Mijn vader heeft 30 jaar bij DOVO (ontmijningsdienst) gewerkt en begeleide deze opgravingen samen met Beijer. Hij kan zich maar nog enkele kleine dingen herinneren:

  • De zak bestond hoofdzakelijk uit een soort plastiek en stelt dat het ook mogelijk een kitzak kon geweest zijn;

  • Een redelijke hoeveelheid van documenten en paspoorten;

  • 22. FN was zodanig beschadigd dat het zo goed als onbruikbaar was;

  • Ook het terugvinden van de dynamietstaven en de slechte staat ervan kan hij bevestigen

  • Ten slotte zegt hij dat het domein waar er werd gezocht meer leek op een privédomein doordat er ook een villa stond.

12

Bedankt voor je verhaal. Kent je vader nog bepaalde details die interessant zouden kunnen zijn? Bv. het gedrag van Beijer tijdens de opgravingen? Of de exacte locatie van de opgravingen?

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

Hij was zoals algemeen gekend is erg bereid om mee te werken met de speurders en stond er uitdrukkelijk op om niet door een BOB'er begeleid te worden. 

Over de exacte plaats kan hij zich wel niet meer herinneren dan een bosrijk gebied in de buurt van een redelijk grote villa.

Volgens de info uit Le Soir en van het Franstalige forum, heeft Beijer de speurders vanuit Brussel via de Waterloosesteenweg naar Baisy-Thy geleid. Daar zouden ze aan het kruispunt Quatre-Bras de steenweg naar Namen genomen hebben. Ze zouden aan het eerste bos aan de rechterkant gestopt zijn. Als ik het goed voorheb is dit de plaats van de opgravingen » Google Maps

Klopt dit j.decoutere?

Natuurlijk niet makkelijk te herkennen op Maps en street view, ik zal het hem de volgende keer als ik hem zie vragen.

16

Het assisenproces [Bouhouche en Beijer] nam nog een nieuwe wending nadat Beijer aanwijzingen had gegeven waar er nog wapens en munitie verstopt lagen. Op het privédomein van baron Van Wassenhove in Sart-Dames-Avelines, vond de gerechtelijke politie twee vuilniszakken op Beijers designatie. IN de eerste zak zaten drie wapens: een 9mm pistool van Russische herkomst, een pistool FN22 en een FN halfautomatisch geweer. In de tweede zak vond men totaal vergane explosieven, valse identiteitskaarten en nummerplaten van auto's. De baron zelf had hiermee niets te maken. De schuilplaats was gelegen op zo'n 130 meter van zijn woonst en op een paar meter van de weg Nijvel-Namen [de N93], zodanig dat iedereen er wel ongezien zijn gang kon gaan. (*)

Deze opgravingswerken werden gefilmd en de beelden getoond aan de juryleden. De inhoud van de vuilniszakken was afkomstig uit een garagebox van Parking Des Marchés in Brussel. Beijer beweerde dat hij die gesloten zakken daar vond, nooit opendeed en enkel maar gevoeld had dat er wapens inzaten. Van de andere inhoud wist hij niets af.

Bron: Littekens - Het spoor Aalst | Henri Van Nieuwenborgh

(*) Is het hier » Google Maps?

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

17

Beijer: armes et explosifs à l'analyse

Le "butin" déterré dans un bois de Sart-Dames-Avelines correspond aux révélations faites par Beijer. L'enquête reprend, en même temps que le procès continue.

L'impressionnant butin déterré vendredi soir sur les indications données par Robert Beijer, qui, ce jour-là, a guidé les enquêteurs vers deux caches d'armes trouvées dans une vaste propriété privée de Sart-Dames-Avelines, est actuellement examiné par la laboratoire de la police scientifique et le service de déminage de l'armée, et n'a sans doute rien à voir ni avec les tueries du Brabant, ni avec l'assassinat en 1950 du député communiste Julien Lahaut, comme certains l'avançaient imprudemment hier.

Au procès qui se poursuit aux assises du Brabant, le commissaire de PJ de Bruxelles Philippe Benneux, qui dirigeait les recherches vendredi, a fait l'inventaire des armes, munitions, crosses, explosifs, détonateurs électriques et documents volés, et a commenté les deux films video réalisés sur le terrain pendant les fouilles, à l'intention de la Cour et des jurés.

Beijer avait parlé de ces caches d'armes dès la fin 1987 à un enquêteur nivellois, en précisant qu'il existait un danger potentiel parce qu'à proximité se trouvait un plan d'eau près duquel jouaient des enfants. Ce qui correspond: l'une des deux villas de la propriété, qui donne sur une vaste pelouse et un étang, est habitée par le fils du propriétaire et ses enfants, âgés d'une dizaine d'années.

