101

Xavier Sliman:

https://i25.servimg.com/u/f25/11/22/12/24/xavier11.jpg

Xavier Sliman in 1981:

https://i25.servimg.com/u/f25/11/22/12/24/xavier10.jpg

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

102

L’incroyable manteau des tueurs du Brabant

Cette pièce à conviction fait remonter la piste des frères Sliman, venus du Nord de la France.

Aujourd’hui à la retraite, Jean-Pierre Adam n’a rien perdu des qualités de l’enquêteur qu’il fut pendant quarante ans. Il faut voir et revoir l’interview qu’il a accordée en 2017 à notre consoeur de TV Lux Christelle Collin. C’est énorme: cet ancien gendarme dit tout simplement détenir la vérité sur les tueries du Brabant. Selon lui, la vérité passe par les frères Thierry et Xavier Sliman, des truands du Nord de la France.

Le Nord de la France! Lors du premier fait, le vul d’un fusil de chasse le 13 mars 1982 dans une armurerie à Dinant, les auteurs rejoignirent une voiture qu’on vit démarrer en direction de la France, déjà.

Le 14 août c’est sur le territoire français, à Maubeuge, que les auteurs cambriolaient une épicerie pour voler du vin, du champagne et du foie gras. Leur véhicule portait une immatriculation françaises, la voiture est employée, le 30 septembre de la même année, lors de l’attaque à Wavre de l’armurerie Dekaise.

Aperçue avec des plaques françaises lors du braquage, elle fut retrouvée avec des fausses plaques belges. On observait déjà, fort curieusement, que le système de rivets était un système utilisé exclusivement en France.

Huit jours plut tard, le 7 octobre, un témoin se présentait à la gendarmerie de Hastière, requérait l’anonymat et désignait comme un des auteurs un certain Xavier Sliman, un truand du Nord de la France.

C’est ici, bien des années plus tard, qu’intervient Jean-Pierre Adam. Pour ce dernier, la brigade de gendarmerie de Hastière avait l’information capitale depuis le début. Si la piste avait été suivie dans les règles, tout se serait arrêté. Les tueries n’auraient pas eu lieu et vingt-sept personnes n’auraient pas été tuées. Mais la gendarmerie de Hastière a voulu jouer cavalier seul. Et a tout foiré, estime-il.

Chez Jean-Pierre Adam, le déclic s’est fait dix-sept ans plus tard, en 1999, alors qu’il enquêtait dans un autre dossier. En commission rogatoire, à Charleville-Mézières, il ouvrait le dossier gendarmerie des frères Xavier et Thierry Sliman et trouvait à la première page, un avis de recherche belge: celui du vol d’armes perpétré en 1982 à Wavre chez l’armurier Dekaise. L’avis de recherche contenait le portrait-robot de l’auteur principal des faits de Wavre. La ressemblance avec Xavier Sliman est étonnante.

Xavier Sliman avait été opéré quelque temps plus tôt aux deux genoux. A Wavre, un des auteurs boitait. L’armurie Dekaise décrivait aussi un des auteurs comme une “tapette marocaine” (sic). La description peut s’appliquer à Thierry Sliman.

Sur la plupart des faits, il y avait un géant. Il y avait un champion de body-building dans la bande des frères Sliman, chez qui le SRPJ de Reims a même saisi des années plus tard un masque de carnaval des années 80 comme en portaient les tueurs, un masque représentant un vieil homme.

Dès le 7 octobre 1982, les gendarmes de Hastière ont le nom de Xavier Sliman. L’information n’a pas été partagée. Ils ont fait cavalier seul.

Ils sont allés à Wavre et ont présenté des photos des Sliman aux témoins de l’attaque de l’armurerie Dekaise. Quatre témoins ont reconnu les Sliman. Xavier Sliman a été interpellé à Arlon et interrogé sur son emploi du temps. Il avait eu un mois pour se préparer un alibi. Le sien était foireux. La petite brigade de gendarmerie de Hastière n’avait pas les moyens. On aurait dû perquisitionner immédiatement chez les Sliman en France. D’autant plus qu’il s’agissait, selon les tout premier renseignements, d’individus psychopathes dangereux chez qui des armes avaient été retrouvées quelques mois plus tôt lors de perquisitions.

Rien de tout cela n’a été fait. Hastière avait voulu jouer tout seul. Pour le dire crûment, la petite brigade a tout foutu en l’air.

Et c’est Jean-Pierre Adam qui comprend tout quand il tombe sur le dossier des Sliman, en 1999, à la gendarmerie de Charleville-Mézières. Dans le dossier, il exhume une photo de Xavier Sliman, prise en 1981, soit un an avant le début des tueries. Xavier Sliman porte un manteau. Du même type que celui repêché dans le canal à Ronquières et jeté à l’eau par les tueurs du Brabant. (*) Même déformé par le séjour dans l’eau, la ressemblance est frappante. Les manches avaient été décousues pour pouvoir l’enfiler plus facilement au-dessus d’un gilet pare-balles.

Bron: La Dernière Heure | Gilbert Dupont | 15 Mei 2020

(*) Hier vind je meer informatie over die wollen mantel » Forum

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube