1

Jacques De Vlieghere was ten tijde van de WNP de adjunct-administrateur van de Veiligheid van de Staat. Kwam uit de PS. Hij verliet kort na de affaire WNP de dienst en werd directeur-generaal van het gevangeniswezen.

Uit het verslag van de Tweede Bendecommissie:

Zijn adjunct-directeur De Vlieghere voegde hieraan toe: "Wat betreft een mogelijk verband tussen de misdaden van de Bende van Nijvel en uiterst-rechts, heeft de Staatsveiligheid tien jaar lang met veel aandacht gezocht naar mogelijke banden, maar ze heeft er geen gevonden. Te gepasten tijde werden ook de gerechtelijke autoriteiten ondervraagd om te zien of in hun onderzoeken misschien een spoor te vinden was, evenwel zonder resultaat.

Ook het College ter bestrijding van het terrorisme (GIA) waarvan getuige alle vergaderingen bijtooonde, heeft nooit de Bende van Nijvel beschouwd als een uiting van criminaliteit met politiek karakter. Getuige merkt echter op dat daaruit niet het besluit moet worden getrokken dat het hier ging om louter banditisme; dit weet hij niet.

Om bewijzen te kunnen geven van het bestaan van een eventuele band zou men zich moeten kunnen baseren op verslagen die dat aanduiden en die verslagen bestaan niet. Iets helemaal anders is te beweren dat bepaalde personen wier naam in die zaken genoemd wordt, eventueel uiterst-rechtse sympathieën hebben, onder meer een aantal gewezen rijkswachters van het bijzondere interventie-esca dron, die de rijkswacht trouwens reeds lang verlaten hebben. Het spoor dat naar uiterst-rechts leidt, is dus niet uit te sluiten."

Bron: Verslag Tweede Bendecommissie (bijlage 1 en 2)

(...) In de literatuur over het Front de la Jeunesse en de WNP is, zoals hiervoor ook reeds werd aangegeven, voortdurend sprake van connecties met de rijkswacht, althans van individuele (ex-rijkswachters met extreem-rechtse sympathieën. De gedachte dat een aantal van hen mogelijk rechtstreeks of onrechtstreeks betrokken is geweest bij de misdaden van de bende van Nijvel, werd zelfs niet uitgesloten door de vroegere adjunct-administrateur De Vlieghere van de veiligheid van de staat, blijkens zijn al eerder aangehaalde verklaring tegenover de vorige parlementaire onderzoekscommissie. Maar het verwijt dat dit spoor desalniettemin toch niet voldoende is uitgezocht, klinkt vrij algemeen.

Bron: Verslag Tweede Bendecommissie (bijlage 1 en 2)

Uit een verhoor van Jean Bougerol:

Le PIO était une sorte d'entonnoir de renseignements via les officiers de réserve. Si de cet entonnoir sortait une "goutte" qui n'intéressait pas mon service, elle était remise au service intéressé, sûreté, gendarmerie, etc. A la sûreté de l'Etat, il y avait un ancien militaire de carrière, Jacques De Vlieghere, ancien lieutenant-colonel de la force aérienne qui après un passage au cabinet du ministre Seghers (*) est entré à la Sûreté. J'ai eu donc des contacts étroits avec la Sûreté.

Bron: Verhoor Jean Bougerol | 9 oktober 1985

(*) Ik vermoed dat het gaat over Paul-Willem Segers (CVP). Hij was minister van Landsverdediging van 17 juni 1968 tot 8 november 1971 in de regering-Eyskens-Merlot/Cools.

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

2

Taras Bulba. De Vlieghere > Nieuwpoort > Buslik

Taras Boulba - WNP

4

Ben wrote:

De Vlieghere was ten tijde van de WNP de adjunct-administrateur van de Veiligheid van de Staat. Kwam uit de PS. Hij verliet kort na de affaire WNP de dienst en werd directeur-generaal van het gevangeniswezen.

Van november 1978 tot februari 1989 bij de staatsveiligheid, en vanaf diezelfde februari 1989 als directeur-generaal bij het gevangeniswezen.

Non semper ea sunt quae videntur

Zal nu wel op zijn stoel zitten schuifelen, met die laatste tip van David. smile

Ergens (bij "Buslik") op deze site schreef Ben :

Begin 1983 vluchtte Buslik naar de VS, waar hij in het leger werd ingelijfd. Een jaar later was hij plots terug. Hij huurde een appartement in Sint-Joost en pendelde als computerspecialist voortdurend tussen Brussel en Milaan. In Nieuwpoort beschikte hij in de jachthaven over een boot met allerlei technologische snufjes. Zijn buur was toevallig Jacques De Vlieghere, de adjunct van Albert Raes bij de Staatsveiligheid.

Zolang er geen harde bewijzen zijn kan je aannemen wat geroddeld wordt of het voordeel van de twijfel in acht houden. Ik wacht af maar hoop dat de waarheid bovenkomt.

Tramontana sailing around the world to help others.onder Belgische vlag.

8

Dans l'audition de Dussart du 6/11/89 devant la commission d'enquête de la chambre (Page 18), Dussart déclare:

Une autre raison pour Monsieur le Procureur du Roi de Nivelles d'en vouloir à ces deux sous-0fficiers, c'est qu'ils rapportèrent une information aussi grave que troublante concernant les CCC. Lors d'un entretien avec Monsieur l'Administrateur Adjoint de la Sécurité de l'Etat, Monsieur De Vlieghere, mon collègue Balfroid a rapporté l'information suivante "textuel": "La semaine prochaine, nous arrêtons les membres des CCC. Une personne travaillant pour la Sécurité de l'Etat les a infiltré depuis environ un an et nous les suivons pas à pas, nos renseignements sont bons". L'arrestation eut en effet lieu à Namur la semaine suivante.

Il est ahurissant d'entendre un tel langage émanant de l'un des patrons le la Sécurité ce l'Etat dont le rôle est d'empêcher, je crois, toute action menée contre l'Etat. En effet, une intervention plus rapide aurait empêcher la mort des Pompiers de Bruxelles lors de l'explosion que vous connaissez. Cette information fut transmise à nos supérieurs, mais qu'en a-t-on fait? Nous n'étions pas crédibles, parce que les informations que nous rapportions (à caractère énorme et sensationnel) emanant d'un excellent réseau d'informateurs de tous les niveaux sociaux, et que nous avions toujours refuse de nommer.

9

Jacques De Vlieghere ("Taras Bulba") ... Jean-François Buslik ?

Le 24 juin dernier paraissait l'avis nécrologique du décès de Jacques De Vlieghere dans Le Swar [conformément à ses convictions philosophiques]. Entre frères, on se comprend. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand chose: il s'agit en réalité de l'ex n° 2 de la Sûreté de l'État, mieux connu sous son nom de code Taras Bulba, merveilleusement incarné par Yul Bryner dans le film de Thomson. Propulsé en 1979 par André Cools avec le soutien de VDB comme adjoint de Raes [surnommé le Roi Albert] à la tête de nos services secrets, ce lieutenant-colonel de la Force aérienne forma un tandem CVP-PS qui se contrôlait mutuellement. Intelligent, habile, rusé, il ne se partira jamais du fameux aveu fait par son chef devant la commission d'enquête : "notre métier est de mentir".

Nous ne doutons pas un seul instant que pour sa crémation, l'ensemble de ses compagnons se seront retrouvés, cachés chacun derrière une colonne: "Le Roi Albert" [Albert Raes], "Le canard" [Christian Smets], "Totor" [Victor Massart], "Le lapin" [Joseph Kausse], "Le chien" [Estievenart], "Viandox"et "Musaraigne", à ne pas confondre avec son homonyme du WNP [qui était le n°3 de la milice, grand organisateur des "solstices" et de son vrai nom Xavier Sandron].

Ce qui est nettement moins connu du grand public, c'est que Taras Bulba aimait naviguer: il possédait un bateau à Nieuwpoort amarré au Yachting Club, juste à côté de celui de ... Jean-François Buslik, grand ami de Bouhouche et Beijer, maître ès électronique et grand artificier en chef, surnommé le roi de la "bombeke". Ce zèbre de Buslik, Américain de naissance, a été inquiété comme complice dans l'attentat contre la Peugeot 404 d'un officier de la BSR en octobre 1981 et pour l'assassinat du convoyeur Francis Zwarts, lequel travaillait comme couverture à la Sabena comme personnel de sécurité, alors qu'il était en réalité un agent de la Sûreté publique.

Sans l'entregent de Me Dumont, Buslik aurait moisi plus de 10 ans dans nos geôles. Le fait que Buslik était agent de la DEA [une division de la CIA] a bien sûr aussi aidé: les loups ne se mangent pas entre eux. Quant au malheureux Zwarts, on sait ce qu'il en est advenu: son corps a été coulé dans du béton dans la région de Chaumont-Gistoux par ces fous furieux. Il n'empêche: avoir le n° 2 de la Sûreté qui a son bateau à côté d'un des suspects dans le dossier Tueries, cela jette un fameux trouble!

Surtout que la bateau de Buslik était équipé de matériel électronique dernier cri appartenant à la société SAMFA Ltd: le responsable du service Afrique de la Sûreté, Charles Tellier [surnommé "Monsieur Charles"], qui a eu l'occasion de fouiller le bateau pourra en témoigner... Ajoutons encore que ce Yacht Club à l'époque avait comme voisin la base nautique de réserve de l'armée belge où végétaient nos dragueurs de mine, cela en fait un peu beaucoup en matière de curieuses coïncidences... et que le Yachting Club de l'armée se trouvait aussi à Nieuwpoort.

Il faut dire enfin que ce que détestaient le plus "les Morpions" [c'est le nom donné par le Service de documentation, de renseignements et d'action de l'armée, le SDRA, aux hommes de la Sûreté], c'est d'être filochés par un autre service. Ainsi quand "les vieilles bottines" [le SDRA] les tenaient à l'œil, ils devenaient dingues. Un petit jeu auquel s'adonnaient avec un plaisir non contenu les agents du SDRA était de dire à un contrôleur de train qu'il y avait un drôle de type sans ses papiers dans un compartiment voisin. Le type en question n'était autre qu'Albert Raes, qui tout penaud, devait décliner son identité, furibard de ne pas avoir été reconnu. Imaginez un seul instant qu'une telle scène se passe avec le chef de la CIA...

Bron: Père Ubu | Crevette UBU | 2 juli 2009

ook van HERVE

Mbt Jacques De Vlieghere lt col uit Lessines hij maakte deel uit van de ‘bende van Florennes’ cfr. Cruise missiles. Later naar comd Taf Evere.
Sinds 1979 nr 2 sv. Ik meen dat hij ook bij sdra zat maar onder de radar. Hij was een kameraad van col Blume cdt 15e wing en minnaar van Claudine Fraiture (1ste vrouwelijke astronaut. Civil ingenieur en testpilote van sabena) ex-minnares van Andre Cools. De Vlieghere en Blume zijn rooie soulmates en ook luitenantjes van Andre Cools die weer goed bevriend was met don Felix (Przedborski)… En dan is de CIA niet veraf ! Ik heb van WDB gehoord dat De Vlieghere eigenlijk de mentor was van sdra 8 (“Gladio” die officieel niet bestond !). Claudine Fraiture leeft nog en woont achter het kerkhof van Tervuren op zo’n 500m van het sportcxentrum van de landmacht ; ze heeft een griekse butler, die eigenlijk wapennakelaar is. Fraiture is vertegenwoordiger voor Eurocopter.