Déménagés par précaution d'un box loué Rue Lepage

Beijer a réaffirmé hier avoir été chargé vers le début 1987 de planquer une VW Passat (volée le 16 décembre 1986 à Watermael-Boitsfort) dans le box 23 du parking des Marchés, rue Léon Lepage à Bruxelles, dans le cadre des opérations "Enterprise" attribuées, selon Beijer, à des hommes de la Sûreté de l'État. L'épouse de Bouhouche a dit à Beijer que la voiture devait servir à l'évasion de son mari, incarcéré depuis janvier 1986. Dans ce box, Beijer dit avoir vu une moto et une sorte de "kit bag" apparemment bourré d'armes. C'est après sa première incarcération en octobre 1987 que Beijer, se sentant piégé par l'enquête à laquelle il avait collaboré en livrant plusieurs caches d'armes, a, de sa prison, fait demander à un ami de sortir le sac d'armes, puis à un autre d'aller le planquer, sans informer le premier de ce que le second faisait. Je prenais mes précautions, dit-il. J'avais aussi demandé de sortir de la Passat des documents, dont un agenda, que je ne retrouve pas. Il dit ignorer aussi où est passée la moto.

Des HK, comme à l'ESI, et le Stechkine de Castro?

Dans la première cache, deux pistolets mitrailleurs Heckler und Kock (comme les HK volés à l'ESI en 1982) de cal. 9 mm court, quatre crosses, un pistolet Stechkine de cal. 9 mm Makarov de l'armée rouge (rare à l'époque et semblable au Stechkine volé chez Mendez en 1985, qui l'avait reçu d'un colonel péruvien, lui-même l'ayant reçu de Raoul Castro, le frère de Fidel), un pistolet FN cal. 22 modèle Medalist, un pistolet semi-automatique Smith et Wesson modèle 41, cal 22 long, des chargeurs remplis de cartouches .22, un chargeur vide et 46 documents communaux dont trois passeports 43 cartes vierges ou usagées provenant de Chaumont-Gistoux (cambriolage de juillet 1981), de Cuesmes, de Nivelles et Wavre (où l'on ne se souvient pas de tels vols).

En outre, un silencieux de marque "Unique", un sac de munitions, notamment des fameuses Hollow Point (le type de munitions de Bouhouche, de la Sûreté et de l'assassinat de Mendez en janvier 1986) et trois plaques de voitures, l'une originale (P 26) volée il y a une dizaine d'années à un sénateur, et deux duplicata immatriculés DEE 501 et EDY 991, dont l'un volé à la brigade de gendarmerie d'Uccle (où Bouhouche fut affecté lorsqu'il dut quitter la BSR).

Dans la deuxième cache, découverte dans le même bois, à six mètres de la première, on a retrouvé des boues jaunes pronvenant de bâtons de dynamite liquéfiés, avec des emballages d'origine rongés, des détonateurs électriques, seize chargeurs et une grenade à fragmentation de type américain.

Le tout, fortement attaqué par l'humidité et enduit de boue, fait actuellement l'objet d'analyses en laboratoire. Sans jeu de mots facile, les résultats des recherches sur la provenance de ces armes, munitions et explosifs pourraient aussi être explosifs. On se souvient des allusions de néo-nazis du WNP à des caches d'armes et d'explosifs, ainsi que des déclarations de Martial Lekeu, autre ex-gendarme parti aux États-Unis, qui parlait aussi de caches d'explosifs, à l'époque du Groupe G et des tueries du Brabant...

Gendarmes trop curieux et nouveaux devoirs d'enquete

Commentant les recherches de vendredi, la défense de Beijer a regretté que malgré ses craintes et les consignes du président, des gendarmes de la BSR et de la brigade de Nivelles sont néanmoins venus sur les lieux. Un juré s'est assuré qu'ils avaient bien été identifiés. Ca veut dire que les informations ont circulé dans les états-majors pendant le week-end, avant de parvenir à votre Cour, a remarqué Beijer.

A l'avocat général qui lui rappelait des confidences d'époque, échangées avec Amory (il fut bien question entre eux d'explosifs et d'un projet de vol dans une carrière du Namurois), Beijer a sèchement répliqué que l'enquête n'avait pas révélé de vol dans la région (il y en eut cependant un en mai 1984 à Écaussines, à l'époque de l'attaque du camp des Chasseurs ardennais à Vielsalm), et que plutôt que de supputer sur ces explosifs, il est préférable d'attendre les résultats.

