1

Dodack was een topgangster uit Brussel. Verschillende bronnen maken melding van het feit dat Dodack meer zou geweten hebben van de moord op Jules Montel. Dodack was goed bevriend met Jean Bultot.

Op 19 december '86, wordt Ramadan Dodack doodgeschoten in Neder-over-Heembeek. Officieel heet het dat hij werd neergeschoten door zijn 15-jarige dochter, op het moment dat hij haar wilde verkrachten. De moord volgt drie dagen nadat een onthullende uitzending op de RTBF werd uitgezonden omtrent de Bende van Nijvel.

Meer » Bende De Staerke

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

2

Wat was er precies onthullend aan die RTBF-uitzending?

3

dim wrote:

Wat was er precies onthullend aan die rtbf-uitzending?

Dat vraag ik me dus ook af. Wat wil je met deze informatie voor concreets aanvangen.

"Officieel": Zoek eerst uit of gepoogd werd de dochter werkelijk te verkrachten. Anders krijgen we zo veel rookgordijnen, dat we door de bomen het bos niet meer zien. Wat eigenlijk al de situatie is en daar is niemand bij gebaat.

4

Karel wrote:

"Officieel": Zoek eerst uit of gepoogd werd de dochter werkelijk te verkrachten.

Graag, hou ons op de hoogte van je zoektocht.

De informatie hierboven en op de site komt uit het boek De Bende: een documentaire. Meer informatie heb ik momenteel niet.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

5

Ramadan Dodack controleerde samen met de Albanese maffia de prostitutie in de Brusselse Noordwijk en was samen met Farcy en Castris betrokken in enkele grote drugsdeals. Simonne Menin verklaarde tegenover Guy Bouten: "Marnette was betrokken bij de dood van Dodack en hij papte aan met zijn vrouw. C'était un type vulgair."

Bron: De Bende van Nijvel | Guy Bouten

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Michel Libert ging elke donderdagavond een koffie drinken (of moeten we dit lezen als zaken doen?) in de Jambon:

"Elke donderdagavond ging ik een koffie drinken in de 'Jambon', het restaurant Ramadan Dodack. De laatste keer werd het me zwart voor de ogen zodra ik van die koffie had genipt. Anderhalve dag later werd ik wakker in het Sint-Jansziekenhuis. Men vertelde me dat ik op het politiekantoor van Molenbeek was binnengestrompeld en ineengestort. In de 'Jambon' heb ik nooit meer een voet binnen durven te zetten. Het restaurant is nadien in de vlammen opgegaan en Dodack is vermoord."

Ben wrote:

Op 19 december '86, wordt Ramadan Dodack doodgeschoten in Neder-over-Heembeek. Officieel heet het dat hij werd neergeschoten door zijn 15-jarige dochter, op het moment dat hij haar wilde verkrachten. De moord volgt drie dagen nadat een onthullende uitzending op de RTBF werd uitgezonden omtrent de Bende van Nijvel.

En dat is ook een maand na de vondst van de zakken in Ronquières. Heeft er ondertussen al iemand de toen uitgezonden reportage van de RTBF op de kop kunnen tikken?

7

Dat van die koffie komt trouwens ook aan bod in één van de brieven van Barbier:

Wat ik daarbij abnormaal vind is dat men tegen beter weten in een man beschermt dieaan de basis ligt van een dubbele moord en zelfs de dood van Latinus, maar die ook een loucherol speelde bij de diefstal van geheime codes en documenten bij de NAVO, terwijl men de boodschapper, in dit geval Kausse die het bestaan van WNP aan het licht bracht, degradeerde enverbande naar de provincie een zijn informant Michel Libert met de dood bedreigde, op straatbeschoot en in Le Jambon van Dodack vergiftigde koffie schonk zodat hij bewusteloos viel. Diezelfde snackbar brandde kort daarna uit. Dodack werd vermoord, terwijl zijn vrouw aanhield met meneer Marnette, die op de koop toe het onderzoek mocht leiden van de Pastorale en de zogenaamde zelfmoord van Latinus. Knoop daar maar een touw aan vast! 

Bron: De Bende van Nijvel | Guy Bouten

Als we de brief van Barbier mogen geloven werd de snackbar van Dodack gebruikt om Libert te vergiftigen maar was dit zeker geen idee van Dodack.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Over de brandstichting van Le Jambon:

Un jambon égaré dans les contes d'Hoffmann

Dans l'histoire d'Orange mécanique, de violences et de rapines commises dans la zone verte du sud de la capitale, évoquée dans nos éditions du 8 novembre, il était aussi question d'un incendie criminel commis au restaurant Le Jambon. Deux jeunes - qui ne sont certes pas des enfants de choeur mais ne sont pas nécessairement des incendiaires criminels pour autant - sont accusés d'en être les auteurs: Jean-Pierre et Patrick.

Ils nient farouchement. Lundi matin, devant la 54e Chambre que préside Mme Claire De Gryse, deux jeunes avocats, Mes Philippe Ferri et Claudine Wiart sont montés au barricades avec un courage qui a fait impression. C'est que leur plaidoirie mérite d'être glissée dans le dossier de M. le procureur général Krings, qui a dénoncé comme on sait certaines pratiques policières douteuses.

