs deux otages, est repérée par un véhicule de la gendarmerie belge à Turnhout. Excellente réaction de ceux-ci: ils commencent par demander des renforts. Ils sont coincés dans une rue proche de la Grand-Place. Echange de coups de feu. L'otage Cornelis De Kroon est blessé à la poitrine, l'agent Walter Peeters est blessé à la tête, les bandits tirent pour tuer: et c'est le compagnon de cavale de Ondin, Johannes Heeren, qui restera sur le pavé, tué par les gendarmes.

Ondin est maîtrisé. Il fera l'objet de mesures de haute surveillance. Ce lundi, il comparaîtra devant les jurés du Limbourg. M. Colla présidera cette session, le siège du ministère public étant occupé par l'avocat général Mme Fabienne Schraepen. Première apparition en assises des deux défenseurs désignés pour la défense de Ondin: Mes Frederik Réard, de Tongres, et Carlo Adams, de Maasmechelen.

Ces débats se dérouleront nécessairement dans un climat de tension né du problème de sécurité permanente imposé aux gendarmes. Car les prises d'otage dans une salle d'audience ne sont pas du roman, et Ondin s'est révélé être un spécialiste du genre.

Bron: Le Soir | 22 mei 1989