On en saura peut-être alors un peu plus sur la provenance, a-t-il conclu.

Beijer joue donc toujours la carte de sa crédibilité, dans ce spectaculaire rebondissement provoqué au procès. Les caches d'armes existaient. Mais rien jusqu'ici ne prouve que ce "butin", secrètement déplacé à l'époque pour établir sa bonne foi, ait réellement été manipulé dans le cadre des fameuses missions "Enterprise" qu'il attribue à des hommes de la Sûreté. Suspense...

Bron: Le Soir | René Haquin | 18 Oktober 1994

Les armes de Villers: l'ESI, Mendez et la FN?

La cour d'assises du Brabant, qui poursuivait hier l'examen de l'assassinat de l'ingénieur de la FN Mendez abattu le 7 janvier 1986, a d'abord pris connaissance des premiers résultats de l'examen, par le laboratoire de police scientifique, des armes déterrées (avec des explosifs et divers documents) le 14 octobre dernier, dans une propriété boisée de Sart-Dames-Avelines (Villers-la-Ville) où Beijer avait conduit les enquêteurs.

Un des opérateurs du labo, M. De Groote, qui précise n'avoir utilisé que la technique de la lumière rasante, la seule permettant de laisser les pièces dans l'état où elles ont été déterrées, indique avoir découvert sur un pistolet mitrailleur Heckler und Koch à crosse rigide une fin de date (76) et trois des six chiffres du numéro de fabrication: 830, trois chiffres pouvant correspondre à deux des HK volées au début 1982 à l'ESI, le groupe antiterroriste de la gendarmerie. Le numéro de fabrication a été limé sur un second HK de type SD 2 (avec silencieux incorporé), mais la crosse porte le millésime 1979, correspondant au millésime d'une dizaine de HK du même type provenant du vol à l'ESI.

Un pistolet Smith et Wesson modèle 41 (pour le tir de précision) porte, à l'endroit habituel du marquage (5 chiffres), cinq traces de forage, mais on voit sur la glissière quatre points d'attache correspondant aux quatre points d'une lunette de grossissement (1 x 5) également déterrée. Ce SW à lunette peut correspondre à l'un des deux pistolets semblables volés chez Mendez en 1985, six mois avant son assassinat. De même, le fameux pistolet automatique Stechkine (l'arme utilisée par la troupe dans l'Armée rouge) déterré à Sart semble bien correspondre au Stechkine volé chez Mendez: une arme achetée à un colonel péruvien qui l'avait reçue de Raoul, frère de Fidel Castro.

Enfin, une lettre et deux chiffres - U 79 - ont été repérés sur un pistolet semi-automatique Browning de calibre 22 très rouillé. Ce Browning peut correspondre à l'un des pistolets volés dans un important lot d'armes en 1981 à la FN.

Tous les canons semblent à ce point piqués qu'il sera difficile de les exploiter en balistique pour vérifier s'ils ont ou non servi. Le président de la Cour a désigné hier un collège d'experts pour d'autres examens de ces armes chaudes.

"Simon m'a dit..."

Un autre détail troublant a décidé le président Mafféi à demander un complément d'enquête: selon l'inspecteur auquel Beijer était menotté quand il a conduit l'autre vendredi les enquêteurs aux caches, Beijer (qui se refuse à donner l'identité de "l'ami" qui enterra ces armes provevant d'un box loué) aurait par mégarde ce soir-là lâché, en montrant du bras la propriété boisée: "Simon m'a dit...". Puis il s'est repris. Pour Beijer, l'inspecteur se trompe: sans doute a-t-il cru entendre Simon au lieu d'un sinon. Et Beijer d'ajouter habilement Ne cherchez pas de Simon, sinon vous perdrez votre temps...

Mais le PJ-man confirme que dans le contexte de la phrase, Beijer parlait bien d'un Simon.

On retiendra du reste de l'audience, consacrée aux auditions des juges Schlicker et Hennart, que, pour les deux magistrats, les pistes menant à d'autres suspects que Bouhouche n'étaient pas les bonnes. Au matin de l'assassinat de Mendez, Stowell était en prison, Ceulemans au Zaïre et Bultot chez son amie Dominique...

Bron: Le Soir | René Haquin | 25 Oktober 1994

"Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." Volg ons via » Facebook | twitter | YouTube

18

Merovinger wrote:

Beijer had einde 1987 de eerste maal gesproken over de schuilplaats aan een Nijvelse speurder. Beijer stipte daarbij aan er potentieel gevaar was omdat nabij de schuilplaats zich een vijver bevond waar kinderen kwamen spelen. Die info blijkt na de vondst te kloppen. Beijer vertelde ook nog dat hij begin 1987 de opdracht had gekregen om een VW Passat (gestolen op 16 december 1986 in Watermaal-Bosvoorde) te gaan verbergen in de box 23 van de "parking des Marchés" in de Léon Lepagestraat in Brussel. De opdracht kaderde in de operatie "Entreprise" toegekend, volgens Beijer, aan de Staatsveiligheid.

De vrouw van Bouhouche had aan Beijer verteld dat de auto moest dienen voor de ontsnapping van haar man die opgesloten zat sinds januari 1986. Verder vertelde Beijer dat hij in de garagebox een moto en een soort van "kit bag" gevuld met wapens gezien heeft. Het is na zijn eerste opsluiting in oktober 1987 dat Beijer, uit voorzorg, aan een vriend zou gevraagd hebben om de zak met wapens uit de box te halen en aan een andere vriend zou gevraagd hebben om deze zak op een andere plaats te gaan verbergen zonder dat de eerste vriend de nieuwe schuilplaats mocht weten. Beijer zou gevraagd hebben om uit de Passat documenten te nemen, waaronder een agenda, die Beijer niet meer terugvindt. Tenslotte zegde Beijer niet te weten wat er met de moto is gebeurd.

Zoals The End al aanhaalde gebeurden, op uitdrukkelijke vraag van Robert Beijer, het bezoek aan de site en de opgravingen door een onafhankelijke speurder die niet betrokken was bij onderzoek rond dossiers van Beijer. Deze speurder was Philippe Beneux, commissaris van de Gerechtelijke Politie, chef van de Zedenbrigade. Hiermee wou Beijer vermijden dat er nog andere spullen zouden toegevoegd worden aan de effectief verborgen voorwerpen om Beijer te compromitteren.

Wat werd er volgens journalist René Haquin op aanwijzingen van Robert Beijer gevonden in Sart-Dames-Avelines?

In een eerste plastic zak begraven op 15 centimeter diepte:

  • twee Heckler und Koch machinepistolen kaliber 9 mm (identiek aan deze gestolen in 1982 bij het SIE)

  • vier schouderkolven (?) (vermoedelijk ook Heckler und Koch)

  • een pistool Stechkine cal. 9 mm Makarov van het Rode Leger (zeldzaam in die periode en gelijkaardig aan de Stechkine die in 1985 gestolen werd bij Mendez, die deze had gekregen van een Peruviaanse kolonel die deze op zich had gekregen van Raoul Castro, de broer van Fidel)

  • een pistool FN kaliber .22 model Medalist

  • een semi-automatisch Smith&Wesson model 41

  • twee foedralen

  • cartouchen kaliber .22

  • een gevulde en een lege munitielader .22

  • cartouchen kaliber .38

  • carouchen kaliber .43

  • hollow-point kogels

  • een geluidsdemper van het merk "Unique"

  • drie paspoorten

  • identiteitskaarten

  • rijbewijzen, met en zonder gemeentestempel

  • een landelijke blanco politiekaart

  • een originele autonummerplaat P26 (parlementaire plaat die een tiental jaren geleden gestolen werd van een senator)

  • duplicaat van de autonummerplaat DEE 501

  • duplicaat van de autonummerplaat EDY 991

Eén van de twee laatste nummerplaten werd gestolen bij de Rijkswacht van Ukkel (waar Bouhouche werkte). De andere nummerplaat was van een particulier en was niet opgegeven als gestolen. De administratieve documenten (46 in totaal) waren afkomstig van de gemeentebesturen van Chaumont-Gistoux (inbraak in juli 1981), Waver, Nijvel en Cuesmes.

In een tweede zak die zes meter verderop was begraven:

  • restanten van dynamietstaven in hun verpakking aangevreten door de vochtigheid (na onderzoek blijkt het te gaan om acht staven van "Gamsite", een explosief gemaakt in Zwitserland gebruikt in de burgerlijke bouwkunde maar waarvan de verkoop niet toegelaten is in België)

  • 25 elektrische onstekers DNAG van Duitse makelij

  • 16 laders

  • een granaat van het Amerikaanse type

Het geheel bleek snel, zonder voorzorg, te zijn begraven geweest. De teruggevonden voorwerpen waren sterk aangetast door vochtigheid en zaten vol modder.

Bronnen: Le Soir | oktober 1994


Speurder PB hierboven , rechterhand van G Marnette, is ook de speurder die een Vlaamse familie moest begeleiden naar een confrontatie met Nihoul en de man die hen probeerde hun getuigenis uit het hoofd te praten.  Voor wat het waard is, misschien totaal onschuldig.