Plaidant pour Jean-Pierre, Me Ferri démontrera aisément la fragilité de l'accusation. Aucun élément matériel, rien que des rumeurs, des on dit, des témoignages indirects. Fragilité des rapports de police aussi, pour qui l'on est rarement présumé innocent. En février, on demande à Jean-Pierre ce qu'il a fait pendant une nuit de juillet de l'an dernier. Jean-Pierre croit se souvenir qu'il était en compagnie d'une certaine amie. On interroge la demoiselle: les dates ne concordent pas. Dans le procès-verbal, cela devient: Jean-Pierre a tenté de construire un faux-alibi.

Les mauvaises fréquentations

Moins innocentes furent les révélations amenées par Me Claudine Wiart pour la défense de Patrick. Des contes d'Hoffmann- beaucoup moins agréables que ceux d'Offenbach. Car c'est un certain Hoffmann qui, en cette affaire, a chargé Patrick. Un indicateur depuis longtemps, professionnel si l'on peut écrire, et qui n'hésite pas à jouer donnant, donnant. L'avocate fait allusion à une lettre que cet Hoffmann- écrit à la Police judiciaire, lettre dans laquelle, faisant état de ses bons services, il demande protection de l'autorité.

Un soir d'août 1987, Patrick a été copieusement rossé dans le milieu par un Albanais, un certain Brahim, sous les yeux de deux copains du truand. Notons - le détail importe - que les deux copains n'interviennent pas. Surprise de Patrick, au lendemain de son arrestation, lorsqu'il se voit interrogé par... un des copains de l'Albanais. Infiltration du milieu, ou fréquentations douteuses? Or, comme cet Albanais faisait partie de la bande à Dikke Léopold et Jean Bultot, et qu'on nage dans un marais où un certain Mendez a perdu la vie, Patrick dira à l'audience:

Ce dossier de l'incendie du restaurant Le Jambon en cache un autre, Madame la Présidente. On veut me faire porter le chapeau... Je suis innocent.

Me Claudine Wiart révèle aussi que le directeur de la prison de Forest a dit à Patrick: Votre vie est en danger. Tiens! Pourquoi? Toujours est-il que ce directeur fit transférer Patrick à la prison de Saint-Gilles, le confiant à l'honorable successeur de Jean Bultot.

La peur...

La Présidente n'apprécie pas. Elle trouve insolite la présence d'un officier judiciaire sur les lieux où l'on tabasse Patrick. Mais elle dit au prévenu:

Pourquoi n'en n'avez-vous pas parlé au juge d'instruction?

Je n'ai pas osé, madame. Les aveux m'ont été dictés. J'ai subi treize interrogatoires. On n'ose plus parler quand on se trouve en présence de quelqu'un qui vous a déjà tabassé. On m'a interrogé à deux heures du matin, une autre fois à quatre heures du matin. "Je vais te faire plonger au maximum" a dit l'interrogateur, le "copain" de l'Albanais. Je n'ai eu qu'une seule occasion de vraiment dire la vérité, et tout ce que j'ai subi. C'était devant M. Joosten, en Chambre du Conseil...

Il est vrai que M. Herman Joosten est ce magistrat belge qui parviendrait, s'il le fallait, à confesser Satan lui-même... Il n'y a pas eu de réplique de l'accusation. Les avocats ont demandé l'acquittement pur et simple de leurs clients. Jugement le 12 décembre.

Bron: Le Soir | Guido Van Damme | 15 november 1988

Het gaat hem blijkbaar om een zekere Brahim Sinanaj, een kompaan van Jean Bultot en betrokken bij de diefstal van aandelen in Wieze:

Sinanaj coincé par la P.J.

Brahim Sinanaj, cet Albanais de 40 ans, bien connu des milieux judicaires, a été intercepté par les hommes du Groupe de recherches et d'interventions de la police judiciaire, jeudi vers 11 heures, alors qu'il se trouvait boulevard Emile Bockstael. Ex-patron du Jambon, une taverne incendiée en juillet 1987, Sinanaj avait été condamné par défaut à quatre ans de prison et à 60.000 F d'amende, la semaine dernière, dans le cadre du procès "Bultot et consorts". relatif à un vol de titres commis au domicile du curé de Wieze en mars 1985.

Bron: Le Soir | 19 november 1988

Het Laatste Nieuws | 7 juli 1987

http://nsm08.casimages.com/img/2015/08/10//15081001391214738713497624.jpg

Het restaurant 'Le jambon' was gelegen op de hoek van de Steenweg op Charleroi en de Berckmansstraat te Sint-Gillis op een boogscheut van de beruchte parkeergarage Beau Site »  Google Maps

Ramadan Dodac in 1986:

http://nsm08.casimages.com/img/2015/08/27//15082712562114738713536139.jpg


http://nsm08.casimages.com/img/2015/08/27//15082712562214738713536140.